Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Chine : l’année du Tigre en 4 thèmes

Les investisseurs espèrent que l’année du Tigre sera moins agitée que l’année du Buffle.

James Gard 01.02.2022
Facebook Twitter LinkedIn

tiger

La Chine est de nouveau sur le devant de la scène internationale avec deux événements clés cette semaine : le début de l'année du tigre ce mardi et les Jeux olympiques d'hiver de Pékin vendredi.

Les investisseurs espèrent que la nouvelle année lunaire leur apportera meilleure fortune que l'Année du Buffle, qui s'est achevée hier.

L'intervention du gouvernement chinois dans des secteurs clés de l’économie a effrayé les marchés, tandis que la correction du secteur de la technologie dans le monde en ce début d’année a pesé aussi dans le pays.

Comme si cela ne suffisait pas, la crise d'Evergrande a également rappelé au monde le potentiel de surchauffe de la Chine dans des secteurs comme l'immobilier.

En 2020, le rebond rapide de la pandémie en Chine en a fait le marché boursier le plus performant au monde, mais cela semble être de l’histoire ancienne ces jours-ci.

Le pays poursuit désormais une politique de confinement qui pourrait freiner certains éléments de son économie comme la construction.

L'indice Morningstar China a baissé de 21 % en 2021, après des gains de plus de 30 % en 2020. L'indice est en baisse de près de 5 % depuis le début de cette année.

Alors que la couverture de Morningstar comprend une gamme de fonds des marchés émergents, ils sont dominés par les actions chinoises, et seuls deux fonds spécifiques à la Chine sont notés Bronze et plus : FSSA Greater China Growth, qui est noté « Gold » par la recherche Morningstar, et JP Morgan China notée « Silver » (« Bronze » pour les parts les plus chères).

Le fonds FSSA a réussi à inverser la tendance à la faiblesse de l'indice en affichant des gains de 4,7 % en 2021, après un gain de 27 % en 2020. Le cours de l'action de la fiducie JP Morgan a chuté de 25 % en 2021, après une hausse spectaculaire de 95 % en 2020.

Ci-dessous, nous examinons quelques thèmes clés pour l'Année du Tigre en Chine, avec le regard de certains experts.

Régulation

La mainmise de Pékin s'est étendue de l'éducation aux jeux informatiques et les investisseurs ont été effrayés à la fois par l'ampleur et la soudaineté de l'intervention.

Sous la bannière de la «prospérité commune », Xi Jinping a montré le pouvoir du gouvernement de façonner l'économie à volonté, rappelant encore un fois le risque politique aux fans des marchés émergents.

Dale Nicholls, directeur de la stratégie China Special Situations (FCSS) de Fidelity, pense qu'une certaine tourmente sera bénéfique pour l'économie sur le long terme.

« Il y a de fortes chances que nous soyons bien entrés, sinon passés, dans le pic des réformes réglementaires, en particulier dans le secteur de la technologie - je ne m'attendrais pas au même degré d'intensité que nous avons vu l'année dernière et à la fin de 2020 se poursuive. »

L'objectif de Pékin de diffuser la richesse croissante de la Chine pourrait être considéré comme une opportunité, ajoute Jimmy Chen, gestionnaire du fonds Comgest Growth China. « Les sélectionneurs de titres comme nous doivent intégrer l'agenda gouvernemental et le risque réglementaire dans leur sélection de titres. Nous nous demandons si nos actions en portefeuille sont alignées ou non avec les objectifs du gouvernement. C'est aussi simple que ça. »

Le joaillier Chow Tai Fook, la marque de vêtements de sport Anta et la société d'électroménager Midea, tous des succès locaux, sont des exemples de marques challenger susceptibles d'exploiter la hausse des revenus des chinois.

Valorisations

Fin 2020, le consensus était que le marché boursier chinois était désormais fortement valorisé, voire surévalué.

Maintenant, le contraire pourrait être soutenu après une période douloureuse pour les investisseurs.

Alors que le grand dénouement de la bulle technologique américaine vient peut-être de commencer, les actions chinoises ont déjà traversé la bulle et au-delà, affirme le directeur général de FundCalibre, Darius McDermott.

