Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Certains investisseurs dans Twitter ont eu de la chance

Elon Musk est critiqué pour ses premières décisions de gestion, mais il y a des leçons à plus long terme de la saga de ce réseau social.

Sandy Ward 10.11.2022
Facebook Twitter LinkedIn

twtr

Twitter (« No Moat ») est maintenant un oiseau au plumage différent. Ses actionnaires devraient s'estimer chanceux.

Moins de 10 ans après son lancement en tant qu'entreprise publique, la plateforme de médias sociaux qui promettait de « servir le débat public » est à nouveau privée. Sa mission principale semble être de servir de porte-parole à son nouveau propriétaire impulsif et mercuriel, Elon Musk.

Le sort de Twitter en tant que société publique s’est terminé officiellement – du moins pour le moment – mardi lorsque ses actions ont été radiées de la Bourse de New York.

Alors que le retour de Twitter à son statut d'entreprise privée a été une sorte de feuilleton combiné qui avait pris l’air d’un cirque, voici trois leçons pour les investisseurs de son époque tumultueuse en tant qu'action cotée en Bourse.

Les profits comptent

Twitter s'est retrouvé dans cette situation difficile parce qu'il n'a jamais été à la hauteur de son potentiel en tant qu'entreprise publique.

Il n'était pas rentable et à la traîne de ses concurrents – Meta Platforms, Snap, Pinterest – en termes de croissance de sa base d'utilisateurs, d'attraction d'annonceurs et d'augmentation des revenus.

Le prix d'achat représente une prime de 38 % par rapport au cours de clôture de Twitter le 1er avril, qui était le dernier jour de Bourse avant que Musk ne divulgue sa participation d'environ 9 %.

Qu'elle ait pu rapporter une prime de 38% à ses actionnaires a défié toutes les attentes et dépendait des caprices d'un milliardaire.

Twitter est devenu public en novembre 2013 à 26 dollars par action et a levé 1,8 milliard de dollars grâce à la vente de 70 millions d'actions, bien qu'il n'ait pas encore réalisé de bénéfices.

Lors de son premier jour de cotation, le titre avait bondi de 73 % pour clôturer la journée à 44,90 $.

Twitter est devenu privé neuf ans plus tard, le 27 octobre, pour seulement environ 10 dollars de plus, lorsque Musk a payé 54,20 dollars par action, soit 44 milliards de dollars.

Cela équivaut à un rendement d'environ 2% par an contre une performance annuelle de 10 % par an sur l'indice Morningstar US Market.

Même Musk, l'homme le plus riche du monde avec une valeur nette de 203 milliards de dollars et le directeur général du constructeur de véhicules électriques Tesla, a regretté son offre peu après l’avoir officialisée.

Musk a reconnu qu'il payait trop cher pour Twitter lorsqu'il a discuté des bénéfices de Tesla au troisième trimestre avec les analystes de Wall Street en octobre, notant : « c'est énorme que ce genre de chose ait langui pendant longtemps ». Il a ajouté qu'il pensait qu'il avait « un potentiel incroyable ».

Questions de gestion

La gestion de Twitter était une étude sur le dysfonctionnement et la distraction, et a longtemps été une source de critiques.

Au cours de sa courte vie en tant qu'entreprise publique, Twitter a eu trois directeurs généraux différents.

Le co-fondateur, Jack Dorsey, a été expulsé deux fois à la tête de l'entreprise, une fois lorsque Twitter était encore privé en 2008 et plus récemment en novembre 2021, lorsque l'investisseur activiste Elliott Management a réclamé plus d'innovation de produits et une meilleure gestion.

L’intervention d’Elliott avait été provoqué par l’intention de Dorsey en 2020 de déménager en Afrique pendant six mois et de décentraliser la gestion.

La gouvernance d'entreprise compte aussi

Twitter semblait être une cible d'acquisition facile car ses actions ont longtemps été à la traîne de ses comparables en Bourse.

La société a également eu du mal à élargir sa base d'utilisateurs et à attirer la publicité.

Cela dit, un autre ensemble de facteurs a joué en faveur des actionnaires de Twitter, même s'ils ne s'en sont pas rendu compte : la gouvernance d'entreprise de Twitter n'a initialement pas empêché une prise de contrôle hostile.

Les experts en gouvernance d'entreprise s'opposent souvent aux mesures prises par les entreprises qui rendent les rachats plus difficiles, car cela enlève la prise de décision des mains des propriétaires réels, les actionnaires.

Bien qu'une prise de contrôle d'une entreprise puisse s'avérer perturbatrice, elle enlève la prise de décision des mains des propriétaires réels, c'est-à-dire des actionnaires.

« Les actionnaires veulent que le marché fasse son travail, et lorsqu'une offre arrive, les actionnaires de l'entreprise sont enclins à vendre tant que le prix est correct, et ne veulent pas que quoi que ce soit vienne entraver ce mécanisme », observe Lindsey Stewart. , directeur de la recherche sur l'intendance (« stewardship ») chez Morningstar.

Ce n'est qu'après que Musk a fait son offre que le conseil d'administration de Twitter a adopté une pilule empoisonnée, qui aurait in fine dilué la participation de Musk.

Un autre problème de Twitter qui le distinguait des autres entreprises de médias était l'absence d'un actionnaire majoritaire qui aurait pu servir à repousser les militants et à fournir une protection contre les menaces de prise de contrôle.

Dorsey, qui détient 2,4% de Twitter et continue de détenir les actions, a également semblé défendre l'offre de Musk.

Suite à l'offre de rachat, Dorsey a tweeté : « Elon est la solution singulière en laquelle j'ai confiance. Je fais confiance à sa mission d'étendre la lumière de la conscience. »

Pendant ce temps, Dorsey, également co-fondateur et président exécutif du processeur de paiement Block, anciennement connu sous le nom de Square, développe Bluesky, une nouvelle plate-forme de médias sociaux considérée comme un concurrent de Twitter.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Block Inc Class A83,83 USD0,00Rating
Meta Platforms Inc Class A151,74 USD0,00Rating
Pinterest Inc Class A26,74 USD0,00Rating
Snap Inc Class A10,91 USD0,00Rating

A propos de l'auteur

Sandy Ward  est éditorialiste pour morningstar.com.