Microsoft : l’histoire de croissance n’est pas terminée

L’éditeur affiche un bon trimestre malgré une faiblesse chez Azure. Notre estimation de juste valeur est abaissée à 320 dollars par action.

Dan Romanoff 26.10.2022
Facebook Twitter LinkedIn

msft

Microsoft (« Wide Moat ») a annoncé de solides résultats pour le premier trimestre 2023, y compris des revenus et un bénéfice par action (BPA) en avance sur les points médians des prévisions.

Les perspectives, cependant, étaient moins bonnes que ce que notre modèle en ligne avec le consensus envisageait.

Les pressions macroéconomiques continuent de peser sur les performances de l'entreprise.

Les investisseurs optimistes peuvent souligner une bonne croissance des réservations commerciales et l'obligation de performance commerciale restante pour trouver un confort à court terme, tandis que les pessimistes souligneront sans aucun doute le ralentissement d'Azure et des prévisions plus faibles que prévu.

Nous continuons à trouver des encouragements dans Azure, la migration d'Office E5 et la dynamique de la plate-forme Power pour la création de valeur à long terme, mais nous pensons que les pressions à court terme ne seront pas épuisées au cours du prochain trimestre.

Il est prématuré de dire que l'histoire de la croissance d'Azure est terminée malgré le ralentissement.

Nous considérons que les résultats renforcent notre thèse centrée sur la prolifération des environnements cloud hybrides et Azure, alors que l'entreprise continue d'utiliser sa domination sur site pour permettre aux clients de passer au cloud à leur propre rythme.

Sur la base des indications de l’entreprise, nous avons abaissé nos prévisions de croissance des revenus et de marge d'exploitation pour les exercices 2023 et 2024, et abaissons ainsi notre estimation de la juste valeur pour Microsoft de 352 à 320 dollars ($) par action.

Nous considérons les actions comme attrayantes.

Bonne croissance sur le trimestre

Pour le trimestre de septembre, les revenus ont augmenté de 11 % d'une année sur l'autre, ou de 16 % en monnaie constante, pour atteindre 50,12 milliards de dollars, contre le point médian des prévisions de 49,75 milliards de dollars et le consensus FactSet de 49,76 milliards de dollars.

Par rapport à la période de l'année précédente, la productivité et les processus métier, ou PBP, ont augmenté de 9 %, le cloud intelligent, ou IC, ont augmenté de 20 %, et l'informatique personnelle, ou MPC, est restée stable.

Par rapport aux prévisions, PBP et MPC se sont bien comportés, tandis que IC a pris du retard.

Nous nous attendions à plus de pression sur LinkedIn, Windows, Bing et les jeux compte tenu de leur exposition à la publicité et aux consommateurs.

Les principaux piliers de notre thèse de croissance du trimestre comprenaient une croissance d'une année sur l'autre en devise constante de 42 % pour Azure et de 32 % pour Dynamics 365.

Ralentissement d’Azure

Les principaux leviers de croissance ont affiché une décélération de la croissance à la fois séquentiellement et d'une année sur l'autre.

Les réservations commerciales ont augmenté de 16 % d'une année sur l'autre en monnaie constante, portant l'obligation de performance restante à 180 milliards de dollars. Poussé par la force continue des transactions Azure, Microsoft a généré 25,7 milliards de dollars de revenus dans le cloud.

Cela dit, les prévisions prévoyaient une croissance de 43 % en monnaie constante pour Azure, contre 42 % atteints. L'entreprise s'est engagée dans des campagnes réussies pour aider les clients à optimiser leurs charges de travail, ce qui, ironiquement, peut avoir contribué à ce léger manque à gagner.

En fin de compte, le marché est énorme et de légères variations par rapport aux prévisions au cours d'un trimestre donné ne sont pas préoccupantes à notre avis.

Alors que les grandes transactions étaient bonnes, les transactions avec les petites et moyennes entreprises continuent de montrer des signes de fatigue, en particulier en dehors de la migration vers le système E5 d'Office. 

Marge en repli

La marge d'exploitation s'est élevée à 40,8 %, contre 43,0 % l'année dernière, en raison des pressions macroéconomiques sur les revenus et de plusieurs dépenses uniques au cours du trimestre, notamment l'intégration de Nuance et la hausse des coûts d'électricité pour les centres de données.

Nous continuons de voir une voie d'expansion des marges à partir de niveaux déjà élevés au cours des cinq prochaines années, ce qui, selon nous, sera tiré par la progression du taux de marge brute d'Azure, même si la société subit une pression à court terme.

Prudence pour le deuxième trimestre

Les prévisions pour le trimestre de décembre prévoient des revenus de 52,35 milliards de dollars à 53,35 milliards de dollars, ou 52,85 milliards de dollars à mi-parcours, contre 56,22 milliards de dollars pour le consensus FactSet.

La croissance des revenus au point médian des prévisions est de 2 % d'une année sur l'autre, comme indiqué, ce qui inclut un vent contraire prévu lié aux devises de 500 points de base.

Nous constatons une nouvelle détérioration des revenus publicitaires et liés aux consommateurs, tels que Bing, LinkedIn et les jeux.

La direction a également donné un aperçu de l'année complète, appelant à une croissance des revenus « à deux chiffres », avec un impact défavorable de 500 points de base lié aux devises, à une réduction de 100 points de base de la marge d'exploitation et à une modération des niveaux de dépenses au fil de l'année.

De plus, alors que les coûts de l'énergie grimpent en flèche, Microsoft a commencé à faire face à des dépenses d'énergie plus élevées pour ses centres de données au cours du trimestre.

Cela devrait se poursuivre tout au long de l'année, ajoutant des dépenses supplémentaires de 800 millions de dollars, qui sont incluses dans les indications générales pour l’exercice fiscal 2023.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Microsoft Corp430,16 USD0,74Rating

A propos de l'auteur

Dan Romanoff  est analyste actions chez Morningstar.