Allocation d’actifs : des rendements déclinants

Pour obtenir le même rendement, les investisseurs devront prendre plus de risque, selon les stratégistes de Morgan Stanley.

Jocelyn Jovène 18.10.2017

La poursuite de politiques monétaires ultra-accommodantes en réaction à la crise financière de 2008 a entraîné une appréciation continue des marchés financiers, avec comme corollaire une compression des primes de risque.

Ceci crée aujourd’hui un vrai casse-tête pour les allocataires : la plupart des classes d’actifs sont chères, et les rendements futurs attendus ne cessent de reculer.

La frontière efficiente des portefeuilles « s’est aplatie par rapport aux décennies précédentes à cause de la compression des primes de risque et des taux plus faibles, ce qui signifie qu’il est plus difficile d’obtenir un rendement sans prendre davantage de risque », observent les stratégistes de Morgan Stanley dans une étude datée du 15 octobre.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar