Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Stratégie d’investissement pour 2023

La nouvelle année s'ouvre sur une série d'inconnues, dont les risques de récession, la crise énergétique et la guerre en Ukraine. Les marchés financiers n'ont donné que très peu de satisfaction aux investisseurs, qui doivent désormais préparer leurs portefeuilles pour 2023.

Sara Silano 12.12.2022
Facebook Twitter LinkedIn

2023

Après une année 2022 à oublier, les investisseurs se demandent quelles stratégies adopter en 2023.

L'année 2022 a enchaîné une série de records négatifs.

Pour les obligations, c'était le pire en neuf décennies.

Pour les actions, l'une des plus noires.

L'inflation est à un niveau record dans la zone euro. Aux États-Unis, elle a atteint des niveaux pas vus depuis 40 ans.

En 2023, les investisseurs font face au spectre supplémentaire d'une récession ou du moins d'un ralentissement très important de l'économie mondiale.

Selon les dernières estimations de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement), la croissance mondiale sera de 2,2% en 2023, contre les précédentes prévisions de +2,8%, formulées en juin.

Le Royaume-Uni sera le plus durement touché, mais l'Allemagne verra également une contraction de son produit intérieur brut (PIB). Les États-Unis devraient connaître une expansion de 0,5 % et la France de 0,6%.

Futures inconnues

Les gérants interrogés par Morningstar jugent la situation économique en Europe plus préoccupante que celle des Etats-Unis, en raison de la crise énergétique.

Mais une question clé pour décider des stratégies d'investissement pour 2023 sera celle des politiques monétaires des banques centrales.

Dans un procès-verbal publié le 24 novembre, la Banque centrale européenne a déclaré qu'elle « pourrait suspendre le resserrement monétaire en cas de récession prolongée et profonde ».

Les gérants de fonds s'attendent à de nouvelles hausses de taux au moins jusqu'au premier trimestre 2023.

Aux États-Unis, la Réserve fédérale pourrait changer de cap au cours de la première partie de l'année.

La situation géopolitique reste une grande inconnue.

Il existe de nombreux fronts ouverts, notamment la guerre en Ukraine et les tensions en Chine.

Les investisseurs ne peuvent ignorer l’Empire du milieu, car la question du « comment » et du « quand » la politique du « zéro Covid » sera mise de côté, également au vu des protestations de la population.

Par ailleurs, l'économie semble se diriger vers une gestion de plus en plus centralisée, suite aux résultats du Congrès du Parti communiste en octobre, qui a donné un troisième mandat au président Xi Jinping.

Selon Lan Wang Simond, Senior Investment Manager chez Pictet Asset Management, « la Chine est trop grande et trop profondément enracinée dans le système économique et financier mondial pour être ignorée ».

2023 sera-t-elle l'année des obligations ?

Pour les investisseurs obligataires, 2022 a été la pire en près d'un siècle. Les principales catégories de fonds obligataires ont enregistré des rendements négatifs, y compris ceux des obligations d'État en euros et en dollars.

En établissant des stratégies pour 2023, les investisseurs se demandent si les choses vont changer.

« Avec une inflation susceptible de se normaliser l'année prochaine, les actifs obligataires devraient devenir plus attractifs et offrir de nouveaux avantages de diversification dans les portefeuilles », a déclaré le Credit Suisse dans un communiqué.

Toujours de la volatilité sur les marchés boursiers

En 2022, les fonds spécialisés sur les principales places boursières ont enregistré des pertes à deux chiffres.

L'inconvénient est qu'aujourd'hui, la plupart des bourses ont des valorisations attrayantes.

Cependant, les gérants d'actifs sont convaincus qu'il y aura toujours de la volatilité en 2023.

Les valorisations boursières sont attractives dans le monde entier

world

Données en devise de base au 6 décembre 2022.

« Dans l'ensemble, compte tenu également de la situation géopolitique, les conditions nécessaires à une reprise durable du marché pourraient ne pas encore exister. Mais des reprises périodiques sont possibles et pour cette raison, il ne semble pas approprié de prendre des positions nettes, alors qu'une sélection qualitative rigoureuse peut atténuer la volatilité », déclare Matteo Ramenghi, Chief Investment Officer d'UBS GWM Italie.

 

Lundi 12 décembre

 Perspectives des actions mondiales en 2023 

 Quatre erreurs d'investissement à éviter en 2023

 Les fonds mondiaux ne le sont pas toujours

 

Mardi 13 décembre

 Perspectives des actions américaines en 2023

 Les vedettes de Wall Street bon marché 

 

Mercredi 14 décembre

 Perspectives des actions européennes en 2023

 Comment faire face à une récession

 2023 pourrait être une année mouvementée (EN)

 L'inflation, risque majeur pour les entreprises en 2023

 

Jeudi 15 décembre

 La Chine à un tournant ? (EN)

 2023, année de la Chine ?

 La Fed reste focalisée sur l'inflation 

 La BCE poursuit son resserrement, les Bourses reculent

 

Vendredi 16 décembre

 4 choses à attendre pour l'investissement durable en 2023 

 Six menaces pour l'investissement durable

 Quelle est la meilleure stratégie d'investissement ? (EN)

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Sara Silano

Sara Silano  est rédactrice en chef de Morningstar Italie.