Pourquoi nous préférons Morgan Stanley à Goldman Sachs - Morningstar

Alors que les taux d’intérêt atteignent ou sont proches de leur sommet et que l’opinion de plus en plus répandue selon laquelle les États-Unis éviteront une récession, les revenus des banques d’investissement sont sur le point de rebondir après leurs récents creux.

Michael Wong, CPA 23.11.2023
Facebook Twitter LinkedIn

ms

Crédit photo: AP

Alors que les taux d’intérêt atteignent ou sont proches de leur sommet et que l’opinion de plus en plus répandue selon laquelle les États-Unis éviteront une récession, les revenus des banques d’investissement sont sur le point de rebondir après leurs récents creux.

Cependant, étant donné les niveaux records de revenus de banque d’investissement et de trading enregistrés par les banques basées aux États-Unis en 2020 et 2021, la question reste ouverte quant au niveau raisonnable vers lequel les revenus de banque d’investissement reviendront.

Même si nous ne pensons pas que les revenus des banques d'investissement atteindront les sommets de 2020-21 dans un avenir proche, nous pensons que les banques d'investissement américaines devraient avoir des revenus constamment plus élevés qu'avant la pandémie de COVID-19 en raison du retrait des banques européennes.

Nous estimons que les banques basées en Europe ont perdu 12 points de pourcentage de part de marché dans la banque d’investissement et 15 points de pourcentage dans le trading entre 2012 et 2022.

Nous pensons également qu'une grande partie de cette perte de parts de marché est permanente, dans la mesure où ces banques ont choisi de réduire leurs activités de banque d'investissement après des années de rendements volatils et souvent faibles.

Aux cours récents, nous pensons que l’action Morgan Stanley offre un meilleur rapport risque/rendement que Goldman Sachs.

Au fil des années, nous avons hésité à choisir la société que nous préférions, en fonction de sa valorisation et de son orientation stratégique.

Lorsque Morgan Stanley était encore en train d'intégrer l’activité de gestion de patrimoine de Smith Barney, nous l'avons favorisé car nous pensions que son évolution vers une gestion de patrimoine moins gourmande en capitaux et plus stable dans un environnement de capital réglementaire plus élevé était la bonne décision.

Après que le marché s'est mis d'accord avec nous sur Morgan Stanley et lui a attribué une valorisation élevée, nous avons préféré Goldman Sachs alors que le titre se négociait à un prix inférieur à sa valeur comptable, sur fond de questions sur ses initiatives dans la banque de détail, telles que la collecte de dépôts, les prêts à la consommation et la gestion de patrimoine pour des personnes extérieures à sa clientèle historiquement fortunée.

Goldman Sachs se négocie désormais à un cours supérieur à sa valeur comptable et, bien qu'elle ait renoncé à certaines de ses initiatives en banque de détail, elle est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs en matière de banque d'investissement, de trading et de gestion d'actifs.

Les résultats de Morgan Stanley au troisième trimestre ont connu quelques points faibles, mais nous ne voyons pas de raison fondamentale à long terme quant au récent recul de son cours de Bourse.

Les domaines en faiblesse comprenaient les revenus en banque d’investissement, les revenus nets d’intérêts et la collecte en gestion de patrimoine.

Après que de nombreuses équipes de direction des banques d'investissement ont évoqué des indicateurs mieux orientés indiquant une reprise de l’activité au cours du deuxième trimestre et qu'il y a eu un dégel temporaire des introductions en Bourse, les attentes du marché étaient probablement trop élevées pour les revenus des banques d'investissement à court terme.

Il y a souvent plusieurs tirmestres de décalage et le marché est souvent nerveux face aux évolutions macroéconomiques, notamment la remontée du rendement des bons du Trésor américain à 10 ans qui a atteint les 5 % et l'incertitude sur les prix du pétrole, sans parler d’un risque de récession qui pourrait intervenir en 2024.

Les revenus nets d'intérêts ont diminué de 2 % séquentiellement, Morgan Stanley étant confronté au « tri des espèces » par les clients, selon lequel les clients transfèrent les liquidités de comptes à faible rendement vers d'autres options à plus haut rendement telles que les fonds du marché monétaire et les certificats de dépôt.

Un aspect négatif potentiel qui pourrait prendre des années à devenir clair concerne le cadre réglementaire proposé en matière de fonds propres bancaires qui, selon Morgan Stanley, pourraient augmenter les actifs pondérés selon le risque d'environ 20 %.

Ceci pourrait limiter les rendements du capital pendant des années.

Cependant, l'industrie s'oppose à certaines propositions réglementaires, et il est fort probable qu'il y ait des évolutions entre les propositions du régulateur et la réglementation finale.

Malgré cette incertitude, nous considérons que la franchise de Morgan Stanley est solide et bien positionnée pour l'avenir.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Morgan Stanley105,05 USD0,39Rating
The Goldman Sachs Group Inc481,54 USD0,48Rating

A propos de l'auteur

Michael Wong, CPA  Michael Wong is a stock analyst at Morningstar.