Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

La fin du marché baissier ?

Les marchés actions ont-ils bien atteint leur point bas le 23 mars dernier ?

Jocelyn Jovène 09.06.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Les marchés actions ont-ils bien atteint leur point bas le 23 mars dernier ?

A voir la vigueur du rebond depuis cette date, se poser la question peut sembler quelque peu surprenant.

A l’évidence, les investisseurs font le pari d’une reprise en « V » de la croissance économique mondiale, considérant que le point bas de l’activité et des profits sera vraisemblablement atteint au cours du deuxième trimestre 2020.

Une phase de reprise, ou de moindre détérioration des profits (sur un an glissant), devrait se concrétiser à partir du troisième trimestre.

A voir les mesures prises par les banques centrales, les plans de soutien à l’activité et ceux à venir pour accompagner la relance de l’activité économique à travers le monde, les marchés actions ne devraient que continuer d’aller plus haut.

Certains observateurs se demandent toutefois si le « bear » market réellement terminé ou si l’on pouvait s’attendre à une nouvelle phase de baisse.

Les analystes du Leuthold Group, un cabinet de recherche financière, ont récemment publié un tableau comparatif sur Twitter, reproduit ci-après et mentionné la semaine dernière par Albert Edwards, stratégiste chez Société Générale.

Leuthold bear market rebound June 2020

En employant la même méthodologie et en comparant les différentes phases de baisse de la Bourse américaine depuis la Seconde guerre mondiale, aucune des conditions accompagnant le rebond des marchés n’a été remplie au cours du dernier krach boursier.

Aucun des conditions d’un point bas des marchés n’est remplie, selon Leuthold. Et le rebond observé depuis le 23 mars dernier ne remplit lui non plus aucune des conditions d’un marché haussier.

Les conditions du rebond ont mis à mal un grand nombre de commentateurs et courtiers, nous y compris. La vitesse et l’ampleur des réactions des banques centrales a été sous-estimée.

Comme l’observe John Authers ce mardi 9 juin. Alors que l’indice S&P 500 vient de revenir en territoire positif pour l’année 2020 ( !), il écrit : « Si je n’ai appris qu’une chose des événements de 2020 jusqu’ici, c’est qu’il ne faut jamais ignorer la liquidité. »

L’envolée de la masse monétaire aux Etats-Unis, mesurée par l’indicateur M2, a été d’une proportion historique depuis la fin des années 1950.

FRED Real M2 Growth 20200605

Cette intervention des autorités ne veut pas dire que les résultats des entreprises seront décevants au cours des trimestres à venir. Elle a par contre eu un impact majeur sur la psychologie des investisseurs, qui tablent sur une sortie de crise rapide.

Le rebond des multiples de valorisation sur les marchés actions en est une illustration. Après avoir atteint un point bas de 11,5x le 13 mars, le P/E du marché actions européen a atteint 19,2x ces derniers jours. (Sa moyenne historique depuis 2000 est de 14,4x).

Europe PE 12 m fwd 20200605

 

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.