Oracle : un rattrapage dans le Cloud qui laisse à désirer

Le titre nous semble chèrement valorisé.

Julie Bhusal Sharma 13.12.2023
Facebook Twitter LinkedIn

ORCL

Crédit photo : AP

Les résultats d’Oracle (« Narrow Moat ») au deuxième trimestre ont été mitigés avec un chiffre d'affaires inférieur à nos attentes, tandis que les estimations du BPA non-GAAP ont été légèrement meilleures.

Les contraintes de capacité au sein des activités OCI étaient en partie responsables de cette situation.

Bien que l’activité OCI d’Oracle soit l’objet de toutes les attentions de la part des investisseurs, nous préférons nous focaliser sur la santé des activités dans les ERP et la gestion de bases de données, car nous continuons de croire qu’Oracle est confronté à une concurrence beaucoup plus forte dans ces deux domaines en raison des migrations vers le cloud.

Bien que nos prévisions de chiffre d'affaires restent largement inchangées et impliquent toujours une baisse continue des parts de marché dans ces activités, nous avons relevé nos estimations pour les marges GAAP à long terme.

Nous augmentons notre estimation de la juste valeur à de 76 à 83 dollars ($) par action.

Cette hausse fait toujours ressortir une surévaluation significative du titre.

En conséquence, nous orientons les investisseurs vers des actions beaucoup plus attrayantes, à notre avis, telles que Snowflake, que nous valorisons à 231 $ par action.

Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires a augmenté de 4 % d'une année sur l'autre en monnaie constante pour atteindre 12,9 milliards de dollars.

La consommation de services OCI est en hausse de 71% sur le trimestre.

Bien que la société ait souligné à quel point OCI est un moteur de la croissance future d'Oracle, nous pensons qu'il est important de noter que toute la force d'OCI devra travailler pour compenser la faiblesse des activités principales de l'entreprise en matière d'ERP et de logiciels de bases de données.

Les performances des bases de données autonomes ont été plus faibles que prévu au cours du trimestre, et nous pensons que cela témoigne d’un taux de désabonnement élevé.

Les revenus de Cerner ont diminué d'environ 9 % sur un an, ce qui était attendu. Les revenus des licences cloud et sur site ont diminué de 19 % d'une année sur l'autre en monnaie constante, pour atteindre 1,2 milliard de dollars.

Oracle a réalisé une marge opérationnelle non-GAAP de 43 % au cours du trimestre, conduisant à un BPA non-GAAP de 1,34 $, en hausse de 9 % en devises constantes sur un an.

Dans l'ensemble, nous avons revu à la hausse nos projections de rentabilité à long terme pour Oracle, car nous sommes convaincus que l'entreprise peut tirer davantage parti de son échelle à long terme, grâce à une expansion des marges plus rapide à court terme.

Les perspectives pour le troisième trimestre incluent une croissance des revenus de 6 % à 8 % en USD et à taux de change constant et un BPA ajusté compris entre 1,35 $ et 1,39 $.

Nous pensons que les plus grands risques à court terme résident dans le risque d’exécution lié au transfert des gros clients vers OCI, ce qui, selon la direction, constitue un risque plus unique pour Oracle que pour les autres hyperscalers, car les offres d’Oracle sont moins homogènes.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Oracle Corp122,91 USD-0,95Rating

A propos de l'auteur

Julie Bhusal Sharma  est analyste actions chez Morningstar.