Worldline, un pari sur les paiements européens

Nous initions le suivi de la société avec une estimation de juste valeur de 84 euros par action.    

Niklas Kammer 18.03.2021
Facebook Twitter LinkedIn

Nous initions le suivi de Worldine (« Narrow Moat ») avec une estimation de juste valeur de 84 euros par action, ce qui fait ressortir un mutiple de résultat 2021 de 29x et de 16x l’EBITDA estimé.

Le titre se négociant en territoire 3 à 4 étoiles, nous pensons qu’il offre un potentiel de hausse pour les investisseurs qui souhaitent s’exposer au secteur européen des paiements.

Nous pensons que Worldline a bâti un rempart concurrentiel moyen (« Narrow Moat ») qui repose sur un avantage coût et des coûts de substitution grâce à ses activités d'acquisition de marchands et de services financiers.

La transition des paiements en espèces aux paiements numériques en Europe est le principal moteur de croissance de l’entreprise. Ses solutions d’acceptation et de traitement de paiements en ont largement bénéficié.

La sophistication croissante requiert la capacité de fournir des solutions de paiement ont conduit de nombreuses banques à abandonner leur position dominante dans le domaine des paiements et à signer des accords de partenariat avec des prestataires comme Worldline.

Nous pensons que cela devrait se traduire par un taux de croissance moyen des ventes de 6% sur notre période de prévision explicite de 10 ans et à une marge d'EBITDA qui passerait de 23% en 2020 à 38% d'ici 2030.

Bien que les perspectives de croissance organique de Worldline soient bonnes, nous pensons que de nouvelles acquisitions, en particulier dans le segment des acquisitions, ainsi que des coentreprises avec des banques sont probables.

À mesure que les options en matière de paiement augmentent, nous nous attendons à ce que les particularités régionales et nationales diminuent en Europe.

Cela devrait être un avantage net pour les plus grands fournisseurs de services de paiement tels que Worldline, mais nous pensons que pour saisir cette opportunité, le groupe devra poursuivre sa stratégie de regroupement d'actifs.

Après l'acquisition d'Ingenico, le ratio dette nette/EBITDA ajusté de Worldline de 2,8 fois se situe légèrement au-dessus de l'objectif de la direction, entre 1,5 et 2,5 fois, mais nous ne nous attendons pas à ce que cela soit un obstacle important pour les nouvelles transactions.

Les acquisitions récentes dans le segment des paiements en Europe ont été financées à 100% en fonds propres, ce qui, selon nous, est probablement la voie à suivre pour Worldline également.

Certaines banques suédoises examinent ouvertement leurs propres activités de paiement et pourraient devenir un ajout intéressant à Worldline, mais nous pensons que des transactions sont également possibles en dehors des pays nordiques.

L’activité d'acquisition de commerçants est une activité en pointe depuis l'acquisition d'Ingenico. Elle dispose d’une formidable empreinte en Europe, couvrant principalement la France, les régions germanophones ainsi que les pays nordiques. Worldline se concentre principalement sur les solutions d'acceptation de paiement en magasin, mais depuis l'acquisition d'Ingenico, elle dispose aussi d’une activité de commerce électronique avec un profil de croissance à deux chiffres.

Son activité de services financiers est bien positionnée pour profiter du besoin croissant des institutions financières de suivre le rythme du développement rapide de l'espace des paiements.

Offrir des solutions de paiement dites « back-end », y compris l'acquisition de services de traitement ainsi que des plates-formes bancaires en ligne en marque blanche, permet à Worldline de se nicher profondément dans l'infrastructure des banques qui dominent encore de nombreux marchés de paiement où l’entreprise opère.

Enfin, l'activité terminaux, récupérée dans le cadre de l'acquisition d'Ingenico, fait face à une concurrence croissante portée par une nouvelle vague de terminaux Android.

La croissance du matériel de point de vente peut être observée principalement sur les marchés asiatiques, où Worldline manque de présence significative.

Cette activité se trouve également dans une situation étrange car ses clients potentiels sont des concurrents de l'activité d'acquisition de marchands de Worldline.

Le groupe analyse actuellement ses options pour cet actif et nous serions en faveur d'un désinvestissement total.

Réinvestir le capital de l'activité matériel dans l'activité d'acquisition et de services financiers de Worldline augmenterait la valeur pour les actionnaires, à notre avis.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Worldline SA35,93 EUR-3,41Rating

A propos de l'auteur

Niklas Kammer  est analyste actions chez Morningstar.