Bienvenue sur le nouveau site morningstar.fr! Apprenez-en davantage sur les changements et les nouvelles fonctionnalités qui vous conduiront à votre réussite financière. X

Gestion active vs passive : où est la valeur ?

Il est peut-être temps de dépasser ce débat et réfléchir plus à une approche de coûts maîtrisés lorsque l'on investit.

Jocelyn Jovène 24.07.2017

Le débat entre gestion passive et active a été une source d’enrichissement pour les conseillers financiers, les gérants d’actifs et les consultants. Jusqu’ici, les clients y ont peu gagné.

Le principal bénéfice de la percée de la gestion passive pour les investisseurs a été lié à la multiplication des supports d’investissement pour les aider à atteindre leurs objectifs financiers.

Ces derniers peuvent aujourd’hui s’exposer à de nombreux types de stratégies (actives ou passives) et à des facteurs de risque bien spécifiques (taille, style, fondamentaux, secteur, facteurs macro ou idiosyncratiques).

La percée de la gestion passive est une bonne nouvelle car elle a également contribué à faire baisser les frais de gestion. Elle a imposé aux gérants actifs de démontrer que les tarifs qu’ils pratiquent sont justifiés, pas uniquement au regard de la performance délivrée, mais également au regard d’autres critères tels que le bon alignement de leurs intérêts avec ceux de leurs clients.

L’industrie de la gestion d’actifs a globalement bénéficié de ces innovations financières, puisque le montant des encours gérés n’a cessé de croître.

Au sein des actions, les actifs ont progressé continuellement depuis 2000. Mais la part des ETF et fonds indiciels a augmenté de manière encore plus rapide, puisque leur part de marché est passée de 11% en 2000 à 43% en 2015 (la part des ETF est passée de 2% à 21% et celle des fonds indiciels de 9% à 22%, selon des chiffres cités par UBS à partir des données d’lCI et BarclayHedge).

L’autre innovation est la percée des fonds de type « strategic beta », qui permettent aux investisseurs de privilégier certains facteurs de risque. En Europe, ces produits affichaient un encours de 48,5 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre 2017.

Au cours de cette semaine, nous allons regarder l’évolution des approches passives ou actives, leur intérêt et ce qu’elles peuvent apporter aux investisseurs. Nous regarderons également quelles idées d’investissement les investisseurs peuvent aujourd’hui trouver en adoptant une approche de maîtrise des coûts (« low cost investing »).

Bonne lecture.

 

Lundi 24 juillet

 Gestion active vs passive: poser le bon débat

 La gestion passive n'élimine pas les émotions

 Les gérants actifs apportent-ils de la valeur ?

 Pourquoi les investisseurs particuliers sous-performent-ils ?

 

Mardi 25 juillet

 Low cost investing: actions européennes de grandes capitalisations 

 Actions européennes : quelques idées de fonds

 Actions européennes: les meilleurs fonds collectent

 

Mercredi 26 juillet

 Low cost investing: obligations d'Etat en euros

 Obligations souveraines en euros: quelques idées de fonds

 Quelles options les investisseurs ont-ils dans l’univers obligataire ?

 

Jeudi 27 juillet

 Low cost investing: emprunts privés en euros

 Emprunts privés en euros: quelques idées d'investissement

 

Vendredi 28 juillet

 Les produits à béta stratégique poursuivent leur percée

 La supériorité des ETF à béta stratégique n'est pas toujours démontrée

 ETF: la collecte ralentit au cours du deuxième trimestre

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar