Où investir: cycliques vs défensives

Malgré le regain de volatilité récent, les investisseurs évoquent toujours un marché à deux vitesses.

Cherry Reynard 03.07.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Les Bourses sont devenues bipolaires. D’un côté, les valeurs de croissance qui ont entraîné les marchés presque sans interruption depuis que la crise économique a débuté. De l’autre côté, les valeurs cycliques, délaissées par les investisseurs car elles sont justement trop sensibles au cycle économique. La question que les investisseurs peuvent se poser est de savoir s’il faut profiter de la baisse récente des marchés pour s’exposer davantage aux valeurs de qualité ou s’il faut privilégier les valeurs cycliques.

Au cours du dernier rallye, les valeurs cycliques ont plutôt bien performé. Sur un an, des secteurs comme la technologie ont très largement surperformé (+25% pour l’indice Stoxx Europe 600/Technology), tout comme l’automobile (+27% pour le Stoxx Europe 600/Autos & Parts) ou le secteur des voyages et loisirs (+30%). En revanche, certains secteurs cycliques – comme les produits de base (-22%) – se sont effondrés. Et sur une période plus longue, les valeurs défensives offrant croissance visible et qualité ont largement surperformé le reste du marché.

Certes, la valorisation des valeurs cycliques est à des niveaux plutôt attrayants. Certains gérants pointent des secteurs comme la promotion immobilière, des segments de la distribution, les banques, où l’on a vu des performances décentes récemment, tout en conservant encore des niveaux de valorisation raisonnables. Ces professionnels observent que la plupart de ces titres se situaient à des niveaux particulièrement déprimés pendant la crise financière et qu’ils n’ont donc qu’entamer une partie de leur rattrapage boursier.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Cherry Reynard  est journaliste financière écrivant pour Morningstar au Royaume-Uni.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar