Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Santé : l’impact de l’IRA est gérable

Certaines sociétés pharmaceutiques seront toutefois plus touchées que d’autres.

Karen Andersen, CFA 23.09.2022
Facebook Twitter LinkedIn

IRA

Après avoir examiné de plus près ce que nous considérons comme les trois éléments clés de la loi sur la réduction de l'inflation (« Inflation Reduction Act ») qui affecteront l'industrie pharmaceutique au cours de la prochaine décennie, nous réduisons en moyenne nos estimations de la juste valeur pour 17 des plus grands laboratoires biopharmaceutiques couverts par les analystes de Morningstar de 2 %.

Nous pensons que la réduction des ventes de médicaments de marque aux États-Unis, passant du plafonnement des augmentations de prix de Medicare à l'inflation (entièrement déployée en 2023), de la refonte de Medicare Part D (à partir de 2025) et de la négociation de Medicare (à partir de 2026 pour les petites molécules) se traduira par une réduction de 3 % des ventes totales de ces entreprises d'ici 2031.

Ceci s’accompagnera de réductions au niveau de l'entreprise en fonction de la dépendance de l'entreprise vis-à-vis du marché américain, de la proportion du portefeuille ciblant les seniors, de l'historique des augmentations de prix et de la taille relative de ses portefeuilles de petites molécules et de produits biologiques (car les produits biologiques sont à l'abri de la négociation de l'assurance-maladie pendant 13 ans au lieu de neuf).

Nos estimations tiennent compte d'une certaine capacité de l'industrie à bénéficier de certains changements (comme l'augmentation potentielle des taux d'exécution des ordonnances dans la partie D avec des coûts déboursés inférieurs) ou à compenser les vents contraires (comme répondre aux plafonds d'inflation sur les augmentations de prix avec des prix de lancement plus élevés).

Dans l'ensemble, nous pensons que l'effet de la loi sur la réduction de l'inflation est gérable pour l'industrie, et nous constatons que les avantages concurrentiels et les douves économiques de ces entreprises restent intacts.

En ce qui concerne les effets sur les entreprises individuelles, nous pensons que les entreprises les plus exposées à ces changements de politique comprennent AstraZeneca (négociation oncologique), Bristol (médicaments oncologiques coûteux), Gilead (négociation VIH) et Novo Nordisk (négociation Ozempic et augmentations des prix catalogue).

Les facteurs réduisant l'exposition comprennent une faible exposition à Medicare (Biogen et BioMarin), une diversification mondiale (BioMarin, Pfizer et Roche) et une concentration sur les produits biologiques (BioMarin et Roche).

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Amgen Inc281,99 USD-0,22Rating
AstraZeneca PLC11 060,00 GBX0,09Rating
Biomarin Pharmaceutical Inc97,12 USD-1,56Rating
Gildan Activewear Inc28,09 USD-1,02Rating
Novo Nordisk A/S Class B879,90 DKK2,50Rating
Pfizer Inc49,49 USD-0,16Rating
Roche Holding AG309,25 CHF-1,01Rating

A propos de l'auteur

Karen Andersen, CFA  Karen Andersen, CFA, is a senior stock analyst with Morningstar.