LVMH porté par la maroquinerie

Nous avons relevé notre estimation de juste valeur. L’action est chèrement valorisée.        

Jelena Sokolova 16.10.2020
Facebook Twitter LinkedIn

LVMH Vuitton Store Shanghai AP 20274144034277 520

Nous augmentons notre estimation de la juste valeur pour LVMH (« Wide Moat ») à 281 euros par action en tenant compte du chiffre d'affaires solide du troisième trimestre de sa division la plus rentable, Mode & Maroquinerie, et ajustons nos hypothèses sur la probabilité d'une acquisition de Tiffany et son prix (75 % de probabilité que l'opération soit conclue à un prix réduit de 120 dollars par action).

La division mode et maroquinerie de LVMH, qui a contribué à plus de 60% du résultat opérationnel en 2019, a enregistré une solide croissance de son chiffre d'affaires de 12% sur un an à taux de change constants, aidée par la poursuite de la forte dynamique et des gains de parts de marché des grandes marques du groupe, Louis Vuitton et Dior.

La croissance a été positive dans toutes les zones géographiques à l'exception du Japon, qui a été affectée par une base de comparaison difficile à partir de 2019 (augmentation de la demande au troisième trimestre avant une augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée) et l'augmentation des achats locaux a compensé le manque de touristes internationaux.

Nous estimons que la demande touristique représente un tiers des ventes de Louis Vuitton, alors qu’elle est inférieure à 40% pour certains comparables.

Nous maintenons notre prévision d'une baisse annuelle d'environ 6% de la division mode et maroquinerie pour le groupe (ce qui implique une croissance de 9% au quatrième trimestre) et augmentons légèrement notre prévision de marge opérationnelle à 30,5% contre 30%, car nous voyons un potentiel de renversement des politiques de stock au second semestre, les produits emblématiques à plus forte marge ayant tendance à surperformer en période de récession.

Les autres segments du groupe ont enregistré des performances nettement plus faibles. Les Vins et Spiritueux (deuxième division la plus rentable) ont bien résisté avec une baisse trimestrielle de seulement 3% à taux de change constants, les parfums et cosmétiques ont reculé de 16%, pénalisés par la baisse de la demande de maquillage et l'exposition au canal du travel retail (environ 20% des ventes), les montres et les bijoux sont en baisse de 14%, Bulgari étant plus exposé aux consommateurs itinérants que les marques de mode et de cuir du groupe.

Le commerce de détail sélectif a été le plus faible, en baisse de 29% au cours du trimestre, le commerce de détail de voyage faible représentant environ un tiers du chiffre d'affaires du groupe en 2019.

Les performances des ventes en ligne sont toujours bonnes, mais il existe une corrélation négative entre les réouvertures de magasins, l'amélioration du trafic et la demande en ligne.

La direction mentionne que les marges en ligne sont « raisonnablement proches » de celles des magasins physiques, compte tenu des amortissements plus élevés (et des densités de ventes en magasin très fortes pour les grandes marques du groupe).

Le groupe s'est toujours engagé à maintenir en ligne une intégration verticale pour les grandes marques, à ne pas établir de partenariat avec des plateformes tierces et à juste titre à notre avis, puisque ses marques sont suffisamment fortes pour être une destination autonome pour les consommateurs. Il n'est pas nécessaire de partager des informations ou des bénéfices avec des fournisseurs tiers. En outre, l’image des marques est ainsi préservée.

Nous pensons que le groupe craint que la possibilité de différenciation des marques en ligne soit plus faible que dans les magasins physiques, car les petites marques ne peuvent pas se permettre les biens immobiliers de premier ordre que le groupe possède, alors que l'offre en ligne peut être similaire.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SE568,50 EUR-1,73Rating

A propos de l'auteur

Jelena Sokolova  est analyste actions chez Morningstar.