Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

H2O AM et ses dirigeants sévèrement sanctionnés par l’AMF

La société de gestion conteste l’amende de 75 millions d’euros qui lui est infligée, ainsi que celles contre ses dirigeants Bruno Crastes et Vincent Chailley.                                

Jocelyn Jovène 04.01.2023
Facebook Twitter LinkedIn

L’AMF a infligé des sanctions pécuniaires inédites contre H2O Asset Management LLP, ainsi que ses co-fondateurs et dirigeants Bruno Crastes et Vincent Chailley, de respectivement 75, 15 et 3 millions d’euros, ainsi qu’une sanction disciplinaire (dont une interdiction de gérer ou de diriger une société de gestion pour Bruno Crastes) pour « plusieurs manquements commis dans le cadre de la gestion de fonds français. »

Le gendarme boursier reproche aux gérants d’avoir procédé à des placements dans des titres qui ne respectaient pas leur mandat de gestion.

Dans un communiqué de presse diffusé mardi 3 janvier, l’AMF met en cause « les investissements réalisés par H2O AM LLP pour le compte de 7 OPCVM (AdagioAllegroModeratoMultibondsMultiequitiesMultistrategies et Vivace) dans des instruments financiers émis par des sociétés du groupe Tennor, soit directement, soit dans le cadre d’opérations consistant en un achat immédiat couplé à une vente à terme de titres, à un date et un prix convenus d’avance (opérations dites de buy & sell back). »

L’autorité indépendante a « considéré que H2O AM LLP avait investi (…) dans des titres financiers émis par des sociétés du groupe Tennor alors que ceux-ci n’étaient pas éligibles à l’actif des fonds. »

Elle reproche notamment aux gérants d’avoir manqué de diligence et de transparence en s’exposant à des actifs peu, voire pas liquides, et ce dans des proportions qui ont dépassé les ratios prudentiels auxquels ils étaient soumis.

Ces choix de gestion ont été révélés à l’été 2020 et ont provoqué une chute des valorisations de certains actifs, voire l’impossibilité de valoriser lesdits actifs, obligeant H2O à créer des parts spéciales (SP) destinée à cantonner les actifs problématiques.

Ce mercredi 4 janvier, H2O AM a indiqué contester cette décision qui sanctionne une politique de prise de risque excessive et visiblement mal contrôlée tant en interne que par la banque Natixis, actionnaire de référence de la société de gestion.

Cette dernière a depuis décidé de dénouer ses liens avec H2O AM.

 

Performance des principaux fonds H2O Asset Management

H2O perf 2

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.