Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Special Week : Allocation d’actifs

Construire une allocation d’actifs devient de plus en plus délicat, en raison de la cherté de nombreuses classes d’actifs.

Jocelyn Jovène 16.10.2017
Facebook Twitter LinkedIn

Il y a un an, l’un des gérants les plus respectés de l’industrie aux Etats-Unis affirmait : « les prix des actifs sont élevés », soulignant combien il est difficile aujourd’hui pour un investisseur d’atteindre ses objectifs financiers et pour un gérant de trouver des opportunités s’il ne raisonne qu’en termes de valorisation absolus.

La sortie des politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales se fait toujours attendre.

Dix ans après le début de la crise financière, et neuf ans depuis la mise en place du « Quantitative Easing » aux Etats-Unis, puis au Japon (2012) et en Europe (2014-15), l’environnement macro-économique est toujours inégal : d’un côté, l’activité économique semble s’être bien reprise, et ce un peu partout dans le monde, mais d’un autre côté, l’inflation manque à l’appel.

Cela complique sérieusement la tâche des allocataires et de nombreux investisseurs, qui ont été conduits à prendre de plus en plus de risque (haut rendement, prêts, ABS…) ou à aller vers des classes d’actifs moins liquides pour trouver du rendement et générer de la performance.

Cette stratégie n’a visiblement pas atteint ses limites, puisqu’aujourd’hui, la plupart des classes d’actifs ont continué de progresser (pensez aux actions américaines, considérées depuis plusieurs années en situation de bulle) sont encore plus chères.

Il y a d’ailleurs une forme de complaisance à l’égard de la situation actuelle. Le sentiment qui prédomine aujourd’hui est que tant que les banques centrales maintiendront une politique accommodante – et au regard de la vitesse à laquelle l’inflation progresse, cela pourrait durer plus longtemps que prévu – la croissance économique pourrait se poursuivre et l’inflation rester sous contrôle.

Ceci créerait un environnement idéal pour parier sur les actifs risqués et justifierait la prise de risque ou l’augmentation du risque pris par certains investisseurs.

Les marchés ne sont sans doute pas à l’abri de surprises sur le front de l’inflation, avec à la clef la nécessité pour les banquiers centraux d’aller plus vite qu’ils ne le souhaitent.

Mais tant que les salaires réels ou l’inflation des prix des biens réels ne seront pas source de surprise imprévue, il y a de bonne chance que l’appétit pour les actifs risqués dure encore un certain temps.

Et il sera bien difficile de définir quel événement sonnera la fin de la partie. Pour l’heure, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce qu’un ou une série d’événement(s) ne déclenche(nt) une correction sur les marchés financiers.

Les marchés sont complaisants, mais pas encore exubérants. Les bulles en cours de formation, et que les banquiers centraux surveillent comme le lait sur le feu, ne semblent pas encore prêtes à éclater.

La question est de savoir s’il faut dès aujourd’hui protéger le capital en adoptant une position plus défensive (ce que nous recommandons chez Morningstar et que certains courtiers ont récemment suggéré à leur tour) ou s’il faut continuer de danser tant que la musique ne s’est pas arrêtée, pour reprendre la triste expression d’un ancien grand patron de banque.

 

Lundi 16 octobre

Prem Icon Fonds d'allocation: la collecte bien orientée en France

Prem Icon Fonds d’allocation : du mieux après plusieurs années de vache maigre

Prem Icon Fonds d'allocation agressive: chers pour des performances irrégulières

Prem Icon L'impact du rendement sur la frontière efficiente

 

Mardi 17 octobre

Prem Icon Faut-il toujours des obligations dans une allocation ?

Prem Icon Quand votre gérant obligataire prend trop de risque

Prem Icon Obligations: nos idées de fonds bon marché (1/2)

Prem Icon Obligations: nos idées de fonds bon marché (2/2)

 

Mercredi 18 octobre

Prem Icon Allocation d'actifs: place aux "Goldilocks"

Prem Icon Allocation d'actifs: des rendements déclinants

Prem Icon Des classes d'actifs moins corrélées

Prem Icon Où retrouver les vues de Morningstar sur les différentes classes d'actifs

 

Jeudi 19 octobre

Prem Icon Y a-t-il encore du potentiel dans la dette émergente ?

Prem Icon Actions japonaises: toujours dignes d'intérêt

Prem Icon Actions japonaises: nos meilleures idées de fonds

 

Vendredi 20 octobre

Prem Icon Où est l'inflation ?

Prem Icon PIMCO optimiste sur la reprise de l'inflation aux Etats-Unis (Video)

Prem Icon Tapering: quand ? Comment ? Quelles conséquences ?

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.