Fonds obligataires: un deuxième trimestre 2012 caractérisé par le retour de l’aversion au risque

Après un premier trimestre d’euphorie, les marchés obligataires ont marqué une pause avec le retour de la prudence.

Mara Dobrescu 09.07.2012

La performance des marchés obligataires d’avril à fin juin 2012 a en effet été nettement moins enthousiasmante que celle enregistrée au premier trimestre. La situation politique en Grèce, où l’échec des négociations pour la formation d’un gouvernement de coalition a entraîné de nouvelles élections législatives, a tenu les marchés en haleine. Parallèlement, les inquiétudes sur la capacité de l’Espagne à tenir ses engagements d’austérité ont continué à peser, même si les marchés ont accueilli favorablement le lancement par le gouvernement espagnol d’un plan massif de sauvetage des banques locales, à commencer par Bankia. Enfin, la publication de chiffres moins bons qu’attendus sur le taux de chômage aux Etats-Unis a prolongé la morosité ambiante. Les conclusions perçues comme positives du sommet européen du 29 juin ont permis aux marchés de se ressaisir, mais le resserrement des spreads sur les émetteurs à risque (crédit et souverains périphériques) sur la dernière journée de cotation du mois n’a pas suffi à compenser l’écartement enregistré depuis le début du trimestre. Ainsi, les spreads des taux des pays périphériques (par rapport au taux allemand, considéré comme étant sans risque) étaient à fin juin 2012 toujours supérieurs aux niveaux enregistrés fin mars. Les obligations espagnoles à 10 ans affichaient par exemple un rendement de 6,28% à fin juin (contre 5,17% à fin mars), leur plus haut niveau depuis novembre 2011, au sommet de la crise. A l’inverse, malgré le rebond de juin, les taux d’intérêt des obligations des pays cœur de la zone euro (France, Allemagne, Belgique…) ont globalement poursuivi leur tendance de baisse entamée en 2011 : la dette allemande à 10 ans offrait ainsi un rendement d’à peine 1,52% à fin juin 2012 (contre 1,8% en janvier 2012 et 2,2% en août 2011…).

Sur l’univers des emprunts privés, le marché primaire a été plus actif au 2e trimestre que sur les trois premiers mois de l’année : des émetteurs non financiers comme Volkswagen, Caterpillar, Philip Morris, Linde et GDF (tous notés « investment grade ») sont venus se financer sur les marchés. Ces émissions ont été bien accueillies par les investisseurs, qui continuent à apprécier les bilans globalement assainis des emprunteurs privés de bonne qualité.

Dans ces conditions de « flight to quality », la plupart des catégories obligataires libellées en euros ont délivré des performances atones, entre -0,5% et 0,5%. Compte tenu de l’aversion au risque, les fonds de la catégorie Obligations Gouvernementales Euro ont le mieux performé, avec en moyenne 19 bps sur la période, suivis des Obligations Diversifiées (12 bps) alors que les fonds investissant sur les emprunts privés et le haut rendement ont délivré des performances légèrement négatives (-0,1 et -0,44 pour ces deux catégories respectivement). Hors de la zone euro, les marchés obligataires internationaux ont en revanche continué à faire preuve de vigueur, avec de belles performances pour les catégories Obligations Internationales et Obligations Marchés Emergents, même si celles-ci ont été, là encore, moins spectaculaires qu’au premier trimestre.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Mara Dobrescu

Mara Dobrescu  est analyste Fonds chez Morningstar France

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar