Le retour des fonds émergents

Offrant une large diversification, la famille des fonds actions pays émergents affiche de belles performances. Un univers très contrasté à redécouvrir.

Facebook Twitter LinkedIn

Avec une hausse de plus de 25% au cours de 3 derniers mois, la catégorie Actions Marchés Emergents affiche des performances flatteuses. Attention toutefois car ces marchés se révèlent très volatiles, ainsi pour les 3 dernières années, cette catégorie n’offre qu’un rendement de 47%.

Si on peut être tenté d’aller jouer sur les fonds émergents, une population comptant un peu plus d’une centaine de produits sur le marché français, une sérieuse analyse préalable des risques s’impose. En effet, derrière le terme de Marchés Emergents se cache une grande diversité des marchés, tant en terme de zones géographiques qu’en terme de classe d’actif (actions et obligation) et de secteurs industriels (matières premières, pétrole, consommation, automobile, etc).

Au sein des grandes régions elles-mêmes, les perspectives peuvent diverger très sensiblement. Alors que l’Argentine est entrée dans la tourmente et qu’on ne sait pas quand va rouvrir sa bourse et que la Bolivie connaît des difficultés structurelles, le Mexique vient de voir la note de sa dette long terme qualifiée de « sans risque » par l’agence Fitch en dépit de la dépendance du pays au secteur pétrolier.

Situations contrastées

En Asie, la situation est tout aussi contrastée. La dévaluation du yen, qui devrait permettre au Japon de renforcer le caractère compétitif de ses exportations, ne fait pas l’affaire de tout le monde. La Chine et la Corée du Sud en particulier craignent que cette nouvelle concurrence ne vienne peser sur leurs propres exportations.

De leur côté, les anciens Tigres, comme Singapour, qui tiraient en large partie leur croissance de la demande des économies développées, sont fatigués et sont confrontés à la concurrence de nouveaux pays à faible coût de main d’œuvre comme l’Inde ou les Philippines.

La dépendance de nombre de ses pays aux exportations, et donc à la conjoncture économique mondiale, est particulièrement sensible dans les industries technologiques : que Intel affiche des pronostics peu optimistes et les bourses locales en souffrent…

Des économies matures

La donne est différente pour les pays d’Europe de l’Est qui sont classés en émergents. Il s’agit pour nombre d’entre eux d’économies de convergence, c’est à dire dont les fondamentaux tendent à se rapprocher de ceux de l’Europe de l’Ouest. Ces pays offrent de belles opportunités d’investissement tant sur les marchés actions que sur l’obligataire.

Ainsi, la République tchèque poursuit son programme de privatisations, dont celle des télécommunications, dans de bonnes conditions et affiche de solides bases économiques.

A des degrés divers, la Pologne et la Hongrie présentent des caractéristiques similaires. Jusqu’à la Russie qui retrouve les faveurs des grands investisseurs. Il est vrai que la Fédération tend à mettre en place un cadre législatif visant à lutter contre la corruption.

Au delà des marché actions, les économies de convergence d’Europe de l’Est offrent surtout de réelles opportunités en matière de produits obligataires. Des placements servant des rendements attractifs en offrant une sécurité comparable à celle des emprunts d’Europe occidentale.

Analyser le portefeuille

On l’a compris, avant tout investissement sur un fonds Emergent une analyste de ses objectifs et des thèmes d’investissement que l’on entend privilégier s’impose.

Si le fonds Schroder ISF Emerging Europe affiche des performances alléchantes sur 3 mois avec une hausse de 41% bien supérieure à la moyenne, il faut noter qu’il est exposé plus de 80% à l’Europe de l’Est et à 17% au Moyen-Orient… Est-il encore temps d’entrée sur le marché Est-européen ? C’est à l’investisseur de le déterminer.

A l’inverse le fonds Morgan Stanley Emerging Markets offre une bonne diversification géographique et sectorielle. Tout comme le fonds AXA NPI Actions ou CAF Emerging Markets Classic.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
MS INVF Sustainable Emerging Mkts Eq A48,84 USD-0,14Rating
Schroder ISF Emerging Europe A Acc EUR24,24 EUR1,26

A propos de l'auteur

Frédéric Lorenzini

Frédéric Lorenzini  est Directeur de la Recherche de Morningstar France.