Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Du neuf avec de l’ancien : que se passe-t-il chez Disney ?

Bob Iger, qui a dirigé Disney pendant 15 ans et enrichi les actionnaires au passage, est de retour aux commandes après l'éviction de Bob Chapek.

James Gard 23.11.2022
Facebook Twitter LinkedIn

disney

Disney (« Wide Moat ») est un vaste empire du divertissement couvrant Disneyworld, Marvel, Pixar, la franchise Star Wars et Mickey Mouse.

Après des résultats décevants, le conseil d’administration a licencié son DG et rappelé son précédesseur pour redresser l’entreprise.

Ce mouvement n'est pas inhabituel dans le monde de l'entreprise, mais celui-ci a fait sensation. L'analyste de Morningstar, Neil Macker, le décrit comme un « mouvement étonnant ».

Que s'est il passé?

Disney a troqué un Bob contre un Bob. L'ancien directeur général Bob Iger, qui a dirigé Walt Disney de 2005 à 2020, remplace Bob Chapek avec effet immédiat. Iger a signé un contrat de deux ans pour aider l'entreprise à trouver un successeur à long terme et à définir son orientation stratégique.

Est-il susceptible de rester?

Neil Macker dit qu'il ne serait pas surpris, d'autant plus qu'il a retardé sa retraite à trois reprises au cours de sa première période en tant que PDG. Il est prêt à consacrer des heures à aider l'entreprise à se restructurer.

Iger apporte-t-il de grands espoirs?

« Iger a un dossier beaucoup plus long et plus solide avec les investisseurs, ce qui aidera probablement Disney et lui pendant la période de transition », note Macker.

Au cours de son règne de 15 ans, les actions sont passées d'environ 25 à 140 dollars ($). Il a également des liens plus étroits avec les studios hollywoodiens et est plus à l'aise de côtoyer le « talent ».

« La réintégration d'Iger aidera probablement les relations avec Hollywood, étant donné ses liens beaucoup plus forts au sein de cette communauté que Chapek », ajoute Macker.

« Iger […] a généralement été très apprécié par les membres de la distribution et pourrait aider à alléger une partie de la tension relationnelle résultant de la pandémie. »

Qu'est-ce que Chapek a réalisé?

Sous Chapek, Disney s'est étendu au streaming via Disney +, un service d'abonnement rivalisant avec Netflix (« Narrow Moat ») et Amazon (« Wide Moat ») Prime en termes de prix.

Il propose les films des franchises Marvel, « Star Wars » et « The Simpsons ».

Chapek était également connu pour se concentrer sur l’activité des parcs d’attraction de l'entreprise – et pousser une expansion dans le métaverse – mais il était moins habile à gérer les relations avec Hollywood.

Il convient de souligner que Chapek a supervisé la réouverture des parcs Disney après la pandémie, une situation diplomatique délicate en Chine, qui possède un parc à Shanghai.

Qu'est-ce que cela signifie pour les clients ?

Le streaming est susceptible de rester la clé de la stratégie de l'entreprise.

« Nous nous attendons à ce qu'Iger annule certains des changements majeurs mis en place par Chapek. Nous nous attendons à ce qu'Iger continue de mettre l'accent sur le rôle central du streaming chez Disney », indique Macker.

Comment les investisseurs ont-ils réagi ?

Les actions ont augmenté de 6 % lundi à 97,58 $, mais cela est inférieur à la juste valeur Morningstar de 170 $ par action.

L'action Disney a chuté de 36 % au cours de la dernière année et la société vient de dévoiler une perte de 1,5 milliard de dollars au dernier trimestre et a annoncé des suppressions d'emplois.

Neil Macker affirme que l'estimation de la juste valeur de 170 $ devrait être légèrement abaissée après l'annonce, bien que la note de rempart concurrentiel soit maintenue.

Chapek devra-t-il enfiler un costume de Mickey Mouse ?

Peu probable. Disney est connu pour ses « packages » de la taille d'une galaxie.

Chapek devrait percevoir plus de 50 millions de dollars d'indemnités de départ.

Dans les années 1990, la société a stupéfié les investisseurs et le monde de l'entreprise lorsqu'elle a versé à l'ancien président Michael Ovitz environ 130 millions de dollars pour un paiement « sans faute », dont la majorité provenait d'options d'achat d'actions.

Il était dans l'entreprise depuis 14 mois.

Au cours de la même décennie, l'ancien PDG Michael Eisner - le prédécesseur de Bob Iger - a exercé des options d'achat d'actions qui lui ont rapporté un bénéfice de 565 millions de dollars, un record à l'époque.

Les entreprises américaines ont depuis revu l'idée d'offrir des stock-options comme « adieu en or » - d'autant plus que ces paquets d’actions ont tendance à inciter à la prise de risques à court terme pour faire grimper le cours de Bourse.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Amazon.com Inc92,42 USD-1,63Rating
Netflix Inc280,96 USD-0,07Rating
The Walt Disney Co94,69 USD-1,05Rating

A propos de l'auteur

James Gard  est éditorialiste chez Morningstar UK.