Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Quelle est la vraie nature de l’inflation ?

Beaucoup d'attention porte sur la demande et l'évolution de l'emploi mais d'autres facteurs expliquent la forte inflation actuelle.

Jocelyn Jovène 28.06.2022
Facebook Twitter LinkedIn

fed powell

Pour recevoir nos informations et analyses sur les marchés, les titres et les fonds, abonnez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.

 

Après un sérieux retard à l’allumage, les banques centrales semblent avoir enfin pris la mesure de la menace inflation et mettre les bouchées doubles pour répondre à cette menace.

L’amplification des hausses de taux, la réduction de leur bilan devrait progressivement peser sur le coût de financement et conduire à un ralentissement, voire une récession de l’économie.

Le retour du chômage qui s’ensuivrait serait ainsi le meilleur moyen de réduire les pressions inflationnistes dans l’économie, comme le prévoit en théorie la courbe de Phillips (même si les prévisions de cette courbe n’ont pas toujours été validées par les données observées).

Tenir un tel raisonnement est toutefois erroné, avertit Paul Donova, chef économiste chez UBS Global Wealth Management.

Dans une note en date du 24 juin, Donovan estime que le vrai « moteur » de l’inflation est à rechercher non dans l’évolution des salaires (ils ont en fait reculé en termes réels), mais dans le pouvoir de négociation des prix (« pricing power ») et les profits des entreprises.

« Ceci s’est produit parce que les consommateurs ont alimenté une demande solide, malgré des revenus réels négatifs. Les ménages ont utilisé leur bilan – épargnant moins chaque mois, utilisant leur compte épargne, ou empruntant davantage – pour soutenir leurs dépenses face à des revenus réels en recul », observe Paul Donovan.

« Les banques centrales doivent ralentir la demande, pas les salaires », conclut-il.

Plusieurs éléments devraient contribuer à ralentir la demande – une augmentation des coûts de financement, des conditions d’accès au crédit plus strictes, la crainte (réelle ou pas) de perdre son emploi, ou l’épuisement de l’épargne.

Pour l’économiste, il est probable que ces facteurs permettent à la politique monétaire plus restrictive des banques centrales d’avoir un effet plus rapide sur l’évolution de la demande et le niveau de l’inflation.

 

Pour recevoir nos informations et analyses sur les marchés, les titres et les fonds, abonnez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.