Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Natixis envisage de dénouer son partenariat avec H2O

Notre conviction sur le gérant du fonds s’est renforcée.  H2O va devoir mettre en place sa propre distribution à partir de la fin de l’année prochaine.      

Mara Dobrescu 06.11.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Le 6 novembre 2020, Natixis Investment Managers (NIM) a annoncé son intention de se désengager progressivement de sa filiale londonienne H2O.

Aux termes de l'accord de partenariat actuel, qui a été mis en place en 2010, NIM détient 50,01% de H2O, le reste étant détenu par les associés et employés de H2O.

H2O a été fondée en 2010 par une équipe de macro investisseurs dirigée par le PDG Bruno Crastes et le CIO Vincent Chailley. Les deux, ainsi que de nombreux autres qui les ont rejoints chez H2O, avaient auparavant travaillé chez Credit Agricole Asset Management à Londres.

L'accord initial entre Natixis et H2O était soumis à une période de blocage de 10 ans qui s'achèvera dans les prochains mois.

Lors de conversations avec nos analystes, le groupe multi-affilié a indiqué qu'il chercherait à revendre sa participation dans H2O à l'entreprise, donc à terme à ses autres partenaires, et que la vente pourrait avoir lieu progressivement sur une période de plusieurs années.

Parallèlement, Natixis supprimera progressivement la distribution des fonds de H2O au cours d’une période de transition qui durera jusqu’à la fin de 2021, et transférera à terme les responsabilités de distribution à H2O.

Cela nécessitera vraisemblablement des efforts importants de la part de H2O, la société ne disposant pas actuellement d’un réseau de distribution dédié hors de France.

Cette annonce intervient après une année tumultueuse pour H2O. Après la découverte à la mi-2019 des participations de la société dans des titres illiquides non notés liés au financier allemand Lars Windhorst, Natixis a annoncé qu'elle entreprendrait un audit interne des cadres de gouvernance et de risque chez H2O.

Pourtant, les conclusions de cet audit n'ont jamais été révélées publiquement.

Tout au long de 2020, H2O a tenté de vendre une partie de ses obligations illiquides par le biais d'opérations complexes de vente et de rachat avec plusieurs contreparties, bien que l'on ne sache pas dans quelle mesure ces opérations ont été menées à terme car certaines contreparties ont depuis nié toute implication dans les transactions.

Le régulateur français AMF est finalement intervenu pour suspendre plusieurs des stratégies de H2O et a demandé que les actifs illiquides soient cantonnés dans des fonds de poche. Après une période de suspension de six semaines se terminant à la mi-octobre 2020, les fonds concernés ont rouvert et ont fait face à des sorties de fonds modérées mais régulières.

Tout au long de son existence au sein de la famille Natixis, H2O est restée autonome dans ses processus de décision, de gestion des risques et d'investissement, fonctionnant de manière plus proche d'une coentreprise que d'une filiale à part entière.

Par conséquent, le dénouement actuel des relations entre les deux entreprises ne devrait pas avoir d’incidence immédiate sur la manière dont les stratégies macroéconomiques mondiales de H2O sont menées.

Cependant, la situation difficile au niveau de l'entreprise, couplée aux efforts pour endiguer les décollectes, pourrait être une distraction pour les deux associés clés CEO Bruno Crastes et Vincent Chailley, également en charge des décisions d'investissement.

Nous surveillerons la situation de près et mettrons à jour notre opinion à mesure que de plus amples détails seront disponibles.

En attendant, notre note d'analyste pour H2O Allegro (« Negative ») et notre note neutre pour le pilier mère de Natixis restent inchangées.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Mara Dobrescu

Mara Dobrescu  est analyste Fonds chez Morningstar France