Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Les résultats de Disney ternis par ses médias

Malgré le succès de Disney+ et le rebond des parcs, les perspectives de redressement de l'activité DTV sont incertaines.

Neil Macker 11.11.2022
Facebook Twitter LinkedIn

disney

Disney (« Wide Moat ») a affiché une fin mitigée de l'exercice 2022, la croissance continue des abonnés au streaming et les revenus record des parcs étant confrontés à une perte beaucoup plus importante au sein de la division des médias.

Disney + a gagné 12,1 millions d’abonnés dans le monde au cours du trimestre contre 2,4 millions pour Netflix (« Narrow Moat »).

La croissance a été plus uniformément répartie qu'au dernier trimestre avec 1,9 million d'abonnés en plus aux États-Unis et au Canada, 7,3 millions sur les marchés internationaux hors Hotstar et 2,9 millions dans les pays Hotstar.

Sur l’ensemble de l'exercice 2022, Disney+ a ajouté 46,1 millions de nouveaux abonnés, après 44,4 millions au cours de l'exercice 2021, un résultat impressionnant compte tenu de la perte du marché russe et du ralentissement global de la croissance du streaming.

Nous prévoyons de réduire légèrement notre estimation de juste valeur de 170 dollars ($) après la publication des états financiers annuels complets pour tenir compte d'une trajectoire de revenus de réseau linéaire plus plate et d'une amélioration plus lente de la marge de streaming.

Redressement laborieux pour DTC

Alors que la croissance des abonnés au streaming a été impressionnante, les pertes sur le segment direct au consommateur, ou DTC, se sont élargies à 1,5 milliard de dollars contre une perte de 630 millions de dollars il y a un an.

La perte a atteint plus de 4 milliards de dollars pour l'exercice 2022 contre 1,7 milliard de dollars au cours de l’exercice fiscal 2021.

La direction affirme que le quatrième trimestre représente les pertes maximales pour le segment DTC et que l'activité devrait toujours atteindre la rentabilité au cours de l'exercice 2024, mais avec la mise en garde supplémentaire de l’absence de « changement significatif du climat économique ».

De plus, la mesure de « réalisation de la rentabilité » au cours de l'exercice 2024 correspond à un trimestre sans pertes, et non à un exercice complet rentable.

Compte tenu du récit de la direction sur les baisses trimestrielles séquentielles des pertes de la DTC au cours de l'exercice 2023, nous prévoyons que la percée de la « rentabilité » se produira probablement au quatrième trimestre de l'exercice 2024.

Le chiffre d'affaires total a augmenté de 9 % d'une année sur l'autre pour atteindre 20,2 milliards de dollars.

Rebond des parcs

Le segment des parcs, expériences et produits a enregistré un autre trimestre de forte croissance du chiffre d'affaires qui a atteint 36 % malgré l'impact de l'ouragan Ian et la fermeture du parc de Shanghai.

Les parcs nationaux semblent avoir presque complètement rebondi après les confinements liés à la pandémie de COVID-19, car le mix de visiteurs internationaux à Disney World était comparable à celui du quatrième trimestre de l'exercice 2019.

La direction a réitéré que les réservations et l'intention de visiter pour l'année prochaine suivent la tendance des niveaux pré-pandémiques même avec les vents contraires macroéconomiques actuels.

Le nouveau navire de croisière, Disney Wish, affiche une tendance à 90% d'occupation du trimestre à ce jour et les autres navires plus anciens se sont également améliorés avec des réservations à 90% des niveaux pré-pandémiques.

Bien que nous nous attendions à un impact négatif de l'inflation et des soucis de ralentissement, nous pensons toujours que les vacances à Disney restent une destination de rêve pour de nombreuses familles qui économiseront et réduiront leurs dépenses ailleurs afin de se rendre dans les parcs, les centres de villégiature et les croisières.

Sur le plan international, Paris continue de s'améliorer par rapport à ses performances d'avant la pandémie, le campus Marvel Avengers récemment ouvert étant à l'origine d'une partie de la croissance.

Les parcs de Shanghai et de Hong Kong restent tous deux fermés sans nouvelles données sur une date de réouverture potentielle.

Les revenus de la DTC ont augmenté de 8 % pour atteindre 4,9 milliards de dollars.

Comparaison avec Netflix peu pertinente

Disney + a terminé le trimestre avec un peu plus de 164 millions d'abonnés, dont plus de 37% sur les marchés Hotstar.

Le revenu mensuel moyen par abonné Disney+ payant a chuté dans tous les domaines, sauf International ex-Hotstar, qui s'est amélioré de 4 %.

Les prix moyens du marché intérieur ont chuté de 10 % et Hotstar de 9 %.

La baisse des revenus moyens sur le marché intérieur est due à un plus grand nombre de clients prenant des forfaits des trois services Disney DTC.

Nous nous attendons à ce que cette tendance à l'augmentation de l'utilisation des forfaits se poursuive compte tenu de la nouvelle structure de prix qui sera en vigueur en décembre.

En partie en raison des prix plus bas chez Hotstar avec un revenu moyen par abonné de 0,58 $, Disney+ a un ARPU global bien inférieur (4,84 $) à celui de Netflix (11,84 $).

ESPN + a également généré un ARPU beaucoup plus faible de 4,84 $ et Hulu est arrivé juste au-dessus à 12,23 $ par mois.

Cette différence d'ARPU est l'une des raisons pour lesquelles la métrique vantée selon laquelle Disney a une plus grande base de streaming à 231 millions contre 223 millions pour Netflix, est quelque peu dénuée de sens.

Le premier problème est que la comparaison est légèrement décalée, car de nombreux utilisateurs de Disney ont des abonnements groupés aux trois plates-formes.

De plus, le segment DTC de Disney n'a généré que 4,9 milliards de dollars de revenus au cours du trimestre, contre 7,9 milliards de dollars pour Netflix.

Alors que Disney a augmenté les prix à tous les niveaux pour Disney +, cette différence dans les ventes de premier plan persistera même si Disney + continuera probablement à ajouter de nouveaux abonnés.

Les revenus des réseaux linéaires ont chuté de 5 % pour s'établir à 6,3 milliards de dollars, avec des baisses tant au niveau national qu'international.

Les revenus des affiliés nationaux ont augmenté de 2 % malgré une baisse de 4 % du nombre d'abonnés.

La direction s'attend à ce que les pertes de l'activité câbles s'accélèrent pour correspondre aux tendances de l'industrie.

Les revenus publicitaires d'ESPN ont chuté de 23 % en raison du calendrier des finales de la NBA, mais n'ont baissé que de 2 % après ajustement pour l'événement.

Le marché de la publicité reste robuste pour les événements sportifs, car les annonceurs politiques, pharmaceutiques, d'assurance et de restauration ont manifesté un intérêt constant malgré le contexte économique morose.

La marge opérationnelle du segment pour les réseaux linéaires s'est améliorée à 27,4 % contre 24,5 % en raison du calendrier des coûts des droits sportifs.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Netflix Inc364,87 USD-0,84Rating
The Walt Disney Co109,70 USD1,46Rating

A propos de l'auteur

Neil Macker  est analystes actions chez Morningstar.