Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

COP26 : 12 questions/réponses pour comprendre

Les pays doivent se mettre d’accord sur un financement de 100 milliards par an pour atteindre le « Net Zero ».

Jocelyn Jovène 18.10.2021
Facebook Twitter LinkedIn

iceberg

Qu’est-ce que la COP26 ?

La 26ème réunion de la conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique.

Que signifie « Net Zero » ?

L’équilibre entre les gaz à effet de serre émis et ceux retirés de l’atmosphère terrestre.

Pourquoi doit-on atteindre le « Net Zero » ?

Pour lutter contre le changement climatique. Atteindre le « Net Zero » en 2050 doit permettre de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

Est-ce un objectif réaliste ?

A priori oui, mais à condition d’y mettre les moyens et cela au cours de la décennie qui vient. Cela nécessite notamment une réduction de 50% à 80% des émissions de dioxyde de carbone entre 2020 et 2030 et de 100% d’ici 2050.

Qu’est-ce que la décarbonation et comment y parvenir ?

La décarbonation (ou « décarbonisation ») est le fait pour un pays de réduire progressivement sa consommation d’énergies primaire. Cela concerne avant tout les combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). Une autre approche consiste à stocker les gaz à effet de serre dans le sous-sol (on parle de capture de carbone). Enfin, un autre levier très important consiste à améliorer l’efficacité énergétique des secteurs les plus polluants (logement, transport) et à remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables.

Quels secteurs seront les plus affectés ?

Tous les secteurs doivent engager des mesures de décarbonisation, mais le transport, l’industrie et le chauffage sont aujourd’hui les secteurs les plus polluants, donc ceux qui doivent sans doute réaliser le plus gros effort dans ce domaine.

Combien cela coûte-t-il ?

Les estimations varient mais selon l’Agence Internationale de l’Energie, environ 150.000 milliards de dollars soit 5.000 milliards de dollars par an. Le PIB mondial est estimé à 88.000 milliards de dollars.

Comment financer ces investissements ?

C’est un des enjeux de la COP26. Se mettre d’accord sur un financement de 100 milliards de dollars, mais mobiliser également les émissions de dette publique et privées (obligations vertes), les financements bancaires (avec une réorientation de ces derniers) et bien sûr l’épargne mondiale, à travers par exemple, les fonds d’investissement ou la mise en place de taxes comme la taxe carbone.

Bank of America estime que 1.000 milliards d’obligations vertes devraient être émises en 2021 (dont 623 milliards à fin août)

La taxe carbone est-elle nécessaire ?

Selon certains observateurs, oui. Une taxe de 150 dollars par tonne sur 20 ans permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), mais son coût social (augmentation des inégalités) est un vrai sujet de politique publique.

Quel serait l’impact économique ?

Selon l’AIE, il pourrait être positif de l’ordre de 30 à 50 points de base par an sur le PIB mondial, au cours des 10 prochaines années, en raison des effets de la transition énergétique.

Quelles sont les technologies les plus importantes à court terme ?

L’énergie et le transport sont les domaines où les investissements semblent les plus urgents. Les coûts de production d’énergie renouvelables ont chuté, de même que le coût des batteries pour les véhicules électriques (même s’il y a d’importantes questions sur leur recyclabilité). Les capacités en matière d’énergies renouvelables devraient être multipliées par un facteur 9X à 14x entre 2020 et 2030 et plus de 60% du parc automobile devrait être converti à l’électrique pour atteindre l’objectif d’un « Net Zero » en 2050, selon l’AIE.

Les énergies vertes le sont-elles vraiment ?

C’est tout le problème. Les métaux et minerais présents dans les batteries électriques ou dans les systèmes de stockage d’électricité représentent un coût environnemental supérieur à celui des véhicules à moteur thermique dans leur phase de production. De plus, le recyclage des technologies vertes est un enjeu qui mériterait d’être davantage évalué et traité.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.