Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

En Bourse, les limites du patriotisme

Encore appelé bias domestique, cette surexposition aux actions de son pays a des avantages et des inconvénients.    

Ian Tam 23.10.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Europe planisphere globe 3383088 520

Le biais du pays d'origine se produit lorsque les investisseurs sont surexposés aux actions de leur pays dans leur portefeuille d’investissement. Voyons comment cela se passe, et quels sont les avantages, les inconvénients et les pires scénarios lorsque ce biais est inhérent à votre portefeuille.

Comment se produit le biais du pays d’origine ?

Avant l'arrivée d'Internet, les investisseurs manquaient parfois d'informations sur les entreprises en dehors de leur pays d'origine. Pour un investisseur prudent, il semblait donc naturel d'acheter des sociétés ou des titres sur lesquels il avait le plus d'informations, ce qui expliquait une surexposition aux actions nationales.

Aujourd’hui les investisseurs ont une surabondance d'informations, mais l'effet est en quelque sorte le même. Grâce à l'optimisation des moteurs de recherche et à l'effet d'amplification des algorithmes de flux d'actualités qui fournissent aux lecteurs des articles qui répondent à leurs préférences et à leur historique de navigation, les investisseurs peuvent toujours recevoir des informations qui concernent avant tout leur marché domestique, ce qui se traduit à nouveau par une préférence pas toujours justifié à investir localement.

On peut également faire valoir qu'il existe un certain lien émotionnel avec l'investissement dans des entreprises nationales. Au cours de notre vie quotidienne, voir et toucher le résultat de nos investissements peut ajouter une couche de confort ou même de fierté. N'oubliez pas que cette fierté ne vous mènera pas à la retraite.

Le bon

Éviter le risque de change

Où que vous habitiez, vous devrez dépenser de la monnaie locale. Lorsque vous investissez dans des entreprises internationales, vous devez accepter un risque de change à l’achat et à la vente. Entre ces deux moments, le taux de change fluctuera probablement.

De plus, le changement de ce taux sera indépendant du prix du titre que vous avez acheté, ce qui signifie que même si votre action a pris de la valeur, vous risquez de perdre sur la transaction en raison de la conversion des devises.

Cette dimension peut fonctionner pour ou contre vous. Les gestionnaires professionnels peuvent souvent compenser ce risque (également connu sous le nom de couverture) en investissant sur le marché des dérivés pour minimiser l'exposition aux fluctuations des devises. Tous ne le font pas cela dit.

Avantages fiscaux possibles

Certaines juridictions à travers le monde offrent des avantages fiscaux aux investisseurs qui conservent leurs actifs dans le pays. Cela est particulièrement pertinent pour les investisseurs en dividendes, car les revenus de dividendes peuvent être imposés différemment selon que la société qui émet le dividende est domiciliée au niveau national ou international.

Une recherche rapide sur Internet ou un aperçu de la récente expérience des investisseurs mondiaux de Morningstar sur la fiscalité et la réglementation peut fournir des informations sur les règles fiscales de votre marché local.

Il est avantageux pour les investisseurs axés sur le revenu de comprendre comment les revenus étrangers sont imposés avant de décider d'investir localement ou internationalement, car cela affectera grandement vos résultats.

Mondialisation et corrélations du marché

Au cours des dernières décennies, les économies sont devenues de plus en plus mondialisées et connectées. En tant que telles, les corrélations entre les principaux marchés boursiers se sont accrues au fil du temps, en particulier durant les phases de crise boursière.

Dans des situations de marché extrêmes comme celle-ci, nous pouvons voir les corrélations augmenter fortement, ce qui peut annuler les effets de la diversification géographique au moins sur de courtes périodes.

Bien que ce ne soit pas le cas pour tous les pays, nous pouvons voir que la corrélation entre plusieurs grands pays développés s'est accrue par rapport au marché américain, en particulier au cours des cinq dernières années. Sous cet angle, la diversification à l'échelle mondiale (selon les pays) peut ne pas apporter les bénéfices qu'elle avait il y a dix ans.

https://www.morningstar.co.uk/static/UploadManager/Assets/Trailing%20Six%20Month%20Correlations.PNG

De plus, alors que les sociétés internationales à grande capitalisation continuent d'émerger, nous pouvons voir que ces grandes entreprises elles-mêmes diversifient leurs flux de revenus d'une région à l'autre et transmettent ces avantages directement aux investisseurs. Cela dit, tous les investisseurs n'ont pas une grande société multinationale cotée sur les marchés locaux.

Le mauvais

Diversification entre les secteurs

En fonction de la taille de votre marché local, toutes les parties de l'économie mondiale de plus en plus connectée peuvent ne pas être représentées par un ensemble de sociétés cotées en Bourse de qualité.

Morningstar et d'autres définissent 11 secteurs illustrés dans le tableau ci-dessous, ainsi que l'exposition sectorielle de certains indices de pays.

https://www.morningstar.co.uk/static/UploadManager/Assets/Country Sector Diversification.PNG

Par exemple, si vous vivez au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud, les chances que vous puissiez investir localement dans une entreprise de technologie de qualité sont plus minces par rapport aux États-Unis.

Le problème ici est double (1) si vous vous limitez aux marchés locaux, vous risquez de ne pas découvrir d'opportunités dans des secteurs qui surperforment (la technologie, par exemple dans un passé récent) et (2) investir uniquement sur les marchés locaux ne permet pas forcément de vous diversifier pleinement dans l'ensemble de l'économie. À titre d'exemple, les actions canadiennes ont récemment sous-performé en raison de la forte exposition à l'énergie et de la baisse des prix du pétrole.

 

Ne nous croyez pas sur parole

Si vous avez la chance d'être dans un pays qui a un système de cotisation de retraite obligatoire, il est probable qu'un grand fonds de pension public gère une partie de votre avoir de retraite.

Si vous examinez les avoirs de votre fonds de pension local géré par l'État, il est fort probable que l'exposition aux titres nationaux de ce portefeuille soit bien inférieure à la vôtre.

Les pensions publiques comprennent bien les avantages de la diversification et, de plus, la réduction des risques en réduisant l’exposition à l’économie même pour laquelle ils gèrent une pension (plus à ce sujet dans la section suivante).

« Le truand »

La double peine

En termes de capital humain (c'est-à-dire notre capacité à travailler et à gagner de l'argent) et de capital financier (c'est-à-dire les actifs que nous possédons et dans lesquels nous investissons), cela n'a guère de sens pour un investisseur prudent de placer 100% des deux dans la même région géographique.

Autant le monde est de plus en plus connecté, la grande majorité d'entre nous reste fortement impactée par nos économies locales, car nous sommes souvent employés par des entreprises locales ou potentiellement des bureaux de sociétés mondiales. Dans ce sens, on peut soutenir que nous avons moins de contrôle sur l'endroit où nous investissons notre capital humain. Cependant, nous contrôlons où nous investissons notre capital financier.

Lorsque le capital humain et le capital financier sont investis sur le même marché, nous nous exposons à un potentiel « double peine », qui est le pire des scénarios lorsque nous perdons simultanément notre emploi en raison de mauvaises conditions économiques (paralysant notre capital humain) pour constater que la valeur de notre portefeuille souffre également pour la même raison (réduction de notre capital financier).

Idéalement, les investisseurs peuvent atténuer cet effet en s'assurant que tous les œufs ne sont pas dans le même panier, c'est-à-dire en réduisant leur exposition aux marchés nationaux.

 

Cet article ne constitue pas un conseil financier. Il est toujours recommandé de parler avec un professionnel ou un conseiller financier avant d'acheter ou de vendre des titres.

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Ian Tam  est directeur de la recherche de Morningstar Canada.