H2O AM : le sevrage des investisseurs ne fait que commencer

L'ère de l'argent facile va se terminer dans la douleur, avertissent les dirigeants d'H2O Asset Management.

Jocelyn Jovène 25.09.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Les investisseurs n’ont pas intégré le mouvement de retrait des liquidités qui est en train de se produire et dont l’annonce du « tapering » par la Fed en mai dernier a constitué le coup d’envoi.

En n’ajustant pas dès à présent leurs portefeuilles, ils vont au devant de déconvenues, ont averti mercredi Bruno Crastes et Vincent Chailley, respectivement directeur général et directeur des investissements de la société H2O Asset Management, qu’ils ont fondée à Londres avec l’aide de Natixis Asset Management.

« Beaucoup d’investisseurs ont continué d’acheter des obligations « core » [Etats-Unis, Allemagne] car ils y étaient contraints par leurs modèles de risque. Cette approche a fonctionné pendant plus de dix ans, mais au printemps, le moteur s’est grippé », observe Vincent Chailley.

De nombreux investisseurs se sont ainsi retrouvés avec des expositions significatives à une classe d’actif qui a perdu beaucoup de valeur lorsque s'est produite la remontée brutale des taux d’intérêt.

Pour le gérant, les investisseurs peuvent protéger leurs portefeuilles en étant vendeurs d’obligations américaines sur les maturités comprises entre 5 et 7 ans (qui servaient de refuge traditionnel) et en allant chercher de la performance sur les émissions de la périphérie de la zone euro (Italie, voire Portugal ou Espagne) et sur quelques émissions émergentes (Mexique, quelques pays d’Europe de l’Est).

Au terme de 3 ans d’activité, H2O AM affiche 3 milliards d’euros d’actifs sous gestion, dont 80% pour le compte d'investisseurs internationaux (la grande majorité étant localisée en Asie). L'année 2013 a notamment été marquée par le gain d'un important mandat avec un institutionnel asiatique, ce qui a porté à 1,5 milliard d'euros environ la collecte nette depuis le début de l'année.

Les dirigeants d'H2O AM visent désormais une intensification de leurs efforts commerciaux sur la France.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.