Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Volatilité des marchés : que faire ?

Réponse : la plupart du temps, rien et surtout rester calme.

Jocelyn Jovène 17.01.2022
Facebook Twitter LinkedIn

trader

Les minutes de la Fed publiées il y a quelques jours ont provoqué un regain de nervosité sur les marchés.

Depuis le début de l’année, les indices de volatilité (le plus connu étant le VIX) ont bondi de 11%, tandis que les marchés actions reculaient de 2%, tout comme les marchés obligataires, confrontés à une remontée sensible des taux courts et longs (une vingtaine de points de base).

Cette remontée des taux a provoqué un début de rotation sectorielle, qui pénalise les valeurs chèrement valorisées (luxe, technologie) et bénéficie aux titres « value ». Ainsi l’indice MSCI Europe Growth recule de 6,2% depuis le 31 décembre, quand l’indice MSCI Europe Value gagne 4,6%.

La raison de ce regain de volatilité est la même que l’an dernier : l’inflation rampante et la manière dont les banques centrales vont resserrer leur politique monétaire pour la contrecarrer sans casser la reprise économique.

Les investisseurs doivent-ils réagir à ce type d’événements ? Pas le moins du monde.

La volatilité est une caractéristique inhérente aux marchés financiers, fruit de la psychologie changeante des investisseurs. (C’est un sujet récurrent traité sur ce site.)

Or face à la volatilité, l’investisseur n’est pas démuni (vous pouvez par exemple lire cet article très éclairant de 2018 ou celui-ci sur la gestion du stress).

La présente situation n’est pas différente.

L’investisseur doit prendre du recul, s’attacher à l’analyse des fondamentaux de ses investissements et considérer leur valorisation.

Et il ne doit jamais oublier qu’un regain de volatilité doit toujours être vu comme une opportunité d’acquérir des actifs à bon compte, plutôt que comme une augmentation du risque sur les marchés.

Certes, le retour de l’inflation est une réalité et les niveaux de valorisation sont élevés, comme nous l’évoquions en début d’année.

Mais, dans un tel contexte, il faut se montrer vigilant plutôt que prudent et faire preuve de discernement : privilégier les actifs de qualité (ou les stratégies de qualité si l’on s’intéresse à des fonds), autrement dit des titres disposant d’un rempart concurrentiel moyen ou étendu (voici un exemple pour le marché français) ou des fonds notés positivement par la recherche Morningstar.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.