Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Quand faut-il vendre une action ?

La réponse dépend de vos propres biais comportementaux et de vos objectifs personnels.

Ian Tam 22.02.2022
Facebook Twitter LinkedIn

choices

L'adage « acheter bas, vendre haut » est souvent utilisé comme une réponse sarcastique à ceux qui recherchent des conseils sur l'investissement en actions.

Bien sûr, si nous pouvions tous faire cela, il n'y aurait pas besoin d'un marché boursier.

Avoir la discipline nécessaire pour pouvoir vendre une action lorsque les conditions appropriées sont remplies est vraiment l'une des choses les plus difficiles en matière d'investissement. Mais pourquoi est-ce si difficile ?

Nous sommes notre premier ennemi

Les gens sont généralement susceptibles d'avoir des préjugés de tous types. Souvent, ces préjugés signifient que nous finissons par prendre de mauvaises décisions financières. Comme le dit le proverbe, « l'erreur est humaine ; le pardon est divin ».

Malheureusement, se tromper en matière d'investissement n'est peut-être pas aussi facilement pardonné en termes d'atteinte de vos objectifs financiers.

Savoir faire preuve d’introspection pour reconnaître certains des biais qui affectent vos décisions d'investissement et les contourner en comparant objectivement les faits est souvent un exercice utile avant de prendre une décision.

En tant qu'investisseur boursier, vous vous heurterez inévitablement à un krach boursier.

Un biais courant connu sous le nom d’aversion aux pertes peut amener un investisseur à vendre des positions lors d'un krach et à cristalliser les pertes, tout en manquant le rebond.

Un autre biais courant est connu sous le nom de biais de confirmation, c'est-à-dire qu'un investisseur peut chercher des informations qui confortent son opinion, et leur accordent plus d’importance que les informations qui contredisent ledit point de vue.

Ceci peut inciter un investisseur à conserver une action trop longtemps.

En bref, les préjugés ne sont pas vos amis en matière d'investissement.

La première étape dans la reconnaissance des biais est importante pour un investisseur discipliné. Après cela, il est utile de reconnaître comment vous investissez.

Différentes approches

Il existe une panoplie d'approches en matière d'investissement en actions. Comprendre le style d'investissement le plus intuitif pour vous vous aidera à définir un modèle ou un plan pour évaluer les opportunités d'achat et de vente.

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une liste exhaustive, voici trois styles de base :

1. Investissement dans la valeur (approche « value »)

Proche de la méthodologie de Morningstar en matière de notation des actions, les investisseurs axés sur la valeur tentent d'attribuer une « juste valeur » à une action, souvent sur la base d'une projection des flux de trésorerie futurs qu’ils actualisent pour estimer ce que l'action vaut aujourd'hui. Pour les investisseurs axés sur la valeur, un moment raisonnable pour vendre est lorsque le cours d'une action atteint ou s'approche de l'estimation de la juste valeur.

Ce n'est pas par hasard, c'est exactement ainsi que fonctionne la note Morningstar attribuée aux actions suivies par nos analystes.

Une entreprise sous-évaluée reçoit 5 étoiles, une entreprise dont le cours de Bourse est proche de la valeur raisonnable reçoit 3 étoiles et une entreprise surévaluée reçoit 1 étoile.

Les investisseurs axés sur la valeur peuvent également utiliser des ratios de valorisation comme le cours sur les bénéfices, la valeur d’entreprise sur le chiffre d’affaires, etc. comme mesure pour déterminer si une action se négocie à un multiple raisonnable par rapport aux autres sociétés composant un indice boursier, un secteur ou une industrie spécifique.

Dans ce cas, les investisseurs pourraient envisager de vendre si le multiple d'une action est beaucoup plus élevé que celui de sociétés similaires, ou un univers plus large comme un indice.

2. L’approche croissance (« Growth »)

Les investisseurs de croissance ont tendance à rechercher des opportunités où il existe un potentiel de croissance rapide des bénéfices.

À l'opposé d'un investisseur de valeur, les investisseurs de croissance ne se soucient pas moins de la valeur d'une entreprise aujourd'hui, mais se concentrent plutôt sur la capacité d'une entreprise à produire des bénéfices à l'avenir.

D'une manière générale, le style de croissance a été fortement favorisé au cours de la dernière décennie compte tenu de la forte montée en puissance du secteur technologique, où les valeurs de croissance apparaissent souvent.

Ici, les investisseurs peuvent considérer la croissance historique des bénéfices d'une entreprise, le sentiment des estimations des analystes et la rentabilité historique comme un critère pour mesurer si la trajectoire de croissance actuelle de l'entreprise continue de s'aligner sur les attentes.

Lorsque la croissance ralentit, ou que la société ne parvient pas à battre ou atteindre les attentes du marché, ou qu’une tendance à la baisse affecte les bénéfices, les investisseurs peuvent considérer qu’il est temps de vendre.

3. L’approche « Momentum » et l’analyse technique

L'investissement « momentum », qui parie sur la dynamique d’un cours de Bourse, est à l'opposé de l’approche fondamentale (qui regroupe les styles « Value » et « Growth »).

Ici, les investisseurs ont tendance à suivre les tendances des cours des actions - enracinées dans la théorie selon laquelle le marché est efficace, et toutes les informations sont rapidement reflétées dans le prix d'une action.

Les investisseurs « momentum » s'appuient généralement sur les signaux du marché indiquant que le prix d'une action a rompu la tendance sur laquelle elle se trouvait auparavant.

Par exemple, lorsque la moyenne mobile sur 50 jours du prix d'une action chute en-dessous de la moyenne mobile sur 200 jours, les investisseurs dynamiques peuvent interpréter cela comme un renversement de tendance, étant donné que le cours de l’action le plus récent est inférieur à ce qu'il était dans un passé plus lointain.

Il convient de noter que ce type d’approche n'est pas pour les âmes sensibles, nécessitant beaucoup de surveillance et nécessitant généralement une intervention active dans un portefeuille, ce qui est une source de frais de transaction.

Avoir un plan

Quel que soit le style (ou la combinaison de styles) utilisé, il est important d'entrer dans une position d'investissement avec un plan.

Il est souvent utile de se demander si les conditions qui vous ont poussé à acheter une action persistent dans le temps. Si ce n’est pas le cas, alors vendez.

C’est bien évidemment plus facile à dire qu'à faire, mais prendre cette habitude au fil du temps vous donnera certainement de meilleurs résultats que s’engager dans une voie sans savoir ce que l’on fait.

Avoir des cours de référence via une feuille de calcul, un logiciel financier ou même une simple trace écrite peut vous aider à vous assurer que vous ancrez votre stratégie d’investissement dans du concret.

Les circonstances de la vie

Bien sûr, l'autre raison de vendre tout investissement est lorsque les circonstances de votre vie changent.

Par exemple, si vous avez besoin d'argent pour acheter une maison ou pour commencer à profiter de votre retraite, vous devrez sans doute vendre.

Il vaut la peine de penser aux changements futurs de la vie - qu'ils soient proches ou dans les années à venir - au moment de décider quelles actions acheter.

Les actions présentent intrinsèquement plus de potentiel de hausse et plus de risques que les obligations.

Aligner votre allocation d'actifs sur votre profil de risque et votre horizon d'investissement est d'une importance vitale, pour éviter d'avoir à vendre une position à perte pour constater que vous ne pouvez pas atteindre vos objectifs financiers.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Ian Tam  est directeur de la recherche de Morningstar Canada.