Dividende : quand le taux de distribution se redresse

La distribution de dividendes par les entreprises américaines augmente rapidement. Le taux de distribution mettra lui plus de temps à progresser.

Josh Peters, CFA 08.11.2013
Facebook Twitter LinkedIn

La croissance rapide des dividendes fait progresser le taux de distribution (ou « pay-out ratio ») des sociétés composant l’indice S&P 500 – un développement très attendu par les investisseurs à la recherche d’une source de rendement confrontés à des taux d’intérêt historiquement bas.

Au regard de profits élevés, des enjeux démographiques et de la remontée attendue des taux d’intérêt, nous nous attendons à ce que le taux de distribution de dividende du marché américain continue d’augmenter sur le long terme.

Les principaux enseignements d’une étude réalisée par Josh Peters de Morningstar sont les suivants :

  • Les dividendes sont à des niveaux record, pas les taux de distribution. Le précédent record de niveau de distribution (troisième trimestre 2008) a été battu de 19%. Mais au cours des deux dernières années, les taux de distribution ont eux aussi augmenté, passant de 29% à 36% sur la base des résultats des douze derniers mois (au 3è trimestre 2013). Pourtant, le taux de distribution reste très bas sur longue période, puisqu’il se compare à une médiane historique de 53% (sur la période 1946-1994).
  • La démographie et les taux d’intérêt pourraient faire monter le taux de distribution. Les départs à la retraite des baby-boomers font évoluer le mix des investissements prioritaires aux Etats-Unis et le retour à un niveau de taux d’intérêt normalisé suggère que les actions devront produire des niveaux de rendements plus élevés pour conserver l’intérêt des investisseurs. Il n’est du coup pas difficile d’entrevoir par ce biais une remontée durable des taux de distribution.
  • Une remontée du taux de distribution du marché produirait-elle plus d’opportunités d’investissement ? Certaines sociétés seraient en mesure d’attirer plus de capitaux si elles se montraient plus généreuses en matière de distribution (cas d’IBM ou d’Oracle). Pourtant, nos modèles d’évaluation basés sur les projections de flux de distribution futurs montrent qu’il n’y a, pour certains titres, guère de potentiel de hausse même si leur politique de rémunération des actionnaires devait soudainement s’améliorer.
  • Il est toutefois possible d’investir sur la base des anticipations de dividendes, mais il est très difficile d’identifier si et quand une entreprise dynamisera de manière significative sa distribution. Au sein du marché américain, quelques sociétés ayant une politique de distribution plus généreuse que la moyenne avec un degré de risque inférieur se distinguent : Morningstar a ainsi identifié des sociétés comme American Electric Power, Clorox, Philip Morris International ou Realty Income.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
American Electric Power Co Inc92,18 USD-0,48Rating
Clorox Co134,36 USD0,00Rating
International Business Machines Corp173,93 USD0,26Rating
Oracle Corp124,18 USD-0,36Rating
Philip Morris International Inc101,00 USD0,76Rating
Realty Income Corp54,76 USD-0,58Rating

A propos de l'auteur

Josh Peters, CFA  Josh Peters, CFA, is the editor of Morningstar DividendInvestor, a monthly newsletter that provides quality recommendations for current income and income growth from stocks, and is author of The Ultimate Dividend Playbook (John Wiley & Sons, 2008). Josh joined Morningstar in 2000 as an automotive and industrial stock analyst. After leaving in 2003 to join UBS Investment Bank as an equity research associate, he returned to Morningstar in 2004 to develop DividendInvestor. Click here for a free issue of DividendInvestor.