Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Les gérants marchés émergents face au conflit russo-ukrainien

À la lumière du recul des marchés et des sanctions occidentales, Morningstar examine les changements dans les portefeuilles des marchés émergents.

Samuel Meakin 07.03.2022
Facebook Twitter LinkedIn

À la lumière du recul des marchés et des sanctions occidentales, Morningstar examine les changements dans les portefeuilles des marchés émergents.

Les analystes de Morningstar ont été en contact avec les gérants de fonds de marchés émergents mondiaux notés pour leurs réflexions sur les ramifications du marché et les actions qu'ils ont prises dans leurs portefeuilles.

Comme prévu, les actions russes ont chuté lorsque la nouvelle de la crise a éclaté depuis la mi-février dernier.

Certains gérants de portefeuille exposés aux actions russes ont considérablement réduit leurs allocations.

D'autres ont ajusté les hypothèses de leurs thèses d'investissement et estimations, mais ont conservé leurs positions.

Dans certains cas, les deux stratégies ont été adoptées.

Le fournisseur d’indices MSCI a également annoncé qu'à compter du 9 mars 2022, le marché russe sera retiré de ses indices des marchés émergents.

La possibilité d'échanger ces actions est désormais pratiquement impossible.

Exposition limitée

Les gérants traditionnels d'actions des marchés émergents mondiaux ont tendance à avoir une exposition limitée aux actions russes.

Pour cette raison, il n'a pas été nécessaire de suspendre les transactions et les gérants ont signalé des conditions de négociation relativement normales en termes d'entrées et de sorties d'investisseurs.

Cependant, étant donné que les fonds échangeables sur une base quotidienne doivent produire des valeurs liquidatives quotidiennes, la valorisation des avoirs russes est désormais devenue un problème.

Lorsqu'aucun prix de vente des actions russes ou de leurs GDR correspondants n'est disponible, certains gérants d'actifs ont déclaré qu'ils chercheraient à appliquer la variation en pourcentage des ETF basés sur des indices russes, comme indicateur de performance de ces positions.

Morningstar a publié une note d’analyse dont les principales conclusions sont les suivantes.

Du côté des gérants de fonds, la situation reste très incertaine. Les responsables restent attentifs aux impacts potentiels des sanctions.

Le fonds GQG Partners Emerging Markets Equity, a considérablement réduit son exposition à la Russie. La participation du fonds était d'environ 16% des actifs en décembre 2021, selon les divulgations du fonds, mais à cette date plus récente, la société a indiqué qu'il ne lui restait qu'environ 3,7% de ses actifs en Russie.

Le fonds Fidelity Emerging Markets est entré dans la crise avec une position surpondérée sur la Russie par rapport à son indice de référence du prospectus MSCI Emerging Markets Index (7,6 % contre 3,3 % à fin janvier 2022). Ils ont depuis réussi à réduire leur exposition, l'exposition aux actions russes totalisant désormais environ 2 % et s'appuyant sur cinq participations individuelles : Sberbank, Gazprom, TCS Group, Novolipetsk Steel et Phosagro.

James Syme, gérant de JOHCM Global Emerging Markets Opportunities, noté Bronze, a considérablement réduit l'exposition aux matières premières. A fin janvier, l'allocation du fonds à la Russie était d'environ 4,7%, soit une surpondération de 1,4% par rapport à l'indice, à travers des positions dans les GDR Gazprom (2,3%), les GDR Sberbank (1,7%) et les GDR Globaltrans (0,7%). L'exposition a diminué depuis : par exemple, Sberbank a été vendue et le gérant a déclaré au moment de la rédaction que le portefeuille n'était pas exposé aux titres suspendus.

Certains gérants sont entrés dans la crise avec une position sous-pondérée sur la Russie, comme JPM Emerging Markets, géré par Leon Eidelman. La stratégie a toujours été sous-pondérée dans les entreprises du secteur de l'énergie et des matériaux par rapport à l'indice. Ces noms ont tendance à être évités car ils sont sensibles au prix des matières premières, manquent donc de pouvoir sur les prix et sont jugés peu attrayants du point de vue de la gouvernance d'entreprise. Fin janvier, la seule exposition du fonds à la Russie était sa position de 1,1 % dans Sberbank ; fin février, le fonds n'avait aucune exposition au pays.

Sberbank, l'une des actions russes les plus largement détenues, est l'une des principales cibles des sanctions car l'État en détient la moitié.

La banque a réussi à opérer dans les limites des sanctions en matière de mobilisation de capitaux et de vente de dettes imposées après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et ses activités dans l'est de l'Ukraine.

Les restrictions imposées la semaine dernière empêchent l'institution d'effectuer des transactions avec des banques américaines (les banques européennes devraient ordonner des injonctions similaires), ce qui pourrait affecter sa valeur intrinsèque. Cette valeur pourrait chuter encore plus si la banque est l'une des institutions retirées de SWIFT.

Brandes Emerging Markets Value ne pense pas nécessairement que la valeur ait été altérée de manière permanente à Sberbank, étant donné qu'il s'agit toujours de la banque dominante de Russie, avec un bilan solide soutenu principalement par des dépôts locaux et un rendement des capitaux propres de 22 %. Comme alternative à SWIFT, la Russie pourrait recourir à son propre système de paiement ou au réseau chinois.

La participation d'Invesco Developing Markets en Russie est tombée à environ 4 % fin février, contre 9 % fin 2021. Malgré la tourmente, le gérant de fonds aime toujours les deux actions qui représentaient 80 % de l'exposition du fonds à la Russie : Yandex et Novatek – qui ont tous deux plongé.

L'intégralité de l'étude est disponible sur Morningstar Direct.

russia exposure

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Samuel Meakin  est analyste fonds chez Morningstar.