Les banques sont-elles maudites ?

Déstabilisées par la crise de la dette souveraine en Europe et la dégradation de la note américaine, les banques sont à la peine.

Erin Davis 21.11.2011

Il aura fallu moins de 3 semaines cet été, entre le 22 juillet et le 10 août, à la Société Générale pour perdre près de 40% de sa valeur en bourse, passant de plus de 38 euros à près de 22 euros. Il est vrai que la période estivale a été particulièrement tumultueuse sur les marchés : aux craintes suscitées par les incertitudes sur la crise de la dette grecque s’est ajouté le coup de tonnerre le vendredi 5 août de la dégradation de la note souveraine américaine de AAA à AA par Standard and Poor ‘s.

Pourtant la publication des résultats des « stress tests » bancaires à la mi-juillet avait pour partie allégé le voile de suspicion qui pèse sur le secteur depuis 2008. Il ressortait que parmi les 91 établissements passés au crible, seuls 8 n’étaient pas à la hauteur, dont    aucun établissement français. Il est vrai que les établissements hexagonaux avaient pris des mesures appropriées au printemps en dépréciant par exemple de 21% dans le cas BNP Paribas et de la Société Générale leur exposition à la dette grecque. Même si le niveau de dépréciation devait être relevé et que de nouveaux émetteurs étaient mis à l’index, nous pensons que les banques françaises ont un capital leur permettant d’absorber le choc. Dans le cas de BNP Paribas, il faudrait une dépréciation de l’ordre de 30% sur ses expositions aux dettes PIIGS ainsi que des pertes de 7,5% sur le reste de son portefeuille de dette avant que son ratio Tier 1 ne passe en dessous de 6% visé par Bâle III.  Dans le cas de la Société Générale, il faudrait une dépréciation de l’ordre de 50% et une perte de 15% sur les autres dettes pour qu’elle soit contrainte de renforcer ses capitaux.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Erin Davis  Erin Davis is a senior stock analyst for Morningstar.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar