Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Le streaming reste l’avenir de Disney

Le changement de dirigeant ne modifie pas les enjeux stratégiques du groupe de médias et de loisirs. Notre estimation de juste valeur est abaissée.

Neil Macker 05.12.2022
Facebook Twitter LinkedIn

disney

Disney (« Wide Moat »)  détient les droits de personnages d’animation et de fiction parmi les plus reconnus dans le monde, de Mickey Mouse à Luke Skywalker. Ces personnages et d'autres sont présentés dans plusieurs parcs à thème Disney. Le groupe de médias réalise des films d'action et d'animation sous des studios tels que Pixar, Marvel et Lucasfilm et exploite également des réseaux de médias, notamment ESPN et plusieurs studios de production télévisuelle.

Disney s'est récemment réorganisé en quatre segments avec un nouveau segment : direct-to-consumer et international.

Ce nouveau segment comprend les deux offres OTT annoncées, ESPN+ et le service de streaming Disney SVOD.

Le plan stratégique comprend également deux segments, parcs et centres de villégiature et produits de consommation, en un seul. Le groupe de réseaux multimédias contient les chaînes câblées américaines et ABC.

Le segment des studios détient les actifs de production cinématographique.

Relais de croissance

Nous pensons que Disney réussit à transformer son activité pour faire face à l'évolution continue de l'industrie des médias.

Les efforts directs de la société auprès des consommateurs, Disney +, Hotstar, Hulu et ESPN +, prennent le relais en tant que moteurs de la croissance à long terme alors que la société passe à un avenir en streaming.

Le streaming bénéficiera du nouveau contenu créé dans les studios de télévision et de cinéma Disney et Fox, ainsi que de leurs catalogues de contenus existants et ses franchises.

Nous prévoyons que Disney + continuera à tirer parti de ce contenu pour créer une base d'abonnés importante et précieuse.

Le retour de Bob Iger en tant que PDG ne devrait pas faire dérailler cet avenir axé sur le streaming, car il a aidé à concevoir la stratégie avant de quitter l'entreprise.

Le segment des réseaux multimédias de Disney comprend les chaînes de divertissement ESPN, ABC et Fox comme FX.

ESPN reste le principal réseau national de télévision sportive en raison de sa large gamme de droits et de programmes sportifs.

Il bénéficie des frais d'affiliation les plus élevés par abonné de toutes les chaînes câblées et génère des revenus d'annonceurs intéressés à atteindre les hommes adultes âgés de 18 à 49 ans, un groupe démographique clé.

La programmation de Disney Channel se compose de hits générés en interne.

Nous nous attendons à ce qu'ESPN et Disney Channel offrent à l'entreprise un atterrissage plus doux que ses pairs concernant la migration des abonnés vers le streaming.

Les autres composants de Disney s'appuient sur la marque Disney de renommée mondiale, recherchée par les enfants et à laquelle les parents font confiance.

Au cours de la dernière décennie, Disney a démontré sa capacité à monétiser ses personnages et ses franchises sur plusieurs plateformes : films, vidéos personnelles, merchandising, parcs à thème et même comédies musicales.

Cet ensemble de franchises continuera de croître à mesure que de plus en plus de films sortiront par le studio d'animation et Pixar.

Disney a également organisé l'univers Marvel pour créer une série de films et de produits liés interconnectés.

Avec l'acquisition de Lucasfilm, la firme a positionné la franchise Star Wars de la même manière.

Les parcs à thème et les centres de villégiature de Disney sont presque impossibles à reproduire, en particulier compte tenu des liens avec ses franchises et d'autres secteurs d'activité.

Juste valeur abaissée

Notre estimation actualisée de la juste valeur de 155 dollars ($) pour Disney reflète les segments réalignés et la baisse des pertes liées au streaming.

Nous prévoyons une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires de 7 % jusqu'à l'exercice 2027.

Nous estimons que les pertes du streaming se poursuivront tout au long de l'exercice 2024, que la publicité linéaire diminuera au cours des cinq prochaines années et tablons sur une baisse continue des marges des réseaux télévisés.

Nous prévoyons que la croissance annuelle moyenne des ventes des réseaux de télévision sera légèrement inférieure à 1 % par rapport à l'exercice 2023-27 (2 % pour les frais d'affiliation et moins 1,5 % pour la publicité), car nos projections de pénétration de la télévision payante aux États-Unis supposent une baisse continue.

La perte d'abonnés chez ESPN et à d'autres chaînes de télévision payante sera compensée par des augmentations de prix au niveau national.

Nous prévoyons que certains parcs à thème internationaux resteront limités ou fermés jusqu'en 2023.

Même avec la fermeture du parc de Shanghai, les revenus des entrées des parcs à thème pour l'exercice 2022 ont dépassé de 14 % le niveau de l'exercice 2019.

Nous prévoyons que les revenus des entrées de l'exercice 2023 resteront supérieurs à ceux de l'exercice 2019 malgré les inquiétudes des consommateurs concernant l'économie et l'inflation.

Nous prévoyons que les revenus des marchandises, de la nourriture et des boissons ainsi que les revenus des centres de villégiature connaîtront une croissance similaire.

Le segment des parcs et des consommateurs a subi une baisse de 37 % de ses revenus au cours de l'exercice 2020 et de 3 % au cours de l'exercice 2021.

Après un fort rebond de 73 % en 2022, respectivement, nous prévoyons une croissance plus normalisée de 4 % au cours des cinq prochaines années.

En raison des sorties de films retardées et des fermetures de salles de cinéma, les revenus des salles de l'exercice 2022 n'ont rebondi qu'à environ 40 % du niveau de l'exercice 2019.

Pour l'exercice 2023-26, nous prévoyons que le segment du contenu approchera les revenus de l'exercice 2019, mais restera inférieur, car l'activité cinématographique globale est en déclin progressif.

Nous estimons une croissance annuelle moyenne de 18 % pour le segment DTC, car nous modélisons une forte croissance des abonnés pour Disney+ et Hulu, ainsi que de nouvelles augmentations de prix.

Nous prévoyons maintenant que les services de marque Disney atteindront 300 millions d'abonnés payants d'ici la fin de l'exercice 2027. Cette croissance suppose un déploiement international continu et une meilleure pénétration sur les grands marchés occidentaux.

Nous prévoyons que le segment affichera son premier bénéfice d'exploitation annuel positif au cours de l'exercice 2025.

Nous prévoyons que la marge d'exploitation globale de Disney s'améliorera à 21 % au cours de l'exercice 2027, contre 8 % au cours de l'exercice 2022, les pertes du segment DTC se transformant en gains et en améliorations continues des marges dans les parcs à thème.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
The Walt Disney Co109,54 USD0,00Rating

A propos de l'auteur

Neil Macker  est analystes actions chez Morningstar.