Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Energie : une reprise des prix du pétrole n’est pas pour demain

Les cours ont récemment rebondi, mais une grande incertitude persiste, signifiant plus de volatilité aussi longtemps que les fondamentaux seront détériorés.

Stephen Simko, CFA 11.04.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Prem Icon Nous continuons de penser que les cours du pétrole sont très en-deçà des niveaux requis pour encourager l’investissement requis pour répondre à la demande en 2017, et notre cours de milieu de cycle demeure à 70 dollars pour le baril de Brent et 64 dollars pour le baril de WTI.

Prem Icon A court terme, les cours devraient reculer. En février, un certain nombre de pays producteurs, dont l’Arabie Saoudite et la Russie, ont accepté de geler la production au niveau de janvier 2016 pour aligner l’offre et la demande. Les cours ont rebondi, mais de grosses incertitudes demeurent, en particulier concernant l’attitude de l’Iran.

Prem Icon Les budgets d’investissement amont ont chuté aux Etats-Unis, certains producteurs ayant de gros problèmes à générer suffisamment de flux de trésorerie. Ces baisses de budgets d’investissement entraîneront de nouvelles baisses de production. Cela devrait contribuer au rééquilibrage des marchés, mais une grande partie de son succès dépendra des pays membres de l’OPEP et de leur capacité à maintenir gelée leur production.

Prem Icon L’arrêt des activités de forage devrait également peser sur la production de gaz naturel à court terme. Mais compte tenu de l’importance des gisements à bas coûts dans les bassins de Marcellus et Utica, on peut s’attendre à une poursuite de la croissance de la production jusqu’à la fin de la décennie et au-delà.

Prem Icon Une offre abondante pèse sur les cours du gaz, mais sur le long terme, nous pensons que ces derniers devraient se redresser avec l’augmentation graduelle de la production en vue de l’exportation. Notre estimation de milieu de cycle se maintient à 4 dollars par milliers de pieds-cube.

Les investisseurs se demandent toujours combien de temps il faudra à l’industrie pour digérer la période actuelle d’offre excédentaire et pour retrouver un certain équilibre. La production nord-américaine est susceptible de diminuer en raison de la chute des dépenses d’investissement.

La demande mondiale devrait croître de 1,2 million de barils/jour en 2016 tandis que l’offre devrait rester stable (elle ne devrait pas croître en 2017 si les cours du pétrole restent sous les 50 dollars le baril). Toutefois, l’ampleur de l’excèdent d’offre est telle que les stocks mondiaux vont continuer de croître jusqu’à mi-2017.

Que cela signifie-t-il en termes de prix ? Les commentaires des producteurs indiquent qu’ils pourraient reprendre les forages si les cours remontent durablement au-dessus de 45 dollars le baril.

Des rallyes de court terme au-delà de ce niveau ne semblent pas soutenables. Mais la perspective d’un nouvel effondrement des cours s’éloigne elle aussi. Nous pensons que la production s’ajustera à la baisse aux Etats-Unis et dans les pays producteurs. En conséquence, le cours du WTI devrait se maintenir dans la fourchette de 35-45 dollars le baril au cours des 12-18 prochains mois.

Dans ce contexte, voici 3 principales idées d’investissement :

Continental Resources

C’est notre valeur préférée aux Etats-Unis. Le groupe a joué un rôle clef dans le développement du bassin Bakken Shale et contrôle 485.622 hectares dans cette zone prometteuse. Elle a en outre ajouté une deuxième corde à son arc avec une position dans le South Central Oklahoma. Même aux cours actuels, les puits forés par la société dégagent une rentabilité suffisante, et cette situation devrait être maintenue pour les 20 prochaines années. La société a une position de liquidité solide et devrait être à l’équilibre en termes de flux de trésorerie disponible en 2016.

ExxonMobil

A notre avis, la société offre la meilleure combinaison d’actifs décotés, de qualité et défensifs. Exxon connaît une évolution de son mix d’activité, les volumes de gaz tendant à décliner alors que de nouveaux projets (GNL) entrent en production. Le groupe s’est toujours distingué du reste de l’industrie par son savoir-faire en matière d’allocation du capital et d’opérateur, affichant une rentabilité supérieure à ses comparables.

Cabot Oil & Gas

Dans le gaz, Cabot contrôle plus de 10 ans de production avec des actifs très productifs, à bas coût avec une présence dans le champ Marcellus en Pennsylvanie. Ses coûts cash de production se situent à 2,5 dollars par pied-cube, ce qui devrait lui permettre de rester dans une situation financière saine pour de nombreuses années.

 

© Morningstar, 2016 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Stephen Simko, CFA  Stephen Simko, CFA, is a senior stock analyst on the Technology Team.