Rendement élevé et rempart concurrentiel ont du mal à cohabiter

Les entreprises européennes qui servent les rendements du dividende les plus élevés sont moins nombreuses à disposer d’un rempart concurrentiel.

Jocelyn Jovène 21.03.2017
Facebook Twitter LinkedIn

Nous l’avons souligné à plusieurs reprises : le rendement du dividende ne peut être le seul critère de sélection d’un titre coté. Ce n’est pas parce qu’une société sert un dividende significatif qu’elle représente une bonne opportunité d’investissement.

Il est primordial de combiner l’approche du rendement avec celle de la valorisation et de la qualité du modèle économique.

La première s’évalue à travers la décote de valorisation entre le cours de Bourse et l’estimation de juste valeur estimée par les analystes Morningstar. La second est mesurée par la notion de « Moat » ou rempart concurrentiel.

Cela semblera un paradoxe, mais les entreprises qui servent le dividende le plus élevé sont en proportion celles dont le modèle économique est moins bien défendu que l’ensemble du marché. De même, il s’agit d’entreprises relativement décotées par rapport au reste de l’univers.

European Stocks DY Average 2 

Source : Morningstar

L’explication de ce biais rendement du dividende élevé/sous-évaluation tient aux biais sectoriels de ces valeurs – on trouve beaucoup d’entreprises dans le secteur des services collectifs (EDF, Engie, EON, EDP, Endesa, Enel, Centrica), de l’énergie (Royal Dutch Shell, BP, Eni, Total), des télécommunications (Telia, Telefonica, Ericsson, Tele2, Vodafone, Telefonica Deutschland, Telenor).

Ces secteurs ont soit pâti de la chute du cours des matières premières ou de la remontée des taux d’intérêt et plus généralement de la faiblesse de la croissance économique en Europe ces dernières années. Elles se traitent aujourd’hui avec une décote de valorisation de 3% pour les 20 titres affichant le rendement du dividende le plus élevé.

A l’inverse, si l’on regarde les sociétés qui offrent un rendement du dividende de moins de 2,5%, leur prime de valorisation atteint 17% avec un P/E à 12 mois moyen de 20,6x contre 18,8x pour l’ensemble des valeurs suivies par Morningstar.

Au sein de ces 136 sociétés, 60% ont un rempart concurrentiel moyen ou élevé (« Narrow Moat » ou « Wide Moat ») contre 30% pour les 10 sociétés qui offrent le rendement du dividende le plus élevé.

 

© Morningstar, 2017 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
BP PLC422,35 GBX0,26Rating
Centrica PLC87,86 GBX3,93Rating
E.ON SE10,08 EUR1,62Rating
EDP - Energias de Portugal SA4,55 EUR1,61Rating
Electricite de France SA8,37 EUR0,53Rating
Endesa SA19,78 EUR0,00Rating
Enel SpA5,94 EUR-1,20Rating
Engie SA12,36 EUR0,91Rating
Eni SpA13,83 EUR-0,72Rating
Royal Dutch Shell PLC ADR Class A58,42 USD-0,20Rating
Royal Dutch Shell PLC ADR Class B  
Tele2 AB A132,00 SEK-1,12
Telefonaktiebolaget L M Ericsson Class B78,88 SEK-1,23Rating
Telefonica Deutschland Holding AG2,92 EUR-1,52Rating
Telefonica SA4,60 EUR0,00Rating
Telenor ASA126,05 NOK-0,47Rating
Telia Company AB40,79 SEK-0,27Rating
TotalEnergies SE52,18 EUR-0,29Rating
Vodafone Group PLC118,06 GBX-1,86Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.