Nous conduisons une opération de maintenance sur notre site durant laquelle vous pourriez subir de petites interruptions de service passagères. Nous vous remercions de votre patience.

Part active : tout dépend du contexte

La part active (« active share ») est un indicateur très important d’évaluation des fonds. Mais l’analyse doit aussi tenir compte de l’univers dans lequel un fonds investit.

Facebook Twitter LinkedIn

La part active (« active share ») est un indicateur très important d’évaluation des fonds. Mais l’analyse doit aussi tenir compte de l’univers dans lequel un fonds investit.

L'équipe de recherche sur le fonds de Morningstar a publié un nouveau rapport « Context is Everything When Using Active Share » qui apporte un nouvel éclairage sur l’utilisation de « part active » (« Active Share »).

Le rapport constate que la part active, une mesure courante de l'activité d'un portefeuille, peut être un outil utile pour identifier le style et l'appétit d'un gérant pour le risque actif, mais uniquement lorsqu'elle est considérée dans le contexte du marché dans lequel le fonds investit.

Ainsi, une part active relativement faible obtenue pour un fonds investissant dans un marché large et diversifié semblerait très élevée si ce fonds investissait dans un marché d'actions concentré.

Les 43 catégories incluses dans l'étude couvrent les marchés asiatiques et européens au niveau de chaque pays et les catégories régionales, ainsi que les marchés mondiaux développés et émergents.

Fixer la limite entre les gérants actifs qui répliquent fortement leur indice de référence (« closet indexing » ou indexation cachée) et ceux qui ont une part active supérieure à 60% peut être utile dans les catégories du marché boursier américain et des grandes capitalisations européennes.

Cependant, les mandats des fonds varient énormément : certains investissent dans des marchés étroits tels que les actions danoises, italiennes ou singapouriennes avec des indices de référence très concentrés et un petit nombre de composants.

Alors que de leur côté les indices de catégories mondiales ou régionales détiennent beaucoup plus de sociétés cotées, où les sociétés à grande capitalisation occupent un poids plus limité dans l’indice.

Dans un marché largement diversifié, un gestionnaire peut s'écarter beaucoup plus facilement de l'indice sans trop dévier de l'indice en termes de style ou de capitalisation boursière que dans un marché concentré.

Autres faits marquants de l’étude

Les fonds d'actions hautement actifs n'offrent pas de manière fiable des taux de réussite plus élevés que leurs pairs moins actifs ; dans de nombreuses catégories, les gérants spécialistes de « stock picking » moins actifs ont obtenu de meilleurs résultats.

Dans la plupart des catégories, il existe une forte corrélation positive entre la part active d'une part, et l'erreur de suivi et l'écart-type d'autre part.

Les investisseurs paient généralement des frais plus élevés pour les fonds d'actions plus actifs, ce qui peut avoir du sens tant que la part active n'est pas le seul critère de sélection. Cependant, dans certaines catégories, les gérants qui sont très proches de leur indice de référence (« closet indexing » ou indexation cachée) exigent des frais similaires, voire supérieurs, à ceux des gérants les plus actifs.

Pour aider les investisseurs à mieux comprendre le niveau de part active de leur fonds, Morningstar propose un nouveau cadre, le « Relative Active Share » qui permet de classer l'activité des fonds dans leur catégorie Morningstar.

La concentration prédit le niveau typique de la part active dans un marché spécifique bien mieux que le nombre d'actions dans l'indice.

Sur 43 Catégories Morningstar, les actions actives médianes variaient de 31 % dans les actions danoises à 98 % dans la catégorie des actions mondiales à petite et moyenne capitalisation entre fin décembre 2010 et fin décembre 2020.

 

L'étude en anglais est accessible directement sur le site de Morningstar.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Mathieu Caquineau, CFA

Mathieu Caquineau, CFA  Analyste fonds senior, Morningstar France