Faillite bancaire : pourquoi l’Europe n’est pas (vraiment) concernée

Il faut rappeler des différences importantes entre les banques européennes et une banque américaine comme SVB.

Johann Scholtz, CFA 13.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

europe

Crédit photo: AP

Nous pensons que les investisseurs ne devraient pas considérer l'effondrement de la Silicon Valley Bank, basée aux États-Unis, comme une lecture de la santé des bilans des banques européennes.

Les banques restent néanmoins très dépendantes de la confiance des déposants et autres bailleurs de fonds.

Il serait insensé de dire qu'il n'y a pas de risque de contagion pour les banques européennes, surtout si d'autres banques mondiales rencontrent des difficultés.

L'incertitude actuelle pourrait également faire grimper le coût du financement et augmenter le taux auquel les banques européennes répercutent la hausse des taux d'intérêt sur les déposants.

Différences importantes

Mais nous pensons qu'il est essentiel que les investisseurs prennent acte des contrastes entre les bilans des banques européennes et de SVB.

La gestion actif-passif de SVB était médiocre.

La SVB a activement prolongé la duration de ses actifs pour capter des taux plus élevés, ce qui a entraîné une importante asymétrie de duration.

Les asymétries de duration dans les banques européennes sont loin d'être aussi prononcées, et les banques européennes gèrent activement les asymétries à l'aide de couvertures et de stratégies de « matching ».

Ironiquement, l'une des principales raisons pour lesquelles les banques européennes détiennent des obligations est en premier lieu de faire correspondre la duration aux dépôts à terme.

L'exposition des banques européennes aux obligations est beaucoup plus faible que celle de SVB.

Nous calculons que les obligations détenues dans les tranches disponibles à la vente et jusqu'à l'échéance représentaient 55 % des actifs de SVB.

L'équivalent pour la banque européenne moyenne que nous couvrons n'est que de 8 %.

Ajoutant l'insulte à l'injure, la réglementation américaine a exempté SVB de l'obligation de déduire les moins-values latentes sur son portefeuille d'obligations disponibles à la vente des fonds propres réglementaires.

Toutes les banques européennes que nous couvrons doivent déduire les pertes latentes des titres disponibles à la vente (AFS) des fonds propres de base de niveau 1.

Ainsi, les moins-values latentes des banques européennes sont limitées aux 4% d'actifs comptabilisés en obligations détenues jusqu'à leur échéance.

Liquidité élevée

Si nous appliquons une décote de 15 % aux portefeuilles détenus jusqu'à l'échéance des banques européennes, nous estimons qu'elle se traduit par une baisse du ratio de rentabilité « CET1 » d'environ 13 %.

Surtout, notre calcul ne tient pas compte des couvertures.

Toute perte ne se cristallisera également que si les banques européennes vendent les obligations.

Compte tenu des niveaux élevés de liquidité des banques européennes, il est peu plausible qu'elles aient besoin d'une braderie d'actifs détenus jusqu'à leur échéance.

Les banques européennes ont une part sensiblement plus élevée de leurs actifs placés en espèces dans les banques centrales, qui seront le premier endroit vers lequel les banques européennes se tourneront pour obtenir des liquidités.

En moyenne, les banques européennes ont 14 % de leurs actifs en espèces auprès des banques centrales, contre 7 % pour SVB.

Alors que SVB a utilisé ses liquidités excédentaires pour investir dans des obligations, augmentant ainsi la duration de son bilan, les banques européennes ont placé leurs liquidités excédentaires principalement dans des comptes au jour le jour auprès des banques centrales.

Plus de diversification

SVB dépendait fortement de sources de financement peu diversifiées et instables.

Toutes les banques européennes doivent satisfaire aux exigences de liquidité et de financement de la couverture des liquidités de l'accord de Bâle et des ratios de financement nets stables.

SVB n'était pas soumise à ces exigences.

Le ratio de financement stable net favorise les banques avec une part élevée de financement de détail.

La base de financement de SVB ne contenait que 5 % des dépôts des clients de détail, contre près de 40 % pour les banques européennes.

Enfin, presque tous ses clients étaient des start-ups qui ont largement bénéficié de l'afflux de capitaux dans les fonds de capital-risque.

Les banques européennes ont une clientèle beaucoup plus diversifiée, ce qui reflète généralement la composition de l'économie.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
SVB Financial Group0,05 USD-16,67

A propos de l'auteur

Johann Scholtz, CFA  est analyste actions chez Morningstar.