Nous conduisons une opération de maintenance sur notre site durant laquelle vous pourriez subir de petites interruptions de service passagères. Nous vous remercions de votre patience.

Les leçons de Charlie Munger

Charlie Munger est sans doute l’un des investisseurs les moins appréciés à sa juste valeur.      

Jocelyn Jovène 25.06.2021
Facebook Twitter LinkedIn

Charlie Munger

Charlie Munger est sans doute l’un des investisseurs les moins appréciés à sa juste valeur.

Non seulement, il est l’associé irremplaçable de Warren Buffett, mais il est un concentré de sagesse et d’honnêteté dont les idées et principes peuvent s’avérer fort utiles pour tout investisseur, débutant comme confirmé.

Pour Munger, le monde ne peut être compris que si l’on fait preuve de curiosité et si l’on tire parti d’une variété de disciplines et pas uniquement d’une seule. Munger aime à répéter que pour « l’homme muni seulement d’un marteau, tout problème ressemble à un clou. »

Dans un discours à l’USC Business School en 1994, il enjoint les étudiants à adopter un « treillage » (« latticework ») de différents modèles ou grilles de lecture provenant de disciplines aussi variées que les mathématiques, la biologie, la psychologie, la physique, l’économie ou la finance.

Pour ne pas simplement devenir un « homme au marteau », il faut disposer de ces modèles qui vont permettre de comprendre et d’analyser tout type de problème.

Nous n’allons pas passer en revue tous ces modèles, car des blogs spécialisés (dont Farnam Street) le font relativement bien, tout comme certains livres, tel celui de Robert Hagstrom (« Latticeworkd. The New Investing »).

Une autre partie intéressante de son discours concerne directement l’investissement dans des entreprises.

Après avoir passé en revue la théorie des marchés efficients, Munger estime que le meilleur moyen de gagner de l’argent est de « travailler, travailler, travailler » jusqu’à mettre le maximum de chances de son côté pour obtenir une opportunité et dès qu’elle se présente ne pas hésiter et parier dessus de manière décisive.

Et la meilleure approche, d’après lui, consiste à se cantonner à un cercle de compétence que l’on maîtrise bien, à être sélectif et à raisonner comme si l’on devait acheter une entreprise entière.

Voici une série de citations qui permettent de comprendre comment Munger raisonne en matière d’investissement. Elles se passent de commentaires :

« Après avoir débuté comme des Grahamites [disciples de Benjamin Graham, NDLR] (…) nous avons réalisé que certaines entreprises qui se vendait 2 à 3 fois l’actif net était de vraies affaires (« hell of a bargain ») grâce au momentum implicite lié à leur position, parfois associé à des compétences managériales inhabituelles. »

« Nous avons vraiment gagné de l’argent avec des entreprises de qualité. Dans certains cas, nous avons racheté toute l’entreprise. Et dans d’autres, nous avons acquis un bloc de titres. »

« Sur le long terme, il est difficile pour une action de faire beaucoup mieux que ce que l’entreprise qu’elle représente fait. Si une entreprise génère une rentabilité du capital de 6% par an sur 40 ans et vous la conservez pendant 40 ans, votre performance ne sera guère éloignée de 6% par an – même si vous avez acheté le titre avec une forte décote. Inversement, si cette entreprise génère une rentabilité du capital de 18% sur 20 ou 30 ans, même si vous payez cher pour ses actions, vous vous en sortirez très bien. »

« Le 'truc' est de détenir des entreprises de qualité. »

Pour aller plus loin :

Outre l’assemblée générale de Berkshire Hathaway, Charlie Munger tient son propre show avec l’assemblée générale de la société Daily Journal qu’il contrôle. Et elle a aussi son lot d’admirateurs qui en produisent un compte-rendu.

http://latticeworkinvesting.com/

Retranscription du discours à l'USC (1994)

Discours à l'université USC (2017)

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.