Un trimestre volatil et difficile

De nombreuses classes d'actifs ont terminé le trimestre sur de lourdes pertes.

Jocelyn Jovène 01.07.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Peu de classes d'actifs auront été épargnées au cours du deuxième trimestre, depuis que la Fed a signalé son intention d'arrêter ses achats d'obligations d'ici mi-2014. Les investisseurs ont adopté des positions plus prudentes dans les portefeuilles, augmentant la part du cash au détriment des actions, en attendant d'apprécier pleinement l'impact du changement de politique monétaire sur l'économie et les marchés.

Les marchés obligataires ont enregistré leur deuxième mois de baisse consécutif. Les actions ont cédé une part significative du terrain gagné depuis le début de l'année (avec une mention spéciale pour les actions émergentes qui ont plongé de 11% au cours du trimestre, l'Europe cédant 5,8% et les Etats-Unis 2,6% et le Japon 4,5%). Le dollar s'est légèrement affermi face à l'euro (+1,6%).

Sur le mois de juin, en dehors du pétrole (WTI) qui a rebondi de 3,7%, très peu de classes d'actifs ont échappé au regain de volatilité. Palme de la contreperformance à l'argent (-16%), suivi par l'or et les actions (notamment les émergentes en repli de 10% sur le mois).

Le trimestre a notamment été marqué par une correction spectaculaire de l'or. En perdant 23% de sa valeur en 3 mois dont -12% en juin (à 1.223,80 dollars l'once), le métal jaune a enregistré son pire trimestre depuis 1968, victime des ventes de métal par de nombreux investisseurs. Certains courtiers ont par ailleurs abaissé leur prévisions sur le cours du métal jaune cette année et l'an prochain.

Dans l'univers des actions européennes, les produits de base (mines et métaux) ont chuté de 13% sur le mois et de près de 18% sur le trimestre, pénalisés par la chute du cours de plusieurs métaux (-17% pour le nickel par exemple au cours du trimestre). Les valeurs cycliques, mais également certains secteurs défensifs (santé, alimentation et boissons, biens de consommation de base), ont reculé dans des proportions proches du reste du marché.

Rares secteurs à avoir résisté, les valeurs média et le secteur des voyages-loisirs n'ont perdu que 0,5% et 0,7% respectivement entre avril et juin - dans le premier cas, certaines opérations de consolidation (rachat de Kabel Deutschland par Vodafone) ont dynamisé la cote; dans le second, les investisseurs ont plébiscité les titres des compagnies low-cost Easyjet et Ryanair (+20% chacun), lesquelles ont annoncé au Salon du Bourget d'importantes commandes pour renouveler leur flotte.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
easyJet PLC537,00 GBX3,63
Vodafone Group PLC66,38 GBX-0,15Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.