Nokia : aveu de défaite

En officialisant la vente de ses terminaux mobiles, le finlandais reconnaît qu’il n’a pas réussi à rattraper son retard sur Google, Samsung et Apple.

Jocelyn Jovène 04.09.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Les actionnaires de Nokia peuvent être perplexes. D’un côté, la décision de céder le pôle Terminaux mobiles à Microsoft est une reconnaissance de l’incapacité du groupe finlandais à rattraper son retard sur le marché des smartphones, dominé par AppleSamsung et Google.

"Nokia était dans le passé un acteur dominant du marché de la téléphonie mobile. Mais avoir loupé le virage des smartphones lui a coûté cher ces dernières années. Ses dirigeants ont fait le pari qu’un partenariat avec Microsoft pour produire des smartphones basés sur le système d’exploitation Windows Phone, en attendant l’acquisition de l’activité mobiles de Nokia, lui permettra de le tirer de son mauvais pas", estime Brian Colello, analyste chez Morningstar, dans une note datée du 3 septembre.

D’un autre côté, cette vente pour 5,44 milliards d’euros constitue une nouvelle inespérée pour une activité qui a brûlé 600 millions d’euros de cash en 18 mois (hors contribution des produits de licences), avec à terme un retour de cash estimé entre 2 et 2,5 milliards d’euros pour les actionnaires. Le reste de l’argent étant consacré à d’éventuelles opérations de croissance externe pour conforter les deux métiers restants – les équipements pour réseaux mobiles et les solutions de cartographie, au sein de la division "HERE".

Mais cette transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2014, ne modifiera pas le positionnement concurrentiel de Nokia. Dans les infrastructures mobiles, la concurrence est tout aussi forte face à Ericsson, Alcatel-Lucent, mais surtout des acteurs asiatiques comme Huawei ou ZTE.

L’activité cartographique est, pour sa part, tout juste profitable. Son redressement pourrait toutefois s’accélérer si Nokia parvient à signer des accords avec… Apple, dont l’offre en la matière n’est pas au niveau de la concurrence.

Mais les faiblesses structurelles de l’activité de Nokia qui sera reprise par Microsoft sont bien connues : pas de taille critique dans les plates-formes applicatives, qui constituent le nerf de la guerre de l’Internet mobile.

Sous l'aile protectrice du géant de Seattle, Nokia aura-t-il les moyens d'investir suffisamment de ressources pour attirer les développeurs et se faire une place dans un marché dominé par Google et Apple ? Il faudra sans doute un certain temps pour le voir, car avant d'innover, Microsoft va d'abord devoir s'attacher à digérer Nokia, ses 32.000 salariés, et à se trouver un nouveau dirigeant.

Pour aller plus loin

L'analyse de Morningstar sur Nokia est disponible sur le site de la recherche actions et crédit:

 Nokia's Handset Sale to Microsoft Is a Good Move for Shareholders; Will Likely Rise FVE

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Alphabet Inc Class A175,66 USD1,21Rating
Apple Inc190,27 USD1,81Rating
Dinglong Culture Co Ltd Class A1,35 CNY0,00
Microsoft Corp430,65 USD0,85Rating
Nokia Oyj3,56 EUR-1,10Rating
Nokia Oyj ADR3,86 USD0,13Rating
Samsung Electronics Co Ltd77 700,00 KRW0,00Rating
Telefonaktiebolaget L M Ericsson Class B63,44 SEK-0,28Rating
ZTE Corp Class A26,80 CNY-0,74

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.