Disparition de Credit Suisse : chronologie d’une chute

Le Credit Suisse est la dernière – et de loin la plus grande – victime d'une nouvelle crise de confiance dans le secteur bancaire. Sa dissolution dans UBS ne vient cependant pas de nulle part. Voici la chronologie des scandales, des échecs et des déceptions qui l’ont conduites à sa fin.

Johanna Englundh 21.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

cs

Credit Photo: AP

Au cours de son siècle et demi d'existence, la banque Credit Suisse a soutenu l'industrialisation de sa patrie alpine, contribué à positionner la Suisse comme une cheville ouvrière de la finance internationale et a même affronté les titans de la banque d'investissement de Wall Street.

Au cours des trois dernières années, un battement de tambour régulier de scandales et de mauvais résultats a démoli la réputation du Credit Suisse non seulement en tant qu'acteur mondial majeur, mais en tant que digne concurrent de son rival local UBS.

Retour sur une série de scandales, échecs et déceptions qui l’ont finalement terrassée.

Février 2020 : scandale d'espionnage

Le mandat de cinq ans à la tête du directeur général du Credit Suisse, Tidjane Thiam, a pris fin brusquement le 7 février 2020 après qu'une enquête a révélé que la banque avait engagé des détectives privés pour espionner son ancien chef de la gestion de fortune, Iqbal Kahn, qui était parti travailler pour UBS.

Credit Suisse a minimisé à plusieurs reprises l'épisode comme un incident isolé.

Cependant, le régulateur financier suisse a déclaré que la banque l'avait induit en erreur sur l'ampleur de l'espionnage.

Selon le régulateur, le Credit Suisse a planifié sept opérations d'espionnage différentes entre 2016 et 2019 et en a réalisé la plupart.

Dans une rare réprimande, le régulateur a déclaré qu'il y avait de graves lacunes organisationnelles au Credit Suisse et que la banque avait même tenté de brouiller les pistes en trafiquant une facture pour surveillance.

Mars 2021: Greensill Capital s'effondre et le Credit Suisse perd de l'argent

Greensill Capital, une société financière britannique spécialisée dans les prêts aux entreprises à court terme via un modèle économique complexe et opaque, s'est effondrée en 2021.

Credit Suisse était fortement investi dans la société et a dû fermer quatre fonds connectés, dans lesquels environ 10 milliards de dollars avaient été investis. .

Le régulateur financier suisse FINMA a conclu que la banque « avait gravement manqué à ses obligations de surveillance » et a ordonné  à la banque de mettre en place des rapports et des garanties supplémentaires. Elle a également ouvert quatre procédures d'exécution contre d'anciens dirigeants du Credit Suisse.

Mars 2021: Archegos fait défaut et le Credit Suisse perd encore de l'argent

Trois semaines seulement après l'échec de Greensill, le Credit Suisse a perdu 5,5 milliards de dollars lorsque le family office américain Archegos Capital Management a fait défaut.

Les paris à fort effet de levier du fonds sur certaines valeurs technologiques se sont retournés contre lui et la valeur de son portefeuille avec Credit Suisse a chuté.

« Les pertes liées à Archegos subies par Credit Suisse (CS) sont le résultat d'une défaillance fondamentale de la gestion et des contrôles de la banque d'investissement de CS et, en particulier, de son activité Prime Services. L'activité était axée sur la maximisation des bénéfices à court terme et a échoué pour freiner et, en fait, a permis la prise de risques vorace d'Archegos », note le rapport de 165 pages du cabinet d'avocats Paul Weiss, Rifkind, Wharton & Garrisson.

Octobre 2021 : lourde amende pour de sales affaires au Mozambique

Le Credit Suisse a été condamné à une amende de 475 millions de dollars par les autorités américaines et britanniques après avoir été pris dans un scandale de corruption au Mozambique impliquant des prêts à des entreprises publiques.

Le Credit Suisse a accordé 1,3 milliard de dollars de prêts à la République populaire du Mozambique entre 2012 et 2016.

Les prêts étaient censés financer des projets de surveillance maritime, de pêche et de chantier naval, mais ont été en partie détournés pour des pots-de-vin.

Le Mozambique a également arrangé un prêt avec Credit Suisse qui a été gardé secret du Fonds monétaire international ; lorsque le FMI a par conséquent retiré son soutien, il a plongé l'économie du pays dans la crise.

Janvier 2022 : changement brutal de dirigeant

L'ancien DG de Lloyds Banking Group, Antonio Horta-Osorio, a été nommé nouveau président du Credit Suisse en mai 2021 pour redresser le navire après les doubles échecs d'Archegos et de Greensill. Réputé pour gérer avec succès les redressements depuis qu'il a ramené Lloyds du bord de la crise financière mondiale, Horta-Osorio a promis d'amener une meilleure gestion des risques au cœur de la culture du Credit Suisse.

Il a ensuite été accusé d'avoir enfreint les restrictions de Covid en Suisse, y compris, prétendument, pour assister au tournoi de tennis de Wimbledon.

Il a démissionné de son poste après seulement neuf mois. En sa qualité de président, il a déclaré que la crise du Credit Suisse était pire que tout ce qu'il avait connu à la tête de plusieurs banques au cours de ses trois décennies et demie de carrière.

Février 2022 : la fuite de données de « Suisse Secrets »

Une enquête médiatique mondiale a révélé que des dizaines d'entités internationales, dont des chefs d'État, des responsables du renseignement, des barons de la drogue et des hommes d'affaires sanctionnés, publiquement connus pour leur implication dans les violations des droits de l'homme, le trafic de drogue, la corruption, le blanchiment d'argent et d'autres crimes graves, ont caché des fonds au Credit Suisse.

L'enquête était basée sur une fuite extraordinaire, avec des données sur plus de 18 000 comptes bancaires, détenant collectivement plus de 100 milliards de dollars. Credit Suisse rejette ces allégations.

Mars 2022: amende de 553 millions de dollars aux Bermudes

Fin mars 2022, un juge des Bermudes a statué que l'ancien Premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili devait verser des dommages-intérêts de 553 millions de dollars en raison des défaillances de Credit Suisse Life Bermuda, la branche locale d'assurance-vie du Credit Suisse.

Le tribunal a déclaré qu'ils devaient payer des dommages-intérêts à la suite d'une fraude de longue date commise par un ancien banquier vedette du Credit Suisse, Patrice Lescaudron.

Lescaudron a été condamné à cinq ans de prison en 2018 pour avoir abusé de la confiance de clients et mis en place un stratagème frauduleux qui lui a rapporté des dizaines de millions de francs. Il s'est suicidé en 2020.

Juin 2022 : blanchiment de cocaïne bulgare

En juin 2022, le Tribunal pénal fédéral suisse a reconnu le Credit Suisse et un ancien employé coupables de ne pas avoir empêché le blanchiment d'argent par un réseau bulgare de trafic de cocaïne de 2004 à 2008. La banque a été condamnée à une amende de 2 millions de francs (2,1 millions de dollars).

« L'entreprise aurait pu empêcher l'infraction si elle avait rempli ses obligations organisationnelles », a déclaré le président du tribunal en rendant le verdict, ajoutant que les supérieurs hiérarchiques de l'ancien salarié avaient été "passifs".

Le réseau de la drogue aurait blanchi plus de 146 millions de francs via ses comptes.

L'ancien employé a déclaré lors des audiences du tribunal que le Credit Suisse avait continué à gérer les fonds même après avoir appris des meurtres et un trafic de cocaïne prétendument liés aux clients.

La banque a nié tout acte répréhensible et a déclaré qu'elle prévoyait de faire appel de la décision.

Octobre 2022 : nouvelle tentative de redressement

Le nouveau duo de direction composé du président Axel Lehmann et du directeur général Ulrich Koerner a présenté un retour aux racines suisses du Credit Suisse comme la meilleure voie à suivre.

Ils ont dévoilé un plan visant à supprimer 9 000 emplois et ont réussi à lever 4 milliards de dollars de capitaux frais.

Plus important encore, ils prévoyaient de se séparer des opérations de banque d'investissement et éventuellement de relancer la marque First Boston, la banque d'investissement basée aux États-Unis acquise en 1990.

Dans le cadre de la levée de fonds, la Saudi National Bank a acheté une participation de 9,9 % par le biais d'un placement privé, devenant ainsi le principal actionnaire du Credit Suisse.

Février 2023: le Credit Suisse fait état de sorties massives

Le plan ambitieux ne parvient pas à impressionner les investisseurs.

Les retraits de la clientèle dépassent les 110 milliards de francs et la banque subit sa plus grosse perte annuelle depuis la crise financière. Les actions de la banque plongent de 15% après les résultats.

Mars 2023 : épilogue

8 mars : Le Credit Suisse reporte la publication de son rapport annuel après un appel de la Securities and Exchange Commission la nuit précédant la date de remise du rapport. Dans ce document, la SEC remet en question les révisions des états des flux de trésorerie de 2019 et 2020, ainsi que les contrôles connexes.

14 mars : Lorsqu'elle publie son rapport annuel, la banque reconnaît des « faiblesses importantes » dans ses contrôles financiers et annonce la fin des primes du conseil d'administration. La nouvelle arrive à un moment où les marchés sont fragilisés par la chute de deux banques régionales américaines, Silicon Valley Bank et Signature Bank. « En ce qui concerne la question des contrôles des rapports financiers, cela n'aurait pas pu tomber à un pire moment pour le Credit Suisse. Comme nous l'avons encore une fois vu avec la débâcle de la SVB, la confiance est primordiale dans le secteur bancaire. Credit Suisse était déjà sous pression et d'autres fournisseurs de financement ont perdu confiance, entraînant des retraits substantiels de clients au 4T22, et son coût de financement a augmenté avec la flambée des spreads de CDS », déclare Johann Scholtz, analyste du secteur bancaire en Europe pour Morningstar.

15 mars : Bloomberg TV demande au président de la Saudi National Bank si l’institution offrirait un soutien financier supplémentaire au Credit Suisse. Sa réponse est « absolument pas », pour des raisons réglementaires, mais la déclaration entraîne une vente panique. L’action Credit Suisse plonge de 24%.

16 mars : Le cours de Bourse rebondit après que la Banque nationale suisse offre au prêteur une bouée de sauvetage de 50 milliards de francs. Cette décision répond aux préoccupations de capital à court terme, mais pas à la question de savoir comment le Credit Suisse compte engiduer l'exode de ses clients. Plus tôt dans la journée, regrettant clairement les mots durs qui ont fait chuter la valeur de son investissement, Ammar Al Khudairy, de la Banque nationale saoudienne, évoque les « ratios sains » de la banque et précise que « tout va bien » au Credit Suisse.

17 mars : Tout ne va, en fait, pas bien. Credit Suisse plafonne une semaine avec des sorties quotidiennes d'environ 10 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal.

18 mars : La ligne de crédit de la Banque nationale suisse n'a pas réussi à rétablir la confiance. En collaboration avec la FINMA, les autorités engagent une prise de contrôle par UBS pour consolider le système financier suisse, rapporte le Financial Times

19 marsUBS accepte de reprendre le Credit Suisse pour 3 milliards de francs en actions et accepte d'assumer jusqu'à 5 milliards de francs de pertes. Les obligations de rang inférieur « AT1 » d'une valeur de 16 milliards de francs sont anéanties. Les actionnaires reçoivent l'équivalent de 0,76 CHF par action, soit 59 % de moins que ce qu'ils valaient à la clôture précédente, et moins d'un dixième de leur valeur au moment du départ de Tidjane Thiam en février 2020. UBS est l'entité survivante dans l'accord. Les 167 ans d'histoire du Credit Suisse ont pris fin.

Les actions du nouveau géant bancaire suisse UBS ont terminé leur première séance de négociation après la fusion en hausse de 1,3 %.

« UBS peut extraire de la valeur de l'acquisition et est dans une bien meilleure position pour exécuter une restructuration radicale des activités du Credit Suisse que ne l'était le Credit Suisse », selon Scholtz de Morningstar.

 

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

https://www.morningstar.co.uk/static/UploadManager/Assets/credit_suisse.jpg

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
UBS Group AG27,03 CHF-3,19Rating

A propos de l'auteur

Johanna Englundh  est éditorialiste pour Morningstar en Suède.