Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Bonne tenue des marchés obligataires au cours du deuxième trimestre

L'aplatissement de la courbe a profité aux maturités les plus longues.

Dave Sekera, CFA 18.07.2017
Facebook Twitter LinkedIn

Les indices obligataires ont bien performé au cours du deuxième trimestre 2017. Les indices positionnés sur le long terme ont surperformé les indices de duration courte, les taux longs américains ayant baissé alors que les taux courts remontaient, conduisant un aplatissement de la courbe des taux.

Les indices de crédit ont bien performé, grâce à la poursuite du resserrement des spreads de crédit, alors que la volatilité des indices a reculé sur des niveaux historiquement bas.

Les marchés du crédit ont été aidés par l’amélioration des fondamentaux, peu de financement d’opérations de fusions-acquisitions ou de rachats d’actions par la dette, et par l’espoir d’un plan de relance de l’économie américaine par le biais de réductions d’impôts et de dépenses publiques.

5726

Les taux courts sont remontés après la décision de la Fed de relever ses taux directeurs. Malgré cela, les indices obligataires se sont bien tenus, les taux longs ayant eu tendance à reculer. L’indice Morningstar Core Bond a progressé de 1,53% au cours du deuxième trimestre.

Cette performance reflète à la fois la combinaison du rendement de la classe d’actifs et l’impact du repli des taux et du resserrement des spreads de crédit.

L’indice Short Term Core Bond a progressé de 0,46% seulement, tandis que les indices Intermediate Core Bond et Long-Term Core Bond ont gagné 1,10% et 3,55% respectivement, grâce au mouvement de repli des rendements sur le long terme.

Dans l’univers du crédit, le Morningstar Corporate Bond a gagné 2,49%, grâce à la baisse des taux longs et au resserrement des spreads de crédit. Au cours du trimestre, le spread moyen de l’indice a reculé de 11 points de base à +112. A ce niveau, le spread moyen de l’indice se situe très en-deçà de sa moyenne historique (+167).

Pour mesurer combien les spreads de crédit sont serrés au regard de leur histoire, depuis le début 2000, le spread moyen de l’indice Morningstar Corporate Bond a été sous sa moyenne historique seulement 23% du temps.

Non seulement, les spreads sont bas, mais la qualité de crédit de l’indice est moins bonne qu’elle ne l’a été au cours de son histoire. Actuellement, la note moyenne de l’indice est A- alors que depuis 2000, elle a été plus proche du simple A la plupart du temps.

En Europe, l’indice Morningstar Eurobond Corporate n’a progressé que de 0,46% au cours du trimestre. Le spread moyen s’est réduit de 14 points de base à +94. L’impact positif de réduction du spread a été contrebalancé par l’augmentation du rendement sur les obligations souveraines. Les taux d’intérêt ont progressé en Europe après que la BCE a laissé entendre qu’elle pourrait commencer à réduire son programme d’achat d’actifs.

Les indices émergents ont connu un bon deuxième trimestre, bénéficiant d’un repli de la volatilité. L’indice Morningstar Emerging Market Composite Bond a gagné 1,90%, la composante souveraine ayant gagné 2,29% et celle du crédit 1,69%.

La volatilité à des plus bas historiques

La volatilité des marchés financiers a décliné et se trouve aujourd’hui sur ses plus bas niveaux historiques. Certains facteurs expliquant cette situation comprennent le peu de surprises suite à la saison des publications de résultats, la faiblesse de la croissance économique, peu d’opérations de fusions-acquisitions ou de rachats d’actions financées par la dette, le recul du risque géopolitique.

Sur le marché actions, l’indice VIX est tombé à 9,8 le 8 mai dernier. Depuis 1990, ce niveau n’a été atteint qu’à trois reprises. La volatilité et le spread de crédit sont fortement corrélés (R² de 85%).

La croissance économique devrait accélérer au cours du deuxième trimestre. Mais ce mouvement pourrait être de courte durée. Morningstar maintient sa prévision d’une croissance réelle du PIB comprise entre 1,75% et 2% cette année. Pour 2018, la croissance devrait se situer entre 1,75% et 2% également.

5727

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Dave Sekera, CFA  Dave Sekera, CFA, is a senior securities analyst with Morningstar.