Meta déçoit et plonge en Bourse

Les investisseurs doivent s’attendre à des pressions sur les marges en 2023.

Ali Mogharabi 27.10.2022
Facebook Twitter LinkedIn

meta

Meta-Platforms (« Wide Moat ») a déçu les investisseurs en publiant des résultats mitigés au troisième trimestre et en tablant sur une croissance significative des charges d'exploitation en 2023.

Le cours de Bourse, qui perdait 5,6% hier, devrait chuter de 20% ce jeudi 27 octobre à Wall Street.

Nous avons abaissé nos prévisions de chiffre d'affaires, ce qui augmentera probablement encore la pression sur les marges l'année prochaine.

Notre estimation de la juste valeur chute de 346 à 260 dollars par action ($).

Avec l'incertitude à court terme, nous recommandons la patience aux investisseurs.

Nous pensons que l'effet de réseau reste intact compte tenu du nombre encourageant d'utilisateurs et des mesures d'engagement de l'entreprise, ce qui, selon nous, devrait permettre à Meta de voir une accélération de la croissance fin 2023, en supposant que l'incertitude macro s'atténue.

Reels crée un temps d'engagement supplémentaire par utilisateur et a également affiché les premiers signes d'un potentiel de monétisation élevé.

L'entreprise continue d'investir dans l'amélioration de ses capacités de mesure des publicités tout en ajoutant de nouvelles options publicitaires pour les annonceurs, ce qui, selon nous, entraînera un bénéfice supplémentaire.

Le métavers en question

Notre préoccupation concerne principalement la stratégie métavers de l'entreprise, dans laquelle l'entreprise prévoit d'investir beaucoup plus que ce que nous avions prévu en 2023, sans trop de clarté quant au moment où un retour sur cet investissement pourrait être réalisé.

La direction prévoit de rythmer les investissements dans le métavers à la croissance globale des résultats en 2024 et au-delà.

Le chiffre d'affaires total a diminué de 4,5 % d'une année sur l'autre pour atteindre 27,7 milliards de dollars en raison du raffermissement du dollar (le chiffre d'affaires aurait augmenté de 2 % à taux de change constant), de l'incertitude économique et, dans une moindre mesure, des politiques de confidentialité des données d'Apple (« Narrow Moat »).

Les revenus publicitaires se sont élevés à 27,2 milliards de dollars, en baisse de 4% par rapport à l'année dernière (en hausse de 3% hors effets de changes).

Les impressions vendues ont augmenté de 17 % par rapport à l'année dernière en raison de la croissance et de l'engagement des utilisateurs.

Cependant, les prix des publicités ont diminué de 18 % en raison de la hausse des ventes à bas prix du stock d’espace publicitaire de Reels et de la baisse de la demande des annonceurs.

Les revenus par utilisateur actif mensuel familial et par utilisateur actif mensuel Facebook ont respectivement diminué de 8 % et 6 % par rapport à l'année dernière.

Reels

Nous avons été impressionnés par la progression de la monétisation de Reels.

Selon la firme, la consommation de contenu via Reels a augmenté de 50 % au cours des six derniers mois pour atteindre plus de 140 milliards de clips visionnés par jour.

Étonnamment, la direction a déclaré que le temps passé sur Reels ne cannibalise pas le temps passé sur d'autres plates-formes Meta.

Cependant, étant donné les publicités moins chères sur Reels, les revenus publicitaires en dehors de Reels souffrent probablement car les annonceurs commencent à allouer une plus grande partie de leur budget à Reels.

La direction s'attend à ce que cet impact diminue progressivement et prenne fin au cours des 12 à 18 prochains mois.

Reels génère déjà des revenus à un taux annuel de 3 milliards de dollars, soit environ trois fois plus que le trimestre précédent.

Rebond de la demande

Qu'il s'agisse de Reels, de Stories ou de flux d'actualités, nous nous attendons à ce que la demande des annonceurs s'améliore en 2023 et au-delà, car la large base d'utilisateurs de Meta (3,7 milliards d'utilisateurs actifs familiaux mensuels et près de 3 milliards d'utilisateurs actifs mensuels pour Facebook) sera difficile à ignorer pour les annonceurs.

Le nombre mensuel d'utilisateurs actifs familiaux de l'entreprise a augmenté par rapport à l'année dernière (3,6 %) et séquentiellement (1,6 %).

Combiné à un nombre plus élevé d'utilisateurs actifs quotidiens familiaux d'une année sur l'autre (4,3 %) et par rapport au trimestre précédent (1,7 %), l'engagement global est resté impressionnant au niveau de 79 %, ce qui correspond aux deux dernières années.

L'application Facebook a également confirmé l'effet réseau de Meta, car ses utilisateurs actifs mensuels et quotidiens ont également augmenté d'une année sur l'autre (1,6 %) et à partir du deuxième trimestre (près de 1 %).

La seule région qui a connu une baisse du nombre d'utilisateurs par rapport à l'année dernière est l'Europe, en raison du blocage par Meta des utilisateurs russes à partir du premier trimestre.

Nous applaudissons les efforts de l'entreprise pour augmenter encore la consommation de contenu et l'engagement, tout en offrant plus d'options aux annonceurs.

Poursuite des investissements

Alors que la direction continue de souligner l'augmentation des investissements en intelligence artificielle pour sa future offre de métavers, nous pensons que ces investissements seront également bénéfiques pour sa famille d'applications actuelle, surtout s'ils aident à améliorer les recommandations de contenus, domaine où TikTok excelle.

Sur le front des produits publicitaires, les revenus publicitaires de la messagerie instantanée s'élèvent à 9 milliards de dollars.

L'entreprise travaille également sur la monétisation de ses annonces de messagerie payantes.

Bien que nous ne nous attendions pas à ce que les revenus de la messagerie payante représentent un pourcentage significatif des revenus publicitaires totaux de Meta, nous pensons que cela crée une opportunité pour l'entreprise de travailler directement avec les données de première partie de ses clients et de réduire l'impact des limitations imposées par Apple.

Baisse des marges

La marge opérationnelle de Meta a diminué de plus de 15 points de pourcentage par rapport à l'année dernière pour atteindre 20,4 %, sous la pression de l'absence de croissance des revenus et de l'augmentation des effectifs, en partie à cause de l'engagement de l'entreprise derrière le métavers.

Les dépenses de Reality Labs ont augmenté de 24 % par rapport à l'année dernière pour atteindre près de 4 milliards de dollars, contre une croissance de 18 % des dépenses d'exploitation de la famille d'applications à 18,1 milliards de dollars.

La marge d'exploitation de la famille d'applications a diminué à 34 % contre 46 % l'année dernière en raison d'un manque de croissance des revenus.

La perte d'exploitation de Reality Labs a augmenté de 40 % pour atteindre 3,7 milliards de dollars, compte tenu de la baisse des revenus de Quest par rapport à l'année dernière.

ROI

Bien que le retour potentiel sur les investissements de Meta dans le métaverse ne soit pas clair, nous pensons qu'un redressement de l’activité publicitaire contribuera à améliorer les marges et à générer plus de flux de trésorerie disponible.

Le flux de trésorerie disponible au cours du trimestre s'est élevé à 173 millions de dollars, contre plus de 9,5 milliards de dollars l'an dernier.

Le bilan de Meta reste sain. Il a terminé le trimestre avec 41,8 milliards de dollars de liquidités et 9,9 milliards de dollars de dette à long terme qu'il a offerts au cours du trimestre.

La société a alloué du capital aux rachats d'actions, avec près de 6,4 milliards de dollars au troisième trimestre et 21,1 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l’année. Meta a encore 17,8 milliards de dollars autorisés pour d'autres rachats d'actions.

Contrôle des dépenses

La société s'attend à un chiffre d'affaires de 30 à 32,5 milliards de dollars au quatrième trimestre.

L'estimation consensuelle actuelle de FactSet se situe dans le haut de la fourchette.

Sur le front des dépenses, la direction a réduit ses perspectives de dépenses d'exploitation pour l'année complète à 85 milliards de dollars à 87 milliards de dollars, contre 85 à 88 milliards de dollars.

En 2023, l'entreprise prévoit des dépenses d'exploitation totales comprises entre 96 et 101 milliards de dollars, principalement en raison du lancement de Quest 3 et des embauches agressives de cette année.

Cependant, la direction a déclaré qu'à la fin de 2023, les effectifs seraient au même niveau qu'à la fin du troisième trimestre.

En outre, Meta s'attend à ce que la croissance des dépenses d'exploitation ralentisse au-delà de 2023.

Sur le front des investissements, Meta prévoit 32 à 33 milliards de dollars de dépenses en 2022 (par rapport aux prévisions précédentes de 30 à 34 milliards de dollars).

Alors que l'entreprise continue d'investir dans l'amélioration de ses capacités d'intelligence artificielle à long terme, elle s'attend à ce que les investissements en 2023 se situent entre 34 et 39 milliards de dollars.

Les dirigeants ont précisé que les investissements en pourcentage des ventes devraient diminuer après 2023.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Apple Inc189,98 USD1,66Rating
Meta Platforms Inc Class A478,22 USD2,67Rating

A propos de l'auteur

Ali Mogharabi

Ali Mogharabi  est analyste actions chez Morningstar.