Levée des brevets sur les vaccins : pas d’impact sur le marché potentiel du COVID-19

Notre estimation d’un marché à 70 milliards de dollars en 2021 est inchangée à ce stade.

Karen Andersen, CFA 07.05.2021
Facebook Twitter LinkedIn

vaccine

Nous ne modifions pas nos estimations de juste valeur ou notre évaluation des remparts concurrentiels (« Moat ») pour les fabricants de vaccins COVID-19 après l'annonce du 5 mai selon laquelle l'administration Biden soutenait une proposition de dérogation sur la protection de la propriété intellectuelle pour ces vaccins.

La proposition de renoncer aux droits de brevet pendant la pandémie a été initialement présentée à l'Organisation mondiale du commerce par l'Inde et l'Afrique du Sud en octobre.

La pandémie fait actuellement rage en Inde et au Brésil.

Les appels à soutenir cette proposition se sont renforcés et l'opposition des États-Unis, de l'Europe et du Royaume-Uni est devenue une responsabilité politique potentielle.

La finalisation de la proposition pourrait prendre des mois, et l'Europe et le Royaume-Uni n'ont pas encore soutenu la dérogation.

Un défi industriel avant tout

Au-delà de la propriété intellectuelle, nous voyons d'énormes obstacles liés aux compétences et à la constitution de capacités de production d'ARNm à grande échelle en dehors des leaders mondiaux Pfizer/BioNTech et Moderna, et de leurs réseaux de fabrication sous contrat.

Moderna a révélé en octobre qu'elle suspendrait ses brevets COVID-19 pendant la pandémie, mais n'a vu aucun signe de production de copies dans le monde, ce qui, à notre avis, soutient l'idée d'obstacles à la production au-delà de la propriété intellectuelle.

Faire usage de matières premières déjà en situation de pénurie (comme les lipides) pour établir de nouvelles capacités de production dans des conditions risquées pourrait entraîner une réduction de l'offre mondiale de vaccins en 2021 et 2022.

Après avoir intégré les mises à jour de Moderna et Pfizer suite à leurs résultats du premier trimestre, nous avons relevé nos prévisions de ventes de vaccins COVID-19 à 70 milliards de dollars en 2021 (contre 67 milliards).

Moderna, Pfizer/Biontech en tête

Au-delà de 2021, Moderna et Pfizer/BioNTech négocient de nouveaux contrats et restent les mieux placés pour développer les premiers vaccins contre de nouvelles variantes.

Moderna a publié les premières données pour une troisième dose avec son vaccin variant ARNm-1273.351 qui implique une protection plus forte et plus cohérente face aux variants, et Pfizer attend des données de son propre vaccin variant en juillet.

Plutôt que de tenter le processus complexe et probablement plus long de transfert de technologie, les entreprises d'ARNm se sont concentrées sur l'accès mondial à leur vaccin ARNm en augmentant la capacité de fabrication au sein de leur propre réseau.

Ainsi, la capacité de Pfizer/BioNTech a déjà considérablement cru pour approcher probablement près de 3 milliards de doses pour 2021, alors que des installations supplémentaires ont été mises en ligne et que d'autres grandes sociétés pharmaceutiques comme Sanofi et Novartis se sont associées à Pfizer/BioNTech pour stimuler la production le plus rapidement possible.

Capacités en hausse

Moderna a augmenté ses estimations de production en 2021 à plus de 800 millions de doses, et Moderna et Pfizer/BioNTech prévoient chacun de passer à des capacités de 3 milliards de doses en 2022.

La capacité de fabrication aux États-Unis devrait largement dépasser la demande américaine, ce qui signifie que Moderna pourrait exporter des vaccins vers d'autres pays sans avoir recours à des installations à proximité.

Nous voyons également un approvisionnement potentiel à venir du fabricant de vaccins antigéniques Novavax et de la société d'ARNm CureVac, qui s'appuiera sur l'approvisionnement des deux principaux vaccins à ARNm sur le marché aujourd'hui.

Nous prévoyons que ces stratégies permettront l'accès le plus rapide aux vaccins COVID-19 dans le monde.

Cependant, nous pensons que ces entreprises innovantes d'ARNm seront scrutées à la loupe pour les prix qu'elles négocient sur les marchés en développement.

Le récent accord Covax de Moderna (500 millions de doses, en grande partie en 2022) intégrait ses prix les plus bas, mais le prix exact n'a pas été divulgué publiquement.

Les cas américain

Aux États-Unis, nous pensons que l'objectif du président Biden de 70% des adultes recevant une dose avant le 4 juillet est réalisable, même dans un contexte de baisse des taux de vaccination quotidiens (les doses quotidiennes moyennes sur 7 jours sont passées d'environ 3 à 2 millions au cours des deux dernières semaines).

Nous continuons de prévoir que 72% des adultes américains seront vaccinés d'ici la fin juin, ce qui est légèrement en avance sur l'objectif de Biden.

Cela correspond à 58% de tous les Américains, car nous supposons que seulement 10% des enfants seront vaccinés d'ici la fin juin (les 16-17 ans sont déjà vaccinés avec le vaccin Pfizer/BioNTech, et nous prévoyons une autorisation imminente de leur vaccin en enfants âgés de 12 ans et plus, probablement suivie de près par l'autorisation du vaccin de Moderna, qui a également généré des preuves d'une efficacité élevée dans ce groupe d'âge).

Le gouvernement a placé au second plan les objectifs d'immunité collective au profit d’objectifs de pourcentage de vaccinés, que nous considérons comme un effort pour maximiser le nombre d'Américains qui acceptent d'être vaccinés et minimiser le nombre d'Américains qui pourraient envisager de ne pas se faire vacciner et attendre l'immunité de groupe à venir.

Nous pensons toujours qu'une combinaison de vaccinations et d'infections antérieures entraînera une immunité collective aux États-Unis d'ici la fin juin, bien que nous reconnaissions toujours qu'il y aura probablement des poches du pays avec des taux de vaccination plus faibles qui pourraient rester vulnérables à de plus petites épidémies.

Les facteurs qui modifieraient cette analyse comprennent les futures nouvelles variantes qui pourraient résister au vaccin (au-delà des variantes du Brésil et de l'Afrique du Sud) et la chute des taux de vaccination (bien qu'avec l'approbation chez les enfants, nous nous attendons à ce que cela ne retarde que légèrement l'immunité collective).

Estimations de ventes

En ce qui concerne nos estimations à long terme des ventes de vaccins à ARNm, nous modélisons les ventes de rappels de troisième dose ainsi que les ventes annuelles au-delà de la pandémie.

Nous continuons de supposer qu'une troisième dose de vaccins à ARNm sera recommandée dans l'année suivant la réception de la série primaire de deux doses, ce qui est intégré dans nos évaluations pour Moderna, Pfizer et BioNTech.

Nous supposons également que les populations vulnérables (enfants et personnes âgées) continueront de recevoir des rappels chaque année.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
BioNTech SE ADR134,04 USD1,32Rating
Moderna Inc144,27 USD0,71Rating
Novartis AG81,56 CHF1,19Rating
Pfizer Inc51,59 USD2,99Rating
Sanofi SA99,65 EUR-0,90Rating

A propos de l'auteur

Karen Andersen, CFA  Karen Andersen, CFA, is a senior stock analyst with Morningstar.