« Les baisses des actions des six à douze derniers mois ont laissé les valorisations de nombreuses entreprises chinoises de haute qualité à des niveaux beaucoup plus attrayants et bon nombre des principaux vents contraires pour le marché boursier chinois se dissipent ou sont désormais largement reflétés. dans le cours des actions, ou les deux », dit-il.

Les actions chinoises se négocient avec une décote de 35% par rapport aux actions américaines, la plus importante depuis la crise financière des années 1990, déclare Jacob Mitchell, fondateur et directeur des investissements chez Antipodes Partners.

Certaines entreprises semblent toujours chères malgré la vente, affirme Wenchang Ma, co-gestionnaire de portefeuille, Ninety One GSF All China Equity.

« Certaines entreprises chinoises se négocient sur des multiples excessifs, bien au-delà sur leur potentiel de croissance de leurs résultats », dit-il.

Inflation et hausse des taux

Alors que le monde occidental se prépare à une série de hausses de taux pour maîtriser l'inflation, la Chine semble aller dans la direction opposée, en assouplissant les conditions monétaires et budgétaires.

« 2022 pourrait être l'année où l'inflation décollera dans le monde entier. Si tel est le cas, la Chine pourrait s'avérer un refuge car l'inflation reste faible et la politique monétaire s'assouplit », déclare Chen de Comgest.

Pendant ce temps, en Chine même, l'argument en faveur d'une politique plus accommodante (apportant effectivement de l'argent à des secteurs en difficulté comme l'immobilier) a pris le dessus.

C'est la position de l'économiste en chef de Mirabaud Asset Management, Gero Jung. Les banques commerciales abaissent leurs taux de prêt, ce qui devrait soutenir le marché du logement.

Les mesures de soutien de la banque centrale chinoise, la PBOC, pourraient également favoriser les rendements des actions, du moins à court terme, déclare Janet Mui, responsable de l'analyse de marché chez le gestionnaire de patrimoine Brewin Dolphin.

« Cette augmentation de la liquidité est historiquement un moteur important des rallyes du marché boursier chinois - sans doute plus que les fondamentaux économiques ou d'entreprise », dit-elle.

La géopolitique toujours présente

L'économie et le marché boursier de la Chine pourraient faire bonne figure pendant l'Année du Tigre, mais à quel prix ?

Les investisseurs ont de nombreuses raisons de s'inquiéter de la nature belliqueuse du régime de Xi Jinping.

La fin de l'ère Trump n'a pas signalé une nouvelle détente dans les relations américano-chinoises, et la guerre commerciale entre les deux nations est bel et bien vivante.

De plus, les crises récentes, du Kazakhstan à l'Ukraine, ont renforcé la puissance de la Russie et l'ont attirée vers la Chine contre l'Occident.

Dans le Pacifique, la Chine étend sa puissance navale, ce qui pèse notamment sur le Japon et Taïwan, et les troubles à Hong Kong restent d'actualité.

Les Jeux olympiques d'hiver attirent également l'attention sur le traitement réservé par la Chine aux minorités ethniques ouïghoures - le New York Times de ce week-end a publié une publicité d'une page entière de la Fondation Elie Wiesel pour l'humanité, l'organisation caritative de défense des droits de l'homme créée par le survivant de l'Holocauste Elie Wiesel.

La publicité appelait les athlètes et les entreprises sponsors à boycotter les jeux à moins que Pékin ne prenne des mesures pour réunir les familles ouïghoures.

Guy Monson, directeur des investissements chez Sarasin & Partners, affirme que Pékin continue de se mettre en désaccord avec les États-Unis et d'autres partenaires commerciaux.

« L'inclinaison de la Chine vis-à-vis de l'Occident s'est intensifiée en 2021, avec une plus grande assurance envers Taïwan, un régime de sécurité plus strict à Hong Kong et des politiques économiques restrictives visant des pays comme la Lituanie, le Canada et l'Australie », dit-il.

Et Chetan Sehgal, gestionnaire de portefeuille principal du Templeton Emerging Markets, note que l'impasse politique entre les États-Unis et la Chine continue d'affecter la liste des sociétés des deux pays.

« Les États-Unis ont récemment finalisé des règles pour forcer la radiation des sociétés chinoises des bourses américaines si elles ne se conforment pas aux inspections d'audit américaines et à d'autres exigences », note-t-il.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

James Gard  est éditorialiste chez Morningstar UK.