SVB : Ce n'est pas encore 2008

Les grandes banques sont en bien meilleure forme que la Silicon Valley Bank, note Mike Coop de Morningstar Investment Management.

Mike Coop 13.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

Canary Wharf

La disparition rapide de la Silicon Valley Bank (SVB) – prêteur et banquier pour les start-ups technologiques et les fonds de capital-risque – a provoqué une mini-panique sur les actions bancaires, laissant les investisseurs se demander s'il y a d'autres mauvaises nouvelles à venir et comment y répondre.

Il est alors temps de revenir sur ce qui s'est passé et sur les implications.

Commençons par la technologie et en particulier les start-ups, pour lesquelles le capital-risque (VC) est la principale source de financement.

Nous bénéficions tous des découvertes et des applications commerciales de la recherche et des innovations pionnières, mais dans la plupart des cas, il est également vrai que les taux d'échec sont élevés et que les investisseurs chevronnés sont conscients que les « licornes » spectaculairement rentables sont rares.

Les start-ups sont donc l'une des formes d'investissement les plus risquées et potentiellement les plus gratifiantes.

SVB était un prêteur de longue date et dominant pour les start-ups, se finançant à partir d'actions, d'obligations et de dépôts bancaires provenant de fonds de capital-risque et du fonds de roulement des entreprises.

Ses dépôts ont augmenté rapidement alors que la manie de l'innovation de 2020-2021 a entraîné une énorme augmentation des capitaux des start-ups, ce qui a entraîné plus d'argent déposé auprès de SVB qu'elle ne pouvait en prêter.

SVB a investi ces fonds dans des obligations de haute qualité, privilégiant les obligations à taux fixe à plus longue échéance, après que les taux d'intérêt aient chuté à des niveaux historiquement bas.

Au fur et à mesure que les taux d'intérêt augmentaient, la valeur de ces obligations diminuait, créant un décalage croissant entre la valeur de ses dépôts et la baisse de la valeur de ses actifs liquides qui pouvaient financer des retraits immédiats.

Cela a finalement conduit à une perte de confiance et à une panique bancaire classique, les détenteurs de dépôts ayant retiré des fonds et les investisseurs en actions ayant refusé de fournir des capitaux supplémentaires.

Au moment d'écrire ces lignes, SVB a été repris par la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) - l'entité gouvernementale américaine qui assure les dépôts bancaires et traite avec les banques en faillite - alors que des acheteurs sont recherchés, une stratégie utilisée pour traiter avec les banques en faillite durant la crise financière de 2008.

Le sort de SVB peut être un signe avant-coureur de temps plus difficiles pour le financement des start-ups technologiques et des entreprises en général, mais ce n'est pas un bon guide de ce qui peut arriver au secteur bancaire.

Il faut une crise pour inaugurer des changements structurels, et plus la crise est importante, plus les changements sont importants.

Après 2008, les régulateurs ont forcé le secteur bancaire à détenir des capitaux beaucoup plus importants pour agir comme amortisseurs de chocs, pour prêter de manière plus prudente et pour démontrer leur capacité à faire face à des conditions économiques difficiles.

Les banques ont également tiré des leçons pour faire face à la hausse des taux d'intérêt, en investissant davantage dans des obligations à taux variable afin que la valeur de leurs actifs résiste mieux.

Par rapport à SVB, les grandes banques sont beaucoup plus étroitement surveillées par les régulateurs, ont des sources de financement beaucoup plus diversifiées et prêtent à un éventail beaucoup plus large d'industries.

En bref, l'effondrement de SVB est susceptible de signaler une augmentation du coût de la dette et un accès réduit au capital pour les start-ups et les entreprises technologiques, après un boom unique.

La dernière fois que quelque chose de similaire s'est produit, c'était le marché baissier et la récession modérée de 2000-2003.

Nous positionnons les portefeuilles pour pouvoir faire face aux récessions, ainsi qu'à une série d'autres scénarios.

Quoi qu'il arrive aux secteurs de la technologie et des banques, vous pouvez vous attendre à ce que nous évitions les investissements hautement spéculatifs, que nous diversifiions les obligations d'État de haute qualité, que nous gardions un équilibre entre les industries défensives et cycliques et que nous favorisions les marchés déjà évalués pour de mauvais résultats.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

 

 

Pour plus d'analyses et de perspectives

Abonnez-vous

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
SVB Financial Group0,03 USD20,00

A propos de l'auteur

Mike Coop  is Head of Multi-Asset Portfolio Management, EMEA, Morningstar Investment Management