Bienvenue sur le nouveau site morningstar.fr! Apprenez-en davantage sur les changements et les nouvelles fonctionnalités qui vous conduiront à votre réussite financière. X

La Fed va commettre une erreur en relevant ses taux - Brandywine

D’après Chen Zhao, il faudrait un autre assouplissement quantitatif aux Etats-Unis. 

Valerio Baselli 24.11.2015

Les marchés anticipent un relèvement des taux directeurs de la Fed lors de la dernière réunion de son comité de politique monétaire le 18 décembre prochain. Mais pour Chen Zhao, co-responsable de la recherche macro chez Brandywine, une société de gestion du groupe Legg Mason, cette décision serait une erreur car elle n’est absolument pas justifiée par les fondamentaux de l’économie américaine.

 « Je ne vois pas les vraies raisons économiques pour relever les taux : l'inflation est inférieure à la cible de 2% et la situation réelle du marché du travail est moins rose que vous ne pouvez le penser. Je pense au contraire que les Etats-Unis ont besoin d’un quatrième « QE » (« Quantitative Easing » ou programme d’achats d’actifs). Il ne faut pas augmenter les taux d'intérêt. Dans les années 1980 et 90, lorsque les prix des produits de base sont tombés de 30-40% et que la croissance nominale était faible comme aujourd'hui, la Réserve Fédérale a toujours assoupli sa politique monétaire. Donc, je ne pense pas qu’ils vont relever les taux en décembre, et probablement même pas en 2016. Relever les taux d'intérêt dans un monde avec une demande atone et une offre excessive serait déflationniste », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse à Paris.

Nous sommes en train de revivre les années 90

 « Si l’on regarde la situation macroéconomique mondiale, la situation est semblable à la deuxième moitié des années 1990, lorsque les États-Unis sortaient de la crise des Savings & Loans (une crise de l'immobilier qui a entraîné la faillite de centaines des banques de dépôts spécialisées dans les prêts hypothécaires ; Ndlr), en passant par une phase de reprise anémique, comme c’est le cas maintenant », a-t-il poursuivi. « À l'époque, comme aujourd'hui, il y avait un dollar fort, les matières premières et les pays émergents étaient en difficulté et, pour la première fois, il y avait une divergence dans la politique monétaire entre les États-Unis, qui remontaient les taux, et le reste du monde. Le résultat en a été un bond de 52% du dollar entre 1995 à 2000. »

Beaucoup d’épargne, peu d’investissement

D’après Zhao les banques centrales ne parviennent pas à surmonter le problème de l'excès d'épargne (« savings glut ») ainsi que les pressions déflationnistes qui en résultent.

Le désendettement généralisé qui a suivi la crise financière de 2008 a fait grimper le taux d'épargne du secteur privé tout en pesant sur l'investissement en capital. Ce phénomène s’est observé dans presque tous les pays industrialisés. « L'écart énorme entre l'épargne et les investissements excessifs de capital a toujours déprimé l'activité économique avec à la clef une baisse de l'inflation dans le monde entier, en particulier dans les pays développés », a rappelé l’économiste.

« Les investisseurs doivent ajuster leurs attentes sur la croissance réelle de l'économie. Les investisseurs obligataires en quête de rendement doivent élargir leurs horizons en dehors des États-Unis et de l’Europe, là où l’on peut trouver de l'inflation et du risque de devises », a-t-il recommandé.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar