Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Après la baisse, 82 entreprises européennes de qualité sous-évaluées

Correction boursière oblige, le nombre de sociétés européennes décotées par rapport à leur juste valeur s’est envolé.

Jocelyn Jovène 10.03.2020
Facebook Twitter LinkedIn

La correction boursière va permettre à de nombreux investisseurs de commencer à repartir à la chasse aux bonnes affaires.

Sur la base des cours de clôture du 9 mars, 82 entreprises disposant d’un rempart concurrentiel moyen ou étendu (« Narrow Moat », « Wide Moat »), se traitent avec une décote moyenne de valorisation de 34% (la décote allant d’un maximum de 73% pour Core Laboratories à un minimum de 9% pour Reckitt Benckiser).

Au sein de cette liste, on notera l’émergence de plusieurs sociétés et de secteurs jusqu’ici peu représentés. C’est le cas du secteur de la technologie avec Infineon et STMicroelectronics, qui pâtissent des incertitudes sur l’impact sur coronavirus sur la croissance mondiale et les éventuelles ruptures d’approvisionnement dans certains secteurs (smartphones) ou le recul de la demande d’autres marchés clients (automobile).

Dans l’industrie, plusieurs sociétés se retrouvent dans la notre liste, elles aussi pénalisées par les difficultés de leurs marchés clients. C’est le cas d’Airbus, Safran, Thales, Dassault Aviation et Rolls-Royce (recul du transport aérien).

La chute des taux d’intérêt, reflet de l’aversion au risque des investisseurs, pèse également sur le secteur bancaire où les décotes de valorisation oscillent entre 18% et 60%.

De même, le secteur de l’énergie pâtit non seulement des interrogation sur la dynamique de l’économie mondiale, mais bien sûr aussi de l’effondrement des cours du pétrole après la décision de l’Arabie Saoudite de ne plus agir pour soutenir les prix.

Au regard des incertitudes sur les marchés et de la très faible visibilité sur l’évolution de l’économie, toutes ces entreprises, malgré leurs qualités fondamentales, n’ont peut-être pas une place en masse dans les portefeuilles.

On note également que d’autres secteurs, très défensifs, offrent moins d’opportunités ou des décotes sensiblement inférieures à la moyenne. C’est le cas de la consommation courante avec Reckitt Benckiser comme déjà vu, ou Danone et Unilever (respectivement 18% et 11% de décote), même si des titres comme Anheuser-Busch Inbev ou Henkel font parite des titres parmi les plus décotés (56% et 29% de décote respectivement), en grande partie en raison de problèmes idiosyncratiques.

Au-delà des idées fournies dans cette liste, les investisseurs sont invités à approfondir leur connaissance des titres, en s’appuyant sur la lecture des rapports annuels des sociétés, sur la compréhension de leur modèle économique et leur capacité à générer des profits et de la trésorerie, ainsi que sur les analyses de Morningstar comme d’autres analyses pour mieux évaluer ce que le marché intègre lorsqu’un titre se traite avec une décote plus ou moins élevée par rapport à notre estimation de juste valeur.

Entreprises européennes de qualité sous-évaluées

Undervalued quality stocks 20200309

Source : Morningstar Direct, données au 9 mars 2020

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.