Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Chine: des défis gigantesques après le Congrès

Une concentration intense sur le troisième mandat prévu de Xi, les nominations de hauts responsables politiques, ainsi que la voie à suivre des politiques économiques de la Chine.

Kate Lin 21.10.2022
Facebook Twitter LinkedIn

china

Au cours d'une année de croissance économique modérée, les marchés surveillent le 20e Congrès du Parti communiste chinois à la recherche d'indices sur ce qui pourrait advenir de la deuxième économie mondiale.

Le Congrès a débuté le 16 octobre avec environ 2 000 délégués.

Le président Xi Jinping devrait remporter un troisième mandat (du jamais vu depuis l’ère Mao), ce qui ajoutera un autre mandat de cinq ans à son règne, qui a débuté en 2013.

Aidan Yao, économiste senior pour l'Asie émergente chez AXA Investment Managers, surveille deux annonces clés lors de cet événement politique.

« Premièrement, il y a au moins deux postes au tout-puissant Comité permanent du Politburo du Parti qui vont être remaniés », dit-il.

« Au-delà de cela, qui succèdera à Li Keqiang en tant que prochain Premier ministre du Conseil des affaires d'État, et qui pourrait assumer le rôle de Liu He en tant que l'un des principaux décideurs en matière de politique macroéconomique en Chine, sera très important pour l'économie et les marchés pour les années à venir. »

En mars, Li Keqiang devrait quitter le poste de numéro deux qu'il occupe actuellement. Le vice-Premier ministre Liu He, 70 ans, a dépassé l'âge de la retraite de 68 ans et devrait se retirer au Congrès la semaine prochaine.

Le Congrès du Parti n'est pas une plate-forme pour détailler les politiques sur le terrain, contrairement aux réunions ultérieures.

Bien que l'on s'attende à ce qu'une granularité limitée de l'agenda politique ressorte des réunions, les investisseurs espèrent toujours glaner des indices sur la manière dont le gouvernement tracera sa voie à travers les défis croissants au pays et à l'étranger.

Il s’agit tout d’abord du ralentissement de la croissance économique, mais également des tensions géopolitiques, ainsi que la politique de lutte contre le Covid-19, qui pèse sur l’économie et l’équilibre social du pays.

Yao cherche également des indices sur « l'accent mis par les dirigeants sur le maintien du développement économique au centre du renouveau national de la Chine ».

En particulier, le rapport politique présenté par Xi sera le principe directeur de la prise de décision à court terme.

Cela donnera aux investisseurs une idée de la manière dont le pays prévoit de poursuivre l'ouverture de l'économie, de réduire les émissions de carbone et de libéraliser le système financier.

"Cela devrait aider à apaiser les inquiétudes des investisseurs concernant le recul de la Chine sur les réformes économiques", a déclaré Yao.

Le sentiment dépressif s'estompera-t-il après le Congrès ?

Fidelity International pense que le sentiment pourrait encore s'améliorer après le Congrès du Parti.

« Nous surveillons de près les indices sur la manière dont la voie à suivre de la politique économique pourrait servir de catalyseur à une politique de croissance plus progressive », indique Salman Ahmed, responsable mondial de l'allocation d'actifs macro et stratégique de la société.

« Les attentes à l'approche du Congrès restent modérées, ce qui signifie que toute nouvelle positive pourrait donner un coup de pouce immédiat au sentiment des investisseurs », indique Ahmed.

Yao d'AXA IM a une « vision globalement prudemment optimiste » sur le Congrès du Parti et les événements ultérieurs. Il ajoute : « étant donné à quel point les marchés financiers ont été déprimés par les incertitudes politiques, une réduction de ces incertitudes devrait aider les investisseurs à affiner leurs perspectives économiques et à réévaluer les risques des marchés financiers. »

« Si l'énergie et les ressources de Pékin peuvent être réorientées pour sauver l'économie une fois les changements politiques terminés, le marché devrait réagir positivement à un éventuel rebond de la croissance », observe-t-il.

En ce qui concerne les politiques à court terme, les conférences ultérieures après le Congrès - la réunion du Politburo en novembre et la Conférence centrale sur le travail économique en décembre - pourraient fournir des signaux importants sur la gestion de la pandémie de Covid-19, le marché immobilier et les politiques économiques en 2023, selon Yao.

La politique zéro-Covid est loin d'être terminée

Alors que l'inflation et la pression macro sont moins préoccupantes pour le pays, le Politburo chinois a encore du pain sur la planche et à aborder lors des prochaines réunions politiques, d'autant plus que la politique zéro-Covid reste une priorité.

La Chine veut contrôler et éliminer chaque épidémie de Covid-19 avec une combinaison de mesures, allant des fermetures aux isolements forcés et aux restrictions de voyage strictes, qui, selon les analystes, ont compromis la croissance du pays.

Le porte-parole du parti au pouvoir en Chine a réaffirmé que le pays poursuivait ses mesures radicales pour arrêter la propagation du virus Covid-19. Cela signifie que l'approche « vivre avec le COVID », adoptée par d'autres grandes économies du monde, reste politiquement inacceptable.

Cependant, cette stratégie agressive a semé le trouble en Chine, alors que le mécontentement social et la fatigue montent.

L'économie en paie également le prix - le PIB n'a augmenté que de 0,4 % en glissement annuel au deuxième trimestre, lorsque la ville de Shanghai, un important centre d'exportation et financier, a été confinée.

Le pays devrait publier ses chiffres du troisième trimestre la semaine prochaine (les autorités ont soigneusement évité de les annoncer en plein Congrès).

À l'été 2022, Morningstar a ajusté la prévision de croissance à la baisse à 3,2 % contre 4 %, alors même que l'estimation précédente était considérée comme « déjà baissière ».

Cette dégradation s'explique par plusieurs risques sous-jacents à l'économie chinoise : un plongeon dans la récession reste un risque important, compte tenu des effets négatifs d'omicron et d'un ralentissement du commerce international.

Les restrictions en cours sur la mobilité ont pesé sur la consommation, et le frein des dépenses de services aux consommateurs est considéré comme un facteur de poids car le secteur représente 30 % du PIB.

La toile de fond a laissé une brèche dans les marchés financiers – l'indice Morningstar Chine a glissé de 32,7 % depuis le début de l'année, après avoir perdu près de 20 % en 2021.

Une relaxation de Covid-19 peu probable d'ici mars 2023

Yao d'AXA IM pense que pour faire face à ce dilemme, les autorités doivent trouver le juste équilibre.

« Soit les fermetures continues, soit l'aggravation des flambées de relaxation mal gérée pourraient frapper plus durement l'économie. La chance d'atteindre l'objectif de croissance de Pékin - un scénario à la hausse - est faible. »

Les perspectives macroéconomiques et du marché dépendront de la trajectoire de Covid-19, qui a des ramifications mondiales, et la réponse à la pandémie doit être recalibrée pour équilibrer la croissance et la santé, ajoute Yao.

David Chao, stratège du marché mondial chez Invesco déclare : « Il est difficile de prédire quand la Chine s'éloignera de sa politique zéro-Covid, même si je pense que les verrouillages ciblés sont là pour rester pendant un certain temps, au moins jusqu'à la fin du Congrès du peuple en mars prochain. »

Citant les données d'infection, Chao pense que la dernière vague de l'épidémie a atteint son apogée, et il s'attend à ce que les mesures de confinement du virus restent strictes d'ici mars.

« Malgré les vents contraires auxquels l'économie est confrontée, les décideurs adoptent des mesures de stabilisation de la croissance plus énergiques. Je pense que de nouvelles mesures de relance monétaire et budgétaire devraient être annoncées avant la fin de l'année, ce qui pourrait renforcer la confiance du marché et relancer l'activité commerciale », ajoute-t-il.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Kate Lin  est datajournaliste chez Morningstar.