Crédit: ce qu’une statistique peut changer

Dès que les chiffres de l’emploi américain ont été publiés vendredi, les investisseurs se sont rués sur les obligations d’entreprises.

Dave Sekera, CFA 11.06.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Ce qu’une statistique peut changer. Tout au long de la semaine dernière, les investisseurs étaient vendeurs d’obligations d’entreprises, mais dès que les chiffres de l’emploi américain sont sortis, tout le monde est redevenu acheteur. La publication – 175000 créations d’emplois – était légèrement supérieure au consensus et le taux de chômage s’est légèrement affaibli à 7,6%. Alors que les prix des bons du Trésor et des matières premières reculaient (notamment les métaux précieux), les investisseurs avaient tendance à écouter les économistes qui prétendaient que la statistique sur l’emploi conduirait la Fed à réduire ses achats d’obligations dès cet été. Au regard de la hausse de 1,3% du S&P 500 vendredi dernier, il semble que les investisseurs actions sont du côté d’un chiffre de l’emploi suffisamment solide pour signifier une poursuite de la croissance économique, mais pas trop élevé pour conduire la Fed à arrêter soudainement sa politique d’assouplissement quantitatif.

Les spreads de crédit se sont élargis tout au long de la semaine, avec une hausse du spread de l’indice Morningstar Corporate Bond de 10 points de base, à 147 points de base jeudi dernier, son niveau le plus élevé depuis le début de l’année. Pourtant, les spreads se sont de nouveau comprimés vendredi, ramenant l’indice à +145 points de base.

Depuis notre changement de recommandation sur la classe d’actifs de surpondérer à neutre à l’automne dernier, le spread moyen de crédit a fluctué entre +130 et +155, avec une moyenne à +140. Nous considérons toujours que l’univers des obligations d’entreprises est correctement valorisé, même si nous reconnaissons que le momentum de court terme conduira au resserrement des spreads de crédit au début de l’été, jusqu’au point bas de la fourchette évoquée précédemment.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Dave Sekera, CFA  Dave Sekera, CFA, is a senior securities analyst with Morningstar.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar