Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Qu'est-ce que le comportement moutonnier ?

En période de turbulences sur les marchés, il est naturel de vouloir suivre la foule. Mais malheureusement, la foule court généralement dans la mauvaise direction.

Sara Silano 29.06.2022
Facebook Twitter LinkedIn

Pour recevoir nos informations et analyses sur les marchés, les titres et les fonds, abonnez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.

 

La volatilité actuelle des marchés financiers n'a rien d'agréable. En temps de guerre, d'inflation élevée et de possibilité imminente de récession, même les investisseurs les plus logiques peuvent avoir du mal à rester sur la bonne voie.

L'un des conseils qui circulent sur les réseaux sociaux (et parmi certains membres de ma famille et mes amis !) est de sortir du marché.

En période de volatilité accrue, il est naturel de vouloir suivre la foule. Il s'agit d'un phénomène courant connu sous le nom de « comportement grégaire ».

Selon Investopedia, « l'instinct grégaire est un comportement dans lequel les gens rejoignent des groupes et suivent les actions des autres. Cela se produit en finance lorsque les investisseurs suivent la foule au lieu de suivre leur propre analyse. Cela peut créer des bulles de marché ou des krachs boursiers via des achats et des ventes en situation de panique. »

La bulle Internet de la fin des années 1990 et du début des années 2000 et le krach boursier induit par le COVID-19 en mars 2020 sont d'excellents exemples des effets du comportement grégaire.

Pourquoi les investisseurs suivent la foule

Selon l'équipe Morningstar Behavioral Sciences, ce comportement a quatre facteurs clés.

1) Les investisseurs sont plus enclins à adopter un comportement grégaire lorsqu'ils prennent des décisions difficiles. « Dans la vie de tous les jours, quand on n'est pas sûr de quelque chose, c'est généralement une bonne idée de suivre la foule. Ceci est un exemple de notre ‘Système 1’ en action, dans lequel nos esprits trouvent des moyens de prendre un raccourci au lieu de résoudre un problème complexe. Ainsi, si les investisseurs ne sont pas sûrs de leur expertise en matière d'investissement, leur esprit peut automatiquement choisir de suivre la foule. Et malheureusement, en matière de finance, la foule court généralement dans la mauvaise direction », affirment les chercheurs de Morningstar Samantha Lamas et Steve Wendel.

2) Le biais grégaire est particulièrement répandu en période d'incertitude. Nous sommes vraiment dans une période de flux et de changements de régime. Il est difficile de dire quel sera l'impact d'une guerre de longue durée en Ukraine sur nos vies et nos finances. De plus, les 30 années précédentes (1991-2020) ont été généralement marquées par une baisse des taux d'intérêt et une inflation bénigne, créant un environnement favorable tant pour les actions que pour les obligations. Mais ces tendances semblent maintenant s'inverser.

3) Aller contre la foule est émotionnellement épuisant et peut même être physiquement inconfortable. Notre instinct nous dit de nous intégrer et de ne pas nous laisser distancer.

4) Ne pas suivre la foule nous oblige à engager le côté le plus rationnel de notre esprit et à faire un choix plus logique. Malheureusement, cela nécessite de l'attention et, à l'heure actuelle, l'attention d'un investisseur jongle déjà avec de multiples préoccupations telles que l'augmentation des prix de l'énergie et des denrées alimentaires et les problèmes de chaîne d'approvisionnement.

Que peuvent faire les investisseurs ?

Éviter de paniquer en période de turbulences peut aider les investisseurs à rester sur la bonne voie avec leurs objectifs financiers.

En tant que prix Nobel, Richard H. Thaler a déclaré aux Morningstar Awards 2022 pour l'excellence en investissement en Italie, « la plupart des investisseurs individuels feraient mieux d'utiliser une règle. Et la raison en est que leurs instincts sont tous faux. Ils achètent cher, vendent bas ».

Un coup de pouce peut nous encourager à engager le côté logique de notre cerveau.

Cela peut rappeler aux investisseurs que ceux qui ont maintenu le cap avec leurs investissements pendant la crise financière mondiale de 2008 se sont rétablis et ont enregistré des rendements positifs en quelques années.

Les investisseurs sont plus à risque de comportement grégaire lorsqu'ils ne sont pas certains de leur situation actuelle.

C'est le moment idéal pour vérifier auprès de votre conseiller financier si votre portefeuille est toujours bien positionné pour atteindre vos objectifs financiers ou s'il doit être rééquilibré.

Enfin, vous pouvez essayer de penser différemment.

La volatilité des marchés devrait être un bon moment pour acheter des actions sous-évaluées. « Les actions américaines se négocient à un rabais rarement vu », note Dave Sekera, analyste chez Morningstar.

« Le niveau actuel de sous-évaluation est la plus grande décote par rapport à la juste valeur depuis l'émergence de la pandémie en mars 2020 et la peur de la croissance qui a fait baisser les actions en décembre 2018. »

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Sara Silano

Sara Silano  est rédactrice en chef de Morningstar Italie.