Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Paroles d’experts : la gestion value conserve ses mérites

Les principes de la gestion value établis par Benjamin Graham sont encore d’actualité, selon Jean-Marie Eveillard.

Jocelyn Jovène 11.09.2014
Facebook Twitter LinkedIn

Source: Morningstar.

En clôture de la 5ème conférence annuelle de Morningstar France, Jean-Marie Eveillard, senior advisor chez First Eagle Investment Management a fait un retour sur les fondements de la gestion value, tels que définis par Benjamin Graham dans les années 1930 et repris par plusieurs générations de gérants, le plus fameux d’entre eux étant Warren Buffett.

« La gestion value fait sens et elle donne des résultats dans le temps », a affirmé Jean-Marie Eveillard, lui-même considéré comme l’un des plus grands disciples de Benjamin Graham, et gérant émérite des fonds First Eagle Global Investment Fund dans les années 1980 à 2000.

La gestion value de Benjamin Graham est résumée dans un ouvrage mythique, L’investisseur intelligent, que Buffett lui-même considère comme le meilleur jamais écrit sur le sujet, a rappelé Eveillard. Les bons ouvrages en matière d’investissement sont d’ailleurs très rares, a-t-il estimé, citant ceux de Seth Klarman – Margin of Safety (épuisé) – ou le livre de Martin Whitman et Fernando Diz – Modern Security Analysis (2013).

Pour Jean-Marie Eveillard, le livre de Graham renvoie à un certain nombre d’idées centrales, comme l’humilité, la prudence ou l’ordre. L’humilité tout d’abord, car tout investisseur est confronté à un avenir incertain. Comme l’avenir est incertain, l’investisseur doit également faire preuve de prudence.

Jean-Marie Eveillard a rappelé ici l’importance centrale de la notion de « marge de sûreté » chère à Graham et que bien peu d’investisseurs prennent en considération. La meilleure façon pour un investisseur de se prémunir contre le risque de perte en capital consiste à appliquer une marge de sûreté, c’est-à-dire une décote par rapport à la valeur intrinsèque du titre qu’il étudie.

Enfin, la notion d’ordre – les titres financiers ne sont pas que du papier que l’on achète ou vend mais ils constituent une participation au capital d’une entreprise, et qu’il existe une valeur intrinsèque.

Jean-Marie Eveillard a également évoqué ce que Graham appelait « Monsieur le Marché », à savoir cet ‘acteur’ qui fixe quotidiennement le prix d’un titre financier mais qui peut ponctuellement faire preuve d’un excès d’optimisme ou à l’inverse d’un excès de pessimisme.

Cette situation, bien réelle et contemporaine à voir l’évolution récente des marchés, montre combien l’approche de Graham est d’actualité et peut aider les investisseurs à naviguer dans un environnement de marché incertain.

Pour aller plus loin

Jean-Marie Eveillard a fait en mars 2014 un discours sur la gestion value et les enseignements de Benjamin Graham devant les étudiants de la Ivey Business School.

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.