Crédit : le double effet taux et spreads

Les obligations d’entreprises ont doublement souffert d’une remontée des taux et d’un écartement des spreads.

Dave Sekera, CFA 26.06.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Double coup de massue pour les obligations d’entreprises : elles sont subi à la fois une hausse des taux d’intérêt et un écartement des spreads après les déclarations du président de Fed, Ben Bernanke, évoquant une réduction progressive des achats d’obligations dès cet automne. Nous avions précédemment estimé que si la Fed s’engageait sur cette voie, elle le ferait de manière incrémentale à hauteur de 10-15 milliards de dollars par mois. Au cours de sa conférence de presse, Bernanke a indiqué que le programme d’achat d’actifs pourrait être terminé d’ici la mi-2014.

Si la Fed commence à réduire ses achats dès septembre, il apparaît que les achats d’obligations se réduiront dans la fourchette prévue. Les marchés ont également été secoués mardi dernier par la publication de l’indicateur PMI chinois, lequel est ressorti à 48,3, soit son plus bas niveau depuis neuf mois (une lecture sous le seuil de 50 indique que l’activité ralentit). Etant donné que la Chine est la deuxième économie mondiale, et qu’elle a été un gros importateur de matières premières, les investisseurs ont craint que si sa croissance économique ralentit trop, cela pourrait peser sur l’activité économique mondiale.

La semaine dernière, le spread moyen de l’indice Morningstar Corporate Bond Index s’est écarté de 6 points de base jeudi dernier, puis de 4 points vendredi, pour terminer la semaine à +159. Depuis le début de l’année, notre indice a perdu 4%. Cette perte s’explique par une combinaison de hausse des taux d’intérêt (+75 points de base sur le 10 ans américain à 2,51%) et une hausse des spreads de crédit de 19 points de base. Au sein de l’indice Morningstar Corporate Bond, le secteur industriel a souffert un peu plus cette année, avec un écartement des spreads de 20 points de base, contre 17 points de base pour le secteur financier.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
HP Inc27,68 USD-1,28Rating
NortonLifeLock Inc25,69 USD-0,89Rating

A propos de l'auteur

Dave Sekera, CFA  Dave Sekera, CFA, is a senior securities analyst with Morningstar.