Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

L'interdiction de WeChat/Tencent, menace pour le jeu vidéo

Nous maintenons nos estimations de juste valeur en attendant plus de détails sur les décrets présidentiels.            

Neil Macker 12.08.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Video game screen player dark fortnite 4129124 520

Le président des Etats-Unis Donald Trump a intensifié la guerre commerciale avec la Chine via des décrets interdisant les transactions américaines avec les applications TikTok et WeChat et leurs propriétaires respectifs, ByteDance et Tencent, 45 jours à compter du 7 août.

Alors que le président attaquait TikTok, l'ajout de WeChat et Tencent à l'interdiction a constitué une surprise. Le langage des décrets est large et les transactions interdites spécifiques seront définies par le secrétaire au commerce avant le délai de 45 jours.

Alors que WeChat a une base d'utilisateurs limitée en dehors de la Chine, Tencent est la plus grande entreprise de logiciels de jeux vidéo au monde en termes de chiffre d'affaires grâce à sa position dominante en Chine et à ses nombreux investissements.

Les quatre éditeurs de jeux vidéo que nous couvrons - Activision Blizzard, EA, Take-Two et Ubisoft - ont une certaine implication avec Tencent, allant des investissements directs à la copublication de jeux en Chine.

Compte tenu du manque de détails sur les transactions interdites ainsi que des rapports de presse indiquant que le décret vise WeChat, nous maintenons nos évaluations de leur rempart concurrentiel ainsi que nos estimations de juste valeur pour les quatre entreprises. Cependant, nous restons attentifs à toute autre spécificité et à d'éventuels changements dans l'objectif du décret.

Dans le cadre de ses efforts pour s'étendre au-delà de la Chine, Tencent a investi dans un certain nombre de studios de jeux vidéo, y compris la possession de la totalité de Riot Games (League of Legends), plus de 80% de Supercell (Clash of Clans), 40% d'Epic Games (Fortnite) et 11% dans Bluehole (PlayerUnknown's Battlegrounds).

Le géant chinois du jeu détient également des parts de 5% dans Ubisoft et Activision Blizzard, résultant des batailles des deux sociétés avec Vivendi.

Rien qu'en 2020, Tencent aurait réalisé au moins quatre investissements majoritaires ou minoritaires importants dans des éditeurs de jeux vidéo, y compris des participations majoritaires dans Bohemia Interactive (Arma, DayZ) et Funcom (Age of Conan, Anarchy Online). On ne sait pas ce qui se passerait par rapport à ces enjeux importants si le Département du commerce décidait d'appliquer une interprétation plus large de l'interdiction.

Au-delà de ses investissements, Tencent est le partenaire local de nombreuses sociétés de jeux occidentales en Chine et en Asie, notamment TakeTwo (NBA 2K Online), EA (FIFA Online 4), Activision Blizzard (Call of Duty Online) et Ubisoft (partenaire exclusif pour tous titres).

Compte tenu de l'exigence réglementaire d'un partenaire local en Chine, rompre ces relations ne sera pas facile et ferait probablement perdre aux entreprises américaines une part importante de leurs revenus sur le deuxième marché mondial du jeu vidéo, du moins jusqu'à ce qu'une nouvelle relation puisse être formé avec un autre partenaire.

Tencent est également un développeur majeur de jeux mobiles pour sa propre propriété intellectuelle et pour des franchises tierces comme Call of Duty Mobile pour Activision. Étant donné que l'accord avec Tencent inclut probablement le partage des revenus, Activision devrait arrêter le jeu si le secrétaire au commerce définit l'interdiction au sens large.

En dehors du jeu, Tencent a également une large empreinte médiatique ainsi que des investissements dans Snap, Spotify, Universal Music et Warner Music.

La société est le partenaire de streaming en Chine pour la NFL, la MLB et la NBA. Parce qu'une définition large de l'interdiction de Tencent aurait un impact généralisé sur les industries des jeux vidéo et des médias, nuisant aux perspectives de plusieurs entreprises et entités détenues par les États-Unis, nous nous attendons à ce que le département du Commerce se concentre spécifiquement sur WeChat.

Cependant, étant donné que les États-Unis sont dans une année d'élection présidentielle avec un candidat sortant à la traîne dans les sondages, une définition plus large et l'escalade de la guerre commerciale avec la Chine qui en résulte reste une possibilité.


© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Neil Macker  est analystes actions chez Morningstar